Archives de Catégorie: Waquete

Qui c’est?

C’est à la suite de plusieurs demandes que je consens à écrire ce billet sur un artiste singulier de la chanson française. En effet, l’homme qui va occuper tout ce billet a commis un nombre très important de chansons, de tubes même j’ose le mot qui n’est pas galvaudé. Cependant il en a finalement interprété peu au regard de tous ceux qui sont passés à la postérité.
Commençons par ce titre de 1982…

Karen Chéryl – Oh Chéri Chéri (1982)

Année faste puisqu’il compose un autre succès pour Philippe Lavil :

Philippe Lavil – Il tape sur des bambous (1982)

L’année suivante, il collabore à la composition d’un titre pour l’idole du Rédac’Tto Chef : le titre est explicite, pas la peine d’en rajouter comme disait Maxwell…

Régine – Reine de la nuit (1983)

On comprend tout de suite pourquoi le Rédac’Tto Chef est sont plus grand fan en regardant cette chorégraphie qu’il connait par cœur…

C’est Dick Rivers qui lui doit un beau succès en 1984 :

Dick Rivers – Nice baie des Anges (1984)

En 1985, il compose un tube pour C. Jérome :

C. Jérôme – Et tu danses avec lui (1985)

La même année Gilbert Montagné collabore avec lui pour écrire son tube :

Gilbert Montagné – Les sunlights des tropiques (1985)

Il écrit et compose en 1988 un duo devenu célèbre pour une jeune chanteuse…

Elsa & Glenn Medeiros – Un roman d’amitié (1988)

La même année il écrit et compose un titre pour Sheila…

Sheila – Le tam-tam du vent (1988)

Vous avez trouvé ? Non ? Alors je vous aide…

Il a également écrit et composé des génériques de séries que les trentenaires connaissent bien ! Notamment les deux génériques suivant interprétés par leur co-auteur Eric Charden :

Albator, le corsaire de l’espace (1979)

San Ku Kaï (1980)

Alors vous avez trouvé cette fois ? Non toujours pas ?
Avec le clip suivant forcement, vous allez trouver….

Félix Gray & Didier Barbelivien – À toutes les filles (1990)

Ca y est ? Vous l’avez la réponse ? Un indice : ce n’est pas Félix Gray…

En 1992, il écrit et compose un duo qu’il interprète avec Anaïs :

Anaïs et Didier Barbelivien – Les Mariés de Vendée (1992)

Oui ça y est !!! C’est Didier Barbelivien !!!! Vous êtes forts !!! Même si je vous ai un peu aidé tout de même, avouez-le…
Nous n’avons évoqué ensemble que quelques titres qu’il a écrit et/ou composé ; il écrit une œuvre très importante…

Je vous laisse avec ce titre qu’il a écrit avec un complice en 1986…

Didier Barbelivien – Le Parking d’Auchan (1986)

Waquete

Ah j’oubliais !!! Je profite de cette journée du 21 août pour souhaiter une bonne fête à tous les Christophe ! 😉

Je ne pouvais pas passer sous silence le pouvoir des trois qui a encore frappé ce week-end avec le décès de l’interprète de San Francisco Scott McKenzie…

Scott McKenzie – San Francisco (1967)

Drôles de bêtes

C’est au détour d’une conversation concernant la météo du moment sur le réseau social à l’oiseau bleu (ça tombe dites donc avec ce titre) avec un animal au pelage blanc que l’idée de ce billet m’est venue: et si nous évoquions quelques animaux en chanson?
Commençons par un titre tout droit sorti du concours Eurovision de 1980 :

Sophie et Magaly – Papa Pingouin (1980)

Elles terminèrent 9eme sur 19.
Devant ce succès, une chanteuse Allemande Dorthe Kollo en interprète la version en langue de Goethe quelques mois plus tard:

Dorthe Kollo – Papa Pinguin (1980)

Evidemment je ne pouvais pas oublier un animal noir chargé d’émotions… Je vous propose de découvrir l’aigle noir de Barbara dans l’interprétation de Marie Carmen datant de 1992:

Marie Carmen – L’aigle noir (1992)

Après cette séquence, reprenons un peu le sourire avec un morceau de 1977 que je ne vous présente même pas puisque c’est un monument!

Chantal Goya – Un lapin (1977)

Restons avec cet animal, avec un titre de 1973 interprété par Henri Salvador et dont les paroles ne sont pas forcément destinés au enfants…

Henri Salvador – Petit lapin (1973)

Sur cette morale, je souhaite à tous ceux qui ont cette chance de profiter des vacances. Et pensez à ceux qui sont au travail…

Waquete

Des vacances, du soleil

Vous avez remarqué la date sur le calendrier? Nous sommes en été!
Je sais que ce n’est pas facile de s’en convaincre en regardant par la fenêtre…

Pour lever le voile sur la vie trépidante de l’animal aquatique nocturne, je peux vous dire que je rédige ce billet à l’ombre d’un bel arbre avec une vue splendide.
D’ailleurs, je n’hésite pas, je vous montre:

La vue quand je relève les yeux

C’est pas mal non?

Vous avez reconnu? Non, pourtant c’est facile…

Je vais vous aider à découvrir, mais en chanson évidemment!

Plantons le décor avec ce titre incontournable de 1983 issu de la collaboration de Hervé Vilard et de Toto Cutugno

Hervé Vilard – Méditérannéenne

Alors vous situez?

Allez, je suis gentil (oui dites-le), un autre indice (que

Tino Rossi – Marinella

Toujours pas???? Ah là vous me décevez…
Bon là avec l’indice suivant, impossible de louper la bonne réponse…
En effet, il s’agit d’un titre issu de l’Eurovision de l’année 1993 avec lequel la France s’est classée…

Partick Fiori – Mama Corsica

Inutile d’en rajouter comme disait Maxwell, je ne peux vous en dire plus. J’espère qu’avec tous ces indices vous avez (enfin) trouvé!

Je vous laisse, je dois profiter de l’endroit….

Waquete

C’est pas la saison Donna!

Alors là c’est à n’y rien comprendre… Le pouvoir des quatre n’ayant pas été réuni en un seul endroit et clac! Une chanteuse y passe!!!

Serait-ce que ce pouvoir serait si puissant qu’il puisse agir à distance? J’en connais qui devrait commence à trembler (enfin pas trop car sinon, il y a des coutures qui vont céder…).

Il semblerait que le Rédac’Tto Chef avait raison… Je vais être tel Jean-Claude Brialy, seul au milieu de toutes mes vieilles chanteuses… mortes…

Et oui, vous imaginez bien que malgré cette faute de goût de décéder un mois avant l’été, il n’était pas pensable de ne pas rendre un hommage à une des diva de lu disco qui s’en est allée ces derniers jours : Donna Summer.

Evidemment je ne vous ferai pas l’article sur toute sa carrière, il y a désormais sur la grande toile mondiuale des dizaines de biographies…

Comme à mon habitude, je vais faire une sélection toute personnelle et partiale forcément de tubes interplanétaires (n’ayons pas peur des mots)

Commençons par un succès de 1979…

Donna Summer – On the radio (1979)

Toujours la même année un titre ne passa pas inaperçu et sera même repris en 1997 dans le film The Full Monty:

Donna Summer – Hot stuff (1979)

Remontons un peu le temps avec le cinquième simple le plus vendu de Donna Summer tout au long de sa carrière:

Donna Summer – Love to love you baby (1977)

Remontons encore un peu et arrêtons-nous sur le titre suivant:

Donna Summer – Could it be magic (1975)

Ce titre est en fait une reprise de 1975 d’un titre écrit par Barry Manilow en 1973 (dont la mélodie est basée sur le Prélude n°20 en Do Mineur, Opus 28 de Frédéric Chopin!).

C’est en 1983 qu’un autre succès voit le jour:

Donna Summer – She works hard Ffor the money (1983)

Et un autre titre remporte un beau succès en 1989 (en version longue)

Donna Summer – This time I know it’s for real (1989)

Merci donc à LaDonna Andrea Gaines plus connue sous le nom de Donna Summer que nous avoir fait vibrer avec ces titres et bien d’autres…

Mais au fait chers lecteurs… Un chanteur français a repris un des succès de Donna Summer. Sauriez-vous le retrouver?

Waquete

Dans de vieux pots

Tout de suite je vous vois venir les lecteurs à l’esprit mal tourné! Vous pensez qu’avec un titre pareil je vais dire du mal…
Vous me décevez car ce n’est pas mon genre :  je suis toujours objectif!!!!

Ceci étant mis au point, passons à ce qui vous intéresse (oui je le sais puisque vous êtes restés jusqu’à ce second paragraphe).
Je vais vous parler aujourd’hui en cette veille de dimanche important (puisqu’il est tout de même le second jour du week-end!!!) de chansons célèbres
mais qui auraient pu l’être bien avant!!

Vous connaissiez sans doute celle qui a fait les frais du pouvoir des quatre qui a immortalisé dans le film Bodyguard en 1992, le titre « I will always love you »:


Whitney Houston -I will always love you

Et bien, ce titre est une reprise dune chanson composée, écrite et interprétée par Dolly Parton et sortie en 1974 et qui a été utilisé dans le film musical américain La Cage aux poules (The Best Little Whorehouse in Texas) sorti en 1982 [remarquez la formidable traduction!!!]


Dolly Parton – I will always love you

Alors surpris?

Autre chanson très connue :


Mariah Carey – Without you

Et bien cette chanson n’est pas une création : en effet elle a été interprétée par Harry Nilsson en 1971


Harry Nilsson – Without you

Maintenant je vais faire appel à votre mémoire télévisuelle… Vous souvenez-vous d’une publicité de 2005 pour une marque japonaise de constructeur de télévision qui mettait en scène des ballons?
Et bien la chanson qui illustrait cette publicité était celle-ci


Jose Gonzalez – Heartbeats

Vous vous souvenez? (sinon chercher la pub)

Et bien cette chanson et sa musique si douce est en fait une reprise du titre Heartbeats du groupe The Knife créé en 2003:


The Knife – Heartbeats

C’est autre style n’est-ce pas???

Passons à un autre registre : Souvenez-vous de le titre  de Cascada chanté en 2006 :


Cascada – Everytime we touch

Evidemment vous vous doutez bien que si j’en parle ici, c’est que c’est une reprise… Mais de qui?


Maggie Reilly – Everytime we touch

Vous avez bien lu: Maggie Reilly! cette chanson est sortie en 1992
La voix de Maggie Reilly ne vous ai peut être pas inconnue mais son nom peut-être. C’est elle qui chante le célèbre « Moonlight Shadow » de Mike Oldfield…

Et je ne pouvais terminer sans évoquer la perle qui va suivre… Je ne vous parle pas de l’original c’est inutile vous allez le reconnaître immédiatement.
Laissez-vous emporter…

Lam – YMCA (1979)

Et alors? Vous avez fait la chorégraphie devant votre écran?

Sur cette interprétation mémorable, je vous souhaite un agréable week-end (et n’oubliez pas d’aller bourrer les urnes dimanche, c’est important!)

Waquete

Clins d’oeil et saison

Vous l’avez peut-être entendu : Evelyne D. ou Catherine L. ont dû l’annoncer fièrement : « C’est le printemps! (évidemment moi, je ne les écoute jamais, donc en réalité je ne sais pas ce qu’elles peuvent bien raconter…) – C’est rude de commencer comme ça n’est-ce pas ?

L’occasion de ce changement de saison, et surtout au retour (normalement) d’une météo plus clémente qui peut—être fera sortir le Loup de sa tanière, était trop belle de vous présenter quelques chansons qui célèbrent cette chanson.

Evidemment, je ne pouvais pas louper les clins d’œil cinématographique à Olivier et musical à Jerem , sans commencer par celui qui est le sujet du film éponyme : Cloclo. C’est en 1972 qu’il nous déclare  « Y a le printemps qui chante »

Je ne pouvais pas omettre de cette sélection toute personnelle, le célèbre concerto « Le printemps » de Vivaldi que vous avez sans doute trop de fois entendu dans des conditions bien peu flatteuses pour cette œuvre… Mais l’avez-vous déjà écoutée ? Je ne suis pas un mélomane comme Tambour Major, mais je vous y invite..

Pour le concours Eurovision de 1964, Hugues Aufray interprète comme représentant du Luxembourg son titre « Dès que le printemps est là »

Sans transition aucune, dans un style totalement différent, Pierre Perret nous déclame en 1981 « C’est l’ printemps »

En 1968, Ricet Barriet interprète un titre champêtre qui célèbre à sa manière l’arrivée de la nouvelle saison : « Isabelle, v’la le printemps »

Ce billet a commencé avec lui, il se terminera aussi par lui. Cloclo commençait une carrière hors des frontières du pays en interprétant des titres en Anglais. Voici la version anglais du même titre intitulée « Go where the sun is brighter » (notez tout de même que le référence au printemps à totalement disparue)

Waquete

Si vous avez écouté la chanson interprété par Ricet Barrier, il est fort probable que vous connaissiez la voix de son chanter sans en connaître le nom. Sauriez-vous me dire pourquoi ?

Ah deux…

Que le temps passe vite… Je ne l’ai même pas vu passer…

Je n’en reviens pas moi-même ! Et j’ai bien fait le compte : vingt-quatre billets. Je n’aurais jamais pensé écrire autant comme ça sous vos yeux..

Il y a deux ans en effet j’écrivais J’y vais mais j’ai peur. Et ce n’était pas que pour pour la figure de style. Comme j’avais fait une promesse au Rédac’Tto Chef ; il m’avait fait confiance, je ne pouvais pas reculer. Et je n’en menais pas large…

Et finalement, je suis encore là. J’en suis d’ailleurs ravi.

Evidemment, les plus jeunes d’entre-vous ne connaissent certainement pas l’extrait video précédent : il s’agit de l’indicatif de Antenne 2 (l’ancêtre de France 2).

Alors pourquoi coller cet extrait ici et maintenant ? Et bien, relancez l’extrait et écoutez… Ca y est ?

Pour moi cette aventure de UnefoisparMoi, au delà de l’écriture c’est aussi des rencontres. De belles rencontres avec beaucoup d’auteurs : ceux qui écrivent et ceux qui sont passé et qui ont laissé leur empreinte. D’ailleurs pour les découvrir ou les redécouvrir, allez-voir dans la colonne de droite, ils ont tous là. Pour ceux que je n’ai pas eu encore la chance de rencontrer, j’espère nous pourrons y remédier…

Et comme tout doit ce terminer en chanson, voici un titre de Céline Dion extrait de l’album D’eux :

Céline Dion – Je sais pas

Waquete

Pour bien commencer

Il est encore temps de vous souhaiter une très bonne année.

Et puisque vous l’avez tellement réclamé suite au billet du mois dernier, je vais tenter d’exaucer un premier pour cette année. Et ce billet lui est totalement consacré. Prêt à chanter ? Oh ne rouler pas des yeux comme ça, je suis certain que vous connaissez au moins le refrain de la chanson qui commence ce florilège…

Mireille Mathieu – Mille colombes

Malgré les péripéties, le spectacle continue, et comme elle le dit si bien…
Mireille Mathieu – Pour le meilleur et pour le pire

Il n’était pas possible d’oublier de mentionner la version du succès de Barbra Streisand A woman in love  :

Mireille Mathieu – Une femme amoureuse

Mais surtout j’ai envie de vous dire, Pardonne-moi ce caprice d’enfant

Mireille Mathieu – Pardonne-moi ce caprice d’enfant

Vous ne pensiez pas que j’allais omettre un titre dans la langue de Goëthe tout de même? Ce serait mal me connaître, pourtant, depuis le temps…

Mireille Mathieu – Es geht mir gut, Chéri

Et comme le dit si bien Mireille, vous pouvez me remercier ! En effet, non seulement vous venez de découvrir ce titre que vous ne connaissiez pas il y a encore quelques minutes, j’ai égayé votre journée avec cette couleur qui vous a hypnotisé durant tout le clip….

En espérant que vous retrouvez vos esprits pour le mois prochain…

Waquete

Il est où le vieux ?

Pas de méprise avec le titre de ce billet : je ne fais allusion à aucun de mes co-auteurs de ce blog.

Evidemment, il s’agit du barbu bedonnant qui est censé se faufiler (on ne sait trop comment) par la cheminée pour apporter des cadeaux aux enfants sages.

Pour ma part, je n’ai pas chez moi de cheminée mais j’en aurai plusieurs à disposition la nuit de Noël histoire de maximiser les chances d’avoir un gros paquet (enfin un de plus.. rhooooo).

Mais trêve de bavardages inutiles et déplacés, la sélection du mois (du moi aussi) ne pouvait être que raccord avec la saison en évoquant le vieux, la neige (que certains ont déjà), l’hiver… et l’improbable (vous ne pensiez tout de même pas y échapper?).

Commençons par un tube des années 80 du groupe Wham ! avec, notamment, Georges… Pour les plus jeunes, celui-ci n’utilisait pas des dosettes de poudre brune…

Wham! – Last Christmas (1984)

Remontons encore un peu le temps avec une interprétation de Petit Papa Noël par Boney M

Boney M. – Petit Papa Noël (1981)

Et puisque je suis un fan de ce groupe, un autre titre beaucoup plus pieux sorti en 1978, et qui raconte toute l’histoire du divin enfant.

Boney M. – Mary’s Boy Child/Oh My Lord (1978)

Pour continuer dans la catégorie internationale, la plus française des chanteuses grecques, Nana Mouskouri, chante en 1980 en version originale…

Nana Mouskouri – Christos Genate  » Noël Grec  » 1980

La petite fille de français moyens a également chanté pour l’occasion notamment en 1976..

Sheila – Glory Alleluia (1976)

Pour remonter encore dans le dans où la télévision était encore en noir et blanc, Dalida interprète une chanson populaire Vive le vent en 1960

Dalida – Vive le vent (1960)

Je sens que vous êtes déçu… J’avais promis de l’improbable… Mais j’ai gardé le meilleur pour la fin. Vous ne pensiez tout de même pas que j’allais terminer l’année comme ça !

Il me faillait une apothéose que dis-je un feu d’artifice!

Prenez une respiration, et laissez-vous emporter par la chanson suivante…

Vous l’avez reconnue ? Bien entendu c’était Mireille Mathieu (ça ce n’était pas bien compliqué!). Evidemment j’évoquais la chanson… Il s’agit de « Lieber Weihnachtsmann » c’est à dire « Petit Papa Noël » en Allemand dans le texte !!!

Sur ces bonnes paroles, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année, et on se retrouve l’année prochaine !

Waquete

Vous avez dit?

Mademoiselle Hardy, puisque que c’est ainsi que Françoise Hardy s’est fait connaître au cours de l’année 1962 en participant au Petit conservatoire de la chanson diffusée sur l’unique chaine de télévision (la Nouvelle Star de l’époque pour les plus jeunes).

Mais c’est précisément dans la soirée du dimanche 28 octobre 1962 que la chanteuse se révèle au cours d’un événement indépendant de sa volonté. En effet, c’est durant cette soirée que les résultats du référendum sur l’élection au suffrage universel du Président de la République sont proclamés. Et durant un intermède musical, Françoise Hardy interprète Tous les garçons et les filles.

Françoise Hardy – Tous les garçons et les filles (1962)

En 1969, Serge Gainsbourg lui écrit le texte de  Comment te dire adieu? sur l’instrumental It hurts it say goodbye de Margaret Whiting composée en 1966.

Françoise Hardy – Comment te dire adieu? (1969)

C’est à la même époque qu’elle renonce totalement à la scène… S’en suit une période de creux dans sa carrière.

Mais en 1973 une collaboration avec Michel Berger marquera une étape marquante dans son retour avec le titre Message Personnel.

Françoise Hardy – Message personnel (1973)

(Extrait d’une émission de 2007 en hommage à Michel Berger)

En 1978, en plein mouvement Disco, elle sort un titre qui la fait connaître d’un public plus jeune.

Françoise Hardy – J’écoute de la musique saoule (1978)

Après un petit moment de silence, Françoise Hardy revient en 1986 avec V.I.P dont elle compose le texte.

Françoise Hardy – V.I.P. (1986)

1988 est marquée par l’album Partir quand même dont elle a écrit tous les textes mais qui coïncide avec sa décision d’arrêter sa carrière de chanteuse. La musique titre éponyme a été composée par Jacques Dutronc, son mari depuis 1981.

Françoise Hardy – Partir quand même… (1988)

Même si elle ne souhaite plus chanter, elle écrit pour d’autre notamment un beau texte pour Julien Clerc…

Julien Clerc – Fais moi une place (1988)

Poussée à revenir à la chanson, elle sors en 2000 le titre Puisque vous partez en voyage composée par Jacques Dutronc

Françoise Hardy – Puisque vous partez en voyage (2000)

Et ce fût une belle idée, puisque l’album est nommé aux Victoires de la musique 2001, dans la catégorie « Meilleur album de l’année ».

J’espère vous avoir fait découvrir (ou redécouvrir) cette artiste. Mais mon petit doigt m’a dit que vous allez en entendre reparler bientôt ici…

Waquete

%d blogueurs aiment cette page :