Archives de Tag: Mer

Linki’s Menstruations 8 – Touristes Synonyme Tourista

Et oui… Le mois de juillet ne peut en réchapper !! Cette saloperie de mois de juillet qui nous descends ces vagues de putains de touristes venants de TOUT l’hexagone, et de plus loin encore !

Il y a tout d’abord les Messieurs Dames d’ile de France

Mouais, ne vous sentez pas spécialement visés … quoi que si … car vous êtes au fond tous les mêmes !

Le Parisien est un être « vivant » tirant une gueule de 6m de long 23h30 sur 24 … (les 30 min restantes il pousse pour faire caca).

Le Parisien pense qu’une fois son « periph' » dépassé, il est à l’étranger… et dans le tiers monde qui plus est !

Le parisien aime à snober l’autochtone provincial… D’autant plus que regarder ce dernier de haut est tout à fait naturel pour lui.

Bref le Parisien pète plus haut que son cul … et « qui pète plus haut que son cul, fini toujours par se chier dessus ! » Il pense que le reste de la France vis en fonction de ses dépenses durant les périodes estivales ( oui le reste de l’année on bouffe du gravier et on bois la mer !)  Et en plus … il ne sait pas conduire dés qu’il à quitté son métro ou ses éternels bouchons. Pauvre figue !

Il y a ensuite, Messieurs Dames du Nord et du Nord ++ ( Belgique)

Souvent le même stéréotype, plutôt gentils et naturels, ils sont en vacance ! Mais Robert ferait mieux de dépenser 50 €uros de moins dans l’achat de son camping-car top mega cool pour prévoir de la crème solaire pour sa Giginette et ses 3 morpions devenus écrevisses la première journée ….

 » Baaah le soleil c’est le même que par chez nous !! mais ya les nuages en moins ! » … OK !

Ils savent conduire sur la route … mais pas dans les bouchons ! « ya pas plus de 18 voiture dans le bourg! » De la naïveté ?

Et puis il y a les étrangers !

Je parle des non-francophones, Ceux qui pensent comme un parisien tout en étant à l’image du gars Nord ++ !

Vous copiez collez donc les mauvaises parties des 2 descriptions ci dessus et vous rajoutez le fait que, L’étranger ne parle jamais Français et que c’est à vous de savoir parler sa langue, non pas anglais, mais Grecque, chinois, suedois, congolais, russe ou encore croate…

Bref allez vous faire foutre en vacances ( et ne dites pas « oh oui! » ) !!! crevez sur la route abandonnée coquillage et crustacés !!! Et arrêtez de nous saouler le soleil n’en sera pas meilleur !

Bisouuus !

LinkiSeb

Publicités

Touches everything I’m in, Gotta have it every day

Les vacances arrivent.

Chaque année, le mois de juillet est mon mois préféré. Dans quelques semaines, je serai complètement au fond du gouffre de retrouver cet environnement de travail un peu naze, mais là je me réjouis de tout laisser derrière moi.

Je ne suis pas resté enfant pour beaucoup de choses mais il en est une sur laquelle je n’ai pas changé de point de vue. Je fonctionne au rythme des années scolaires. Cette manie horripilait mon ex qui ne savait jamais quelle période je souhaitais évoquer lorsque je disais « l’année dernière » ou qui cherchait à semer le doute dans mon esprit en me demandant de quelle année, selon moi, faisaient partie les mois de juillet et août… C’est quand même facile de comprendre que les mois de juillet et août n’appartiennent à aucune année, qu’il s’agit d’un moment spécial qui n’a pas besoin d’autre définition que celle de Grandes Vacances, non?

Oui parce que s’il y a un moment au cours duquel tout s’arrête, s’il y a un moment propice au fait de remettre les compteurs à zéro et de prendre de nouvelles résolutions, c’est celui des Grandes Vacances. Vive l’oisiveté, vive le soleil, vive la plage, vive l’insouciance, vive le vide. Plus rien n’a d’importance que de s’occuper de soi. La vie est sur pause.

Alors ce matin, j’ai eu un haut le coeur lorsque j’ai lu ce titre repris par l’ensemble des journaux du jour:

LA FIN DES GRANDES VACANCES…

Parce que ça fait quelques années que je me bats avec moi-même pour accepter le fait que les amitiés, les liens, les gens, les week-end, les joies, la sensation du travail accompli ne sont pas des situations vouées à la permanence, mais que JAMAIS – ô grand jamais – je n’aurais pensé qu’un jour les grandes vacances feraient partie de ces choses que je regretterais en me remémorant les moments d’insouciance collective d’une société certaine qu’il ne se passera rien de mauvais durant deux mois – si l’on excepte les morts de vieux dans des appartements mal aérés et dans des maisons de retraite vétustes.

Alors cette année plus que les autres, je me donne pour mission de profiter de la mer, du soleil, de la Grèce, de cette pause que je m’accorde non seulement en juillet, lorsque tout s’arrêtera brutalement, mais également en août, lorsque je reprendrai doucement le chemin du bureau, lorsque le téléphone restera silencieux, que ma boîte de réception sera vide, lorsque les dossiers n’avanceront pas et que je me prélasserai en terrasse au cours de longues pauses méridiennes.

It will be, it will be so nice!

%d blogueurs aiment cette page :