Archives de Tag: gay

Touches everything I’m in, Gotta have it every day

Les vacances arrivent.

Chaque année, le mois de juillet est mon mois préféré. Dans quelques semaines, je serai complètement au fond du gouffre de retrouver cet environnement de travail un peu naze, mais là je me réjouis de tout laisser derrière moi.

Je ne suis pas resté enfant pour beaucoup de choses mais il en est une sur laquelle je n’ai pas changé de point de vue. Je fonctionne au rythme des années scolaires. Cette manie horripilait mon ex qui ne savait jamais quelle période je souhaitais évoquer lorsque je disais « l’année dernière » ou qui cherchait à semer le doute dans mon esprit en me demandant de quelle année, selon moi, faisaient partie les mois de juillet et août… C’est quand même facile de comprendre que les mois de juillet et août n’appartiennent à aucune année, qu’il s’agit d’un moment spécial qui n’a pas besoin d’autre définition que celle de Grandes Vacances, non?

Oui parce que s’il y a un moment au cours duquel tout s’arrête, s’il y a un moment propice au fait de remettre les compteurs à zéro et de prendre de nouvelles résolutions, c’est celui des Grandes Vacances. Vive l’oisiveté, vive le soleil, vive la plage, vive l’insouciance, vive le vide. Plus rien n’a d’importance que de s’occuper de soi. La vie est sur pause.

Alors ce matin, j’ai eu un haut le coeur lorsque j’ai lu ce titre repris par l’ensemble des journaux du jour:

LA FIN DES GRANDES VACANCES…

Parce que ça fait quelques années que je me bats avec moi-même pour accepter le fait que les amitiés, les liens, les gens, les week-end, les joies, la sensation du travail accompli ne sont pas des situations vouées à la permanence, mais que JAMAIS – ô grand jamais – je n’aurais pensé qu’un jour les grandes vacances feraient partie de ces choses que je regretterais en me remémorant les moments d’insouciance collective d’une société certaine qu’il ne se passera rien de mauvais durant deux mois – si l’on excepte les morts de vieux dans des appartements mal aérés et dans des maisons de retraite vétustes.

Alors cette année plus que les autres, je me donne pour mission de profiter de la mer, du soleil, de la Grèce, de cette pause que je m’accorde non seulement en juillet, lorsque tout s’arrêtera brutalement, mais également en août, lorsque je reprendrai doucement le chemin du bureau, lorsque le téléphone restera silencieux, que ma boîte de réception sera vide, lorsque les dossiers n’avanceront pas et que je me prélasserai en terrasse au cours de longues pauses méridiennes.

It will be, it will be so nice!

Publicités

Linki’s Menstruation 7 – Tout ne tient qu’à un jet …

Il t’effleure la nuque… comme un vampire jouant de tes frissons, te regardant, là, chair de poule naissante et gémissante…

Allongés à même le sol, le corps chauffant comme un feu, salves de crispations prenantes peu à peu…

Gland courant sur le flanc, remontant, trébuchant dans ses spasmes haletants…

Sueur glissante, gouttes se rassemblant pour se faire plus grandes, plus présentes…

Il t’effleure les lèvres, crispées puis entre ouvertes, par ses doigts indiscrets, cherchant compressions et sucions …

Allongés l’un sur l’autre, bouches baisantes et corps luisants, multiples caresses oppressantes …

Crocs sortants par l’excitation, cherchant à mordiller lèvres, lobes et tétons …

Porte se forçant, peu à peu, encore et encore, rentrant et sortant, inlassablement …

Gland gémissant, vomissant, dégueulant, …

Sève collante, péguante, trop présente …

Faisant réaliser que tu n’as rien a foutre là !

Et tu ne sais pas si tu peux te permettre de dire un « au revoir » rapide et franc en pensant un adieu venimeux…

LinkiSeb

Linki’s Menstruation 5 – Virage à 180°

Dans la vie il y a des périodes où tout fous le camp ! Bam ! comme ça ! On passe de sa vie de trainée décadente baisant et nageant dans le foutre à une vie de prince bien gentil propre sur lui avec son mari et le joli service à vaisselle (héritage depuis 1258). Tout est bien rangé dans les ptites cases bien faites et molletonnées consciencieusement afin que rien ne s’abîme… Tout est parfait ! les boites de conserves bien rangées par ordre alphabétique, les serviette de bains pliées et rangées selon celui des couleurs du prisme…

Mais un jour on s’aperçoit que « FUCK OFF tu me brises les burnes ! » On envoie valser perles et mari qui traine la patte ! Pas capable de prendre une quelconque décision, on la prend à sa place et on sort de la cage dorée… Et on repart dans une vie faite de « bouts à bouts » … On redécouvre les fameux sites de rencontres que je ne vous citerai pas ici ( on les connait tous ^^ ) et on se rend compte que peu importe le nombres d’années passées… les gens sont toujours les mêmes… mêmes photos impersonnelles, mêmes profils barbants copiés collés les uns aux autres, mêmes ages pour certains … On ressort les griffes car on sait que c’est un monde de salopes diurnes qui n’attendent qu’une chose : que vous avouiez votre échec amoureux afin qu’elle reprennent le sourire depuis longtemps disparu à cause de leur pauvre et morose vie qui est la leur ( et à nouveau la votre ).

On se persuade qu’on a rien à voir avec eux… qu’on vaut plus et qu’on trouvera LA perle ( encore ?) un de ces jours, et on discute avec des gens, on fait leur connaissance, on rencontre, on boit, on mange, on suce, on couche, et on vomi…  C’est pas le bon.

Mais je m’en fou de pas le trouver le bon … mon service à vaisselle date de 2011 et n’est pas complet, mes 4 serviettes sont de la même couleur, ma machine à laver est d’occasion et ne fait pas la musique quand le programme est fini et ça me plait comme ça ! Ma cage n’est pas dorée, encore moins brillante, elle n’a pas de barreaux et ça me va parfaitement comme ça !

%d blogueurs aiment cette page :