Archives de Catégorie: Virginie

Rosir de plaisir…

 

La découverte d’un nouveau plaisir est toujours exaltant…

Je n’ai pas changé en ce qui concerne le plaisir de goûter au plaisir du fruit défendu, je veux parler de celui qui me fait chavirer les papilles !

Si vous saviez le plaisir qu’il y a de prendre un de ses biscuits roses, de poser sa langue sur sa croûte éphémère pour laper doucement la poudre légère et blanche…

Si vous saviez le plaisir qu’il y a de sentir ses papilles se gorger de bonheur lorsque le gâteau trempé quelques secondes dans du champagne ou du vin vient se fondre dans votre bouche…

Si vous saviez le plaisir qu’il y de fermer les yeux et de sentir cette saveur unique, ce mélange doux, dur et moelleux à la fois descendre lentement au fond de votre gorge…

Si vous saviez la jouissance ultime ressentie lorsque l’euphorie de l’alcool mêlée au sucre vous donne la soudaine envie de recommencer, de ne plus vous arrêter…

Si vous saviez le bien être qu’il y a de sentir sur ses lèvres et sa peau, une sorte de fourmillement jouissif  et…

Je crois que je m’égare et que je pense à autre chose, mais chutt…

Et que les puristes ne me jettent pas de pierres, si le liquide se trouble un peu, le gout n’en sera que meilleur…

Extrait d’un texte publié sur le Simorgh en mai 2009.

 

Parce qu’il y a des plaisirs que l’empreinte du temps ne dénature pas, bien au contraire…

Je souhaite un heureux anniversaire à Une fois par Moi avec quelques un des mes biscuits et du champagne rosé !

Virginie

Publicités

So cute !

 

 

Salut les petits loups !

 

Une femme peut et doit savoir en cacher une autre et j’adore jouer à cache-cache, alors j’en profite un peu 🙂

 

Tout me paraît  bien calme sur les paquebots et trimarans de la blogosphère en ce début d’année, l’hiver nous rend un peu  frileux…

 

Frileux de mots, d’idées et ce ne sont pas les soirées raclettes près de la cheminée qui sont faites  pour arranger nos dévergondages et notre libido !

Quoique,  jouer les Lady Chatterley avec le jeune là-haut devant un bon feu, ne devrait pas déplaire à certains…

 

Je dis à certains, parce que nous les certaines, celles qui depuis la sortie du ventre de nos mères préférons les hommes, ne donnerions pas l’ombre d’un copeck à cet angelot boutonneux  au regard de poisson pas frais !

Nous les femmes, ils nous faut du consistant, du qui attise le feu, du qui ne se la joue pas évaporé  et flacon de sel.

 

L’homme objet, sex-toy aux muscles lubrifiés et photoshopés, non merci !

Nous n’avons plus l’âge de jouer à la poupée, où plutôt si, mais celle qui nous intéresse doit se montrer tendre et docile, et pas se prendre pour un GPS 🙂

 

C’est curieux que chez certains hommes, les neurones se fassent discrets,timides, mais où se cachent-ils ?

Ha, j’ai trouvé !

Ils doivent faire une mêlée, resté grouper comme au rugby, juste au dessus des deux sachets de thé, pardon des bourses qui d’ailleurs ne sont pas toujours remplies d’or et d’argent, la faute à la crise 🙂

Votre sexe Messieurs, cessez de le montrer comme un trophée, tout ça vas mal finir !

Triste vie  pour cet appendice, que de se retrouver cloué sur un mur entre une tête de sanglier et des cornes de buffles 🙂


Et puis cessez aussi de vouloir nous ressembler !

Arrêter de vous habiller comme nous, enfin d’essayer 🙂

 

Les talons hauts ne vous donnent pas l’air dégourdi  et vous font de vilaines fesses et pour ceux qui sont moins haut qu’une mini cooper, je ne conseille pas  les souliers compensés, car même si le ridicule ne tue plus, l’air con fait autant de ravage !


Pour vos dessous, c’est la même chose !

Votre maman ne vous à pas expliqué que la soie et la dentelle n’était pas des matières  appropriées à votre anatomie 🙂

 

Et bien moi, je vous le dis !

La finesse du satin ne pourra jamais satisfaire votre  tige et vos grelots qui vont finir par descendre jusqu’à vos genoux 🙂

Et attention, lorsque ça tombe, ça fait mal…

Et comment allez vous faire pour déambuler sur la route des soldes, gênés de la sorte aux entournures !

Soyons sérieux, un laid ne deviendra jamais un Delon et un pas trop futé, un Einstein Junior, mais un homme peut rester un homme 🙂

 

Il y a un peu plus d’un an, j’écrivais une petite prose au sujet de votre anatomie Messieurs, allez donc lire et réfléchir sur la condition ô combien importante  de votre précieux trésor !

Le petit de l’homme

Petit clin d’oeil à Linkeseb qui doit être pire que blond puisqu’il ne sait toujours pas mettre sa signature 🙂 🙂 🙂 🙂

 

Bisous à toutes et à tous et à la prochaine fois, si vous le voulez bien !

Virginie


Joyeuses Pâques !

 

Coucou les petits loups !

 

Un peu de familiarité ne fait pas de mal, je commence à vous connaître un peu…

Tout d’abord,  si vous vous attendiez à lire et surtout voir quelques jolies petites pubs vintages, vous allez être déçu 🙂

Mais si,  je continue,  mais mon sujet ô combien important sur les joies de l’abus d’alcool, ce sera pour le 22 janvier !

*

Voilà, depuis cet été, une petite baisse de moral et une petite grosse fatigue passagère, ont eu raison de moi 😦

J’ai vécu au ralentit ces temps derniers, mais l’année prochaine,  je vais enfin reprendre ma vitesse de croisière !

Avec de bonnes résolutions, moi qui n’aime pas en prendre, telles que ne plus lire en prenant mon petit déjeuner mon Google Reader avec les billets de mes 73 blogamis !

Pas besoin d’un ami Ricoré, vous voyez,  j’ai ce qu’il me faut !

*

Et oui, si je lis et relis là-bas, et bien je ne passe plus nulle part, pour commenter par exemple !

Et puis surtout, ne plus trop me diversifier pour être au top dans seulement deux ou trois blogs 🙂

Prendre le temps d’écrire, et surtout ne plus jamais faire de billets à la dernière minute !

*

J’ai honte, car je n’ai toujours pas rendu ma copie, vous savez le questionnaire que Tto a concocté pour nous demander notre avis sur ce blog justement !

 

Moi et mes copines vous souhaitons de belles et joyeuses fêtes de Pâques en espérant que les  cloches vont bien vous gâter 🙂

 

Une petite pensée pour jf que je ne croise pas beaucoup en ce moment et que j’embrasse bien fort !


Et un petit cadeau pour Ditom…

Une petite photo de qui il sait !

Elle a de la chance de vieillir, non 🙂

Tient au fait, elle est avec qui la dame ?

 

Je vous embrasse très fort, et je vous dis à l’année prochaine si tout va bien…

 

Virginie

Belles, belles, belles…

Comme le jour,

Belles, belles, belles comme l’amour…

*

Ce n’est pas nouveau tout ça, de tout temps et à tout âge,  on  a toutes et tous eu envie  de rester ou de devenir belles ou beaux !

Après la deuxième guerre mondiale, il fallait redonner le moral « aux troupes », je veux dire à la population et faire repartir le commerce.

Les femmes n’ayant pu se faire belles pendant toutes ces années allaient pouvoir prendre leur revanche !


Et comme aujourd’hui, la caution du monde médical n’était pas rare.

La fameuse crème Tokalon avait été élaboré par le Dr Karl STEJSKAL professeur à la Faculté de Médecine de Vienne en Autriche.

Fabriquée à partir d’éléments naturels, de l’extrait de peau de jeunes animaux soigneusement sélectionnés, elle promettait une nouvelle jeunesse en seulement quelques jours 🙂

 

Et oui, tout une époque ou personne ne s’offusquait de connaître  les ingrédients qui rentraient dans la composition des cosmétiques !

Je me souviens aussi des colorations pour les cheveux à base d’huile de vison…

 

Très moderne aussi, le satisfait ou remboursé !

Le laboratoire qui distribuait cette crème originale se trouvait à Marseille, Rue de Paradis 🙂

 

Mais il n’y avait pas que le « crèmage » pour devenir beau, il y avait aussi le savon 🙂

Et il y avait deux marques qui dépassaient toutes les autres, Lux et Cadum.

Qui n’a pas entendu parler du fameux Bébé Cadum !

Et bien, il avait une drôle de figure  celui-là, je trouve qu’il faisait déjà vieux pour son âge et heureusement que ma chère maman ne l’employait pas, sinon quelle tête j’aurais aujourd’hui 🙂


Ce savon fut créé en 1907  et doit son nom à l’huile de Cade qui était l’un de ses composants.

Cette année c’est une petite fille Zoé qui à remporté le concours du plus beau bébé Cadum !


Les mamans l’employaient aussi !

 

Les vedettes avaient une préférence, la marque Lux !

 

Je comprends pourquoi elle était si belle, son secret était le savon….

Et vous avez bien lu, 9 stars sur 10 faisaient confiance à cette savonnette !

Je me souviens de son parfum lorsque j’étais enfant…

 

Si de grandes stars Américaines se sont frottées à cette publicité, c’est tout simplement parce  que ce produit est né au Etats-Unis en 1925 !

Il contenait des huiles végétales très hydratantes et ce fut de suite un véritable succès 🙂

Depuis 1930, plus de 400 stars sont apparues  dans ces publicités, papiers et cinématographiques.

C’est en 2004 que la comédienne Sarah Jessica Parker de Sex and the City, a contribué à la nouvelle campagne !

Le 22 janvier, je continuerai de parler cosmétique mais aussi de maquillage !

Mais bien avant, le 22 décembre le vin et ses jolies réclames seront mises à l’honneur 🙂

Et un peu de  Noël aussi, après tout ce sera de saison.

Je souhaite à toutes et à tous une belle semaine et je vous embrasse

Virginie


Dessous à deux sous !

Je les préfère un peu coquins, doux sur la peau, et soie yeux pour le regard de mon amoureux !

 

Je sais bien qu’il y a ceux qui les préfèrent pratiques, solides  et faciles  à manipuler…

*

Il fut un temps que les moins de vingt ans et même tous les autres n’ont pas connu, une époque ou l’esthétisme avait déjà  une toute petite place…

Une époque où les femmes prenaient tout leur temps pour se déshabiller où se faire aider par des mains expertes !

 

 

Quant aux homme, ils pensaient plus à mettre leurs muscles en valeur que leurs bijoux de famille !

Voici un ancêtre du string…

Et un ancêtre du boxer !

Monsieur Fier à bras aurait dû enlever ses chaussettes 🙂

Rien n’a beaucoup changé, le cerveau est resté le même, miniature pour quelques uns, et le GPS est toujours dans le slip 🙂

Passons aux choses sérieuses !

Que pensez-vous des dessous de cette belle brochette d’athlètes…

Mis en valeur ou pas ? 🙂

Petit soucis de lavage sans doute, problèmes à l’essorage !

Et pourtant la réclame nous affirmait une bonne tenue à l’ébullition, mais ça dépend  laquelle 🙂

Je comprends mieux ce que veux dire un polichinelle dans le tiroir 🙂

Les femmes avaient déjà beaucoup plus d’accessoires que les hommes !

Et leurs mères avant elles devaient en faire des sacrifices pour avoir de si jolies fesses 🙂

Tiens le soutien gorge de Madonna 🙂

 

Poitrines tournées vers le ciel, seins qui pointent comme à la pétanque 🙂

A la même époque Messieurs vous étiez fiers de vos Kangourous, bien pratiques  pour les câlins en voiture et pour se chauffer les mains 🙂

Un slip qui aurai pu faire gagner le Paris Dakar à quelques uns !

Le seul, le vrai, le tout terrain 🙂

Suspension, suspension, ça dépend de l’âge aussi !

*

Un grand pas pour les femmes avec une gaine révolutionnaire, la fameuse Scandale !

Comparer un sous vêtement à de la pelure d’oignon 🙂

 

Un joli modèle pour les jeunes filles !

Mais je n’ai jamais porté ça moi 🙂

J’aime beaucoup cette réclame qui nous annonce que ce slip de bain  ne prends pas l’eau, qu’il sèche comme un courant d’air, qu’il sait rester frais au soleil, et chaud l’hiver alors 🙂

Impossible de s’enrhumer de ce côté là !

Et puis à la fin des années 60 la couleur arrive à la télévision, enfin !

Et soudain tout devient  plus artistiques !

Les femmes portent de belles culottes assorties à leurs Tupperwares 🙂

Grandes et belles, mais non messieurs,  je ne  parle pas de vos attributs, quoi que 🙂

Et le must à cette époque, la cravate assortie au slip 🙂

Aujourd’hui j’espère messieurs que vos chaussette ne sont pas blanches, mais jumelles avec vos jolis boxers…

 

Le mois prochain, il sera question des produits de beauté, nous sommes toutes et tous concernés 🙂

*

En attendant je me demande ce que ce petit garçon fait là…

En plus il ne porte rien 🙂

Il a préféré les filles aux manifs, chacun son truc 🙂

Je vous embrasse fort !

 

 

 

Virginie

 

 

Soeur sourire !


Et oui, demain est un autre jour, une autre saison !

Je ne vais pas m’effeuiller, rassurez vous 🙂

Juste une envie, celle de faire la nique aux journées qui vont raccourcir et aux courants d’air qui risque de nous rendre morose…

Écrire ici du léger, du mousseux, de l’aérien, du qui fait cinq minutes et qui n’en demande pas plus  !


Du pour les moins de trente ans, qui n’ont pas connu la télévision en noire et blanc, ni les années d’après guerre, la seconde, et qui ont des souvenirs cachés qui appartiennent à leur parent !

Et pour tous les autres, pour les faire rire, se rappeler que le ridicule ne tue pas 🙂

Vous faire sourire beaucoup, réfléchir un peu, émouvoir aussi et tout cela au travers d’un phénomène qu’il y a  bien longtemps on nommait la Réclame !


De temps en temps, je vais me transformer en modeuse et je commence aujourd’hui 🙂



Certain d’entre vous en connu les années 70, d’autres en ont rêvé…

Liberté chéri, corps qui se dénudent, amour libre, pop music, orange psychédélique, mais aussi une mode un peu tape à l’oeil !

On pratiquait déjà le cocooning, et on aimait s’habiller pour profiter de son home sweet home…

Les hommes se devaient d’être élégant au lit 🙂


Mais les femmes n’avaient rien à envier aux mâles séducteurs, elles aussi avaient leurs robes de soirées chambres qui souvent devaient bien s’assortir avec le papier peint de leur boudoirs !

Ha le matelassé douillet, ça me fait rêver 🙂


Vous noterez pour la demoiselle en vert, le petit détail d’une tropézienne dorée et la version courte de ce modèle !

*

Pour la journée, l’élégance passait chez Monsieur par la matière et le jersey pure acrylique bien moulant ne pouvait que sied parfaitement à la silhouette d’un homme moderne !


Encore un détail qui a son importance, la forme des souliers, fins et pointus, qui ressemblent étrangement à des modèles d’aujourd’hui 🙂

*

Les femmes aux foyers avaient elles aussi la touche d’élégance qui leur permettait de faire le ménage, la vaisselle, le repassage, la cuisine en toute tranquillité…

Ces modèles tout coton, confortables et saillants, allaient rendre encore plus attrayantes toutes ces activités si enrichissantes !

Pour ne pas dire blouses, on disait Robes de jardin ou d’intèrieur 🙂

Mais le soir, du moulant et du satin !

Et pour les week-ends de Monsieur, on appelait ça du sportwear, chics mais sportifs nos apollons 🙂

Quelle classe ces années 70 !

*

Petit cadeau de la maison, deux planches à imprimer et découper pour vous amuser à habiller Paul Mc Carney , G Harisson et Juliette Gréco !



Le 22 du mois d’octobre, je vous parlerai sous-vêtements avec des culottes très culottées pour les femmes et des slips des années 50 pour les hommes, slips dont la réclame promettait des centaines d’heures  d’ébullition 🙂

Je vous embrasse et à bientôt !





Eux et nous !

Bientôt la rentrée, ici et ailleurs…

Profitons des dernières heures d’insouciance !

Légèreté et sourire sont deux mots qui vont très bien ensemble, très bien ensemble comme le chantait pour Michèle Paul McCartney !

J’ai choisi cette photo de Françoise, petit clin d’œil à JanjacQ, pour vous prouver que le ridicule ne tue ni les humains, ni les animaux…

*

L’homme serait-il plus désirable avec cette parure blanche et poudrée ?

Et le chat ?

Je n’ose vous dire pour quels personnages ma maîtresse a sa préférence…

*

Pour la suite le ridicule, où plutôt la mode, use de tout ses artifices pour une mise en valeur qui ne passera pas inaperçue !

Zut ma copine à l’air triste, tout ça pour faire plaisir à sa chère maîtresse, comme moi !

Waou en pyjama elle n’est pas mal non plus, dommage pour moi de n’être qu’un chat !

Et lui, un tout comme moi, comment le trouvez-vous ?

Classe, la cape lui donne un air très distingué !

Le confort d’un ciré marin et un profil à la Tabarly !

Quant à ce petit york, il a vraiment une tête à chapeaux !

Lui par contre, la forme et la couleur ne lui donnent pas bonne mine !

Et eux, là juste en dessous, vous en pensez quoi ?

Pour des humains, je ne les trouve pas très malins et je préfère garder mon beau poil noir en toute saison !

Barnaby ne sera jamais une fashion victim !

Et celui-là, sa coiffeuse a dû rater sa couleur !

Je n’aime pas l’eau moi et ça se voit !

Tiens l’humain en dessous à l’air d’adorer l’eau, berk !

Nous les animaux sommes quelques fois un peu narcissiques…

Mais l’homme aussi !

Nous les chats sommes très joueurs…

Mais elles aussi !

Je ne cherche pas à ressembler aux humains moi, pas si bête !

Trop fier d’être un animal et surtout un chat…

Aujourd’hui c’est dimanche et je vais rejoindre mon dodo parce que je ne suis pas seul et on m’attend pour le petit déjeuner !

Je ne vous parle pas de ma gentille maîtresse mais de ma nouvelle copine…

Je souhaite à toutes et à tous une bonne rentrée, soyez sage et à très bientôt…

Plein de bisous…

Virginie

Pas peur du loup !

Ma gentille maîtresse m’a initié à la lecture mais pas seulement.

Et depuis quelques semaines, je ne me débrouille pas mal du tout avec la télécommande de la télévision !

J’ai ouvert il y a quelques jours un nouveau  livre, Le petit chaperon rouge et quelle déception…

Faire passer pour un imbécile un loup en le déguisant en vieille peau humaine, c’est du grand n’importe quoi !

Et puis les historiens le savent bien, aucune trace d’un loup qui aurait dévoré des humains.

Faire passer les animaux pour des méchants ou des couards, c’est un peu trop facile, non ?

L’imagerie populaire nous a hélas habitués à honorer l’ours, le fameux « nounours » qui lui, est vraiment dangereux pour l’homme !

Pour oublier cette histoire imbécile ma chère maîtresse m’a invité à regarder une émission sur une chaîne culturelle !

Shaun Ellis a partagé pendant deux ans la vie d’une meute dans le parc naturel du Dartmoor, en Angleterre.

Il a d’abord élevé 3 bébés loups qu’il avait ramenés du parc Yellowstone aux États-Unis et qui se sont habitués et attachés à lui.

Deux années à apprendre avec eux, à être eux…

Dans un premier temps, il a hurlé avec sa voix d’humain et les petits ont répondu à son appel…

Quelques mois plus tard, il est parti dans le Dartmoor avec sa meute dont il est peu à peu devenu le chef !

Métamorphose de cet homme devenu presque loup…

Quelques petites anecdotes !

Lorsque qu’il est obligé de les quitter, il remet toujours les mêmes vêtements pas lavés et pour se nourrir, il ouvre les cadavres de chevreuils à l’insu des loups, en sort le foie – morceau de choix pour l’Alpha, chef de meute – part dans sa caravane pour le faire cuire et revient le mettre dans le ventre de l’animal mort.

Au moment du partage du repas avec la meute, en carnassier averti,  il ouvre le ventre du chevreuil avec les dents et récupère le morceau !

Il n’est jamais arrivé à manger la viande crue…

J’ai aussi appris que pendant ces deux années passées avec les loups, il n’avait jamais été malade, même pas un rhume !

Pourtant, la pluie, le froid, la boue, le léchage de ses plaies par les loups, auraient pu lui faire craindre le pire, mais justement cette vie rude a fait se renforcer son système immunitaire…

Ma maîtresse a retrouvé la vidéo en entier de cette émission, qu’elle ne trouve plus sur le site de la chaine 5 !

L’HOMME LOUP

Tout comme moi, elle vous invite à la regarder, parce que ces 55 minutes d’une aventure hors du commun vont bien sûr vous en apprendre beaucoup sur les loups, mais surtout sur les humains !

Vous vous croyez tout permis, vous savez tout et vous allez être surpris…

(les 3 vidéos ci-dessus ont été dénichées par JjQ sur Dailymotion)

Il y a aussi le livre du philosophe Mark Rowlands qui nous raconte son aventure avec un loup qui l’a suivi partout, de l’amphi où il donnait des cours, jusqu’aux montagnes de l’Alabama…

Encore une histoire extraordinaire !

Ne pas avoir peur du loup, et surtout réfléchir sur nous-mêmes, voilà ce que nous offrent ces deux hommes, et il ne faut surtout pas passer à côté de ces témoignages hors du commun .

Ma maîtresse se joint à moi pour souhaiter à tous de belles vacances !

Barnaby

Virginie

Ensemble

Les différences se joueraient-elles sur la couleur ?


Le rose pour les filles, le bleu pour les garçons…

Et les autres, elles n’existent pas !

Et le noir et le blanc ?

Et la taille et oui  la taille, très important !


Et l’indifférence, elle se joue comment ?


Comment jouer de sa différence dans l’indifférence…

Un chat peut-il se poser de telles questions ?


Les autres je ne sais pas, mais moi oui !

Bien élevé par une Maîtresse aimante, compréhensive et intelligente, j’ai appris à découvrir de très prés la gent humaine et je suis souvent déçu, comme elle…


Je respecte mes congénères moi !


Bien sûr, chacun son territoire et si nous imposons des limites c’est pour le bien-être de tous …


Des jalousies pour une jolie chatte convoitée, ou une bagarre pour une gamelle de croquettes, ne nous entraînent pas jusqu’à la mort…

Nos seules armes de guerre sont notre force et notre clairvoyance, tout est en nous, pas besoin d’accessoires !


Notre regard sur les autres est si différent du vôtre…

Nous sommes méfiants bien sûr, mais surtout curieux et nous allons bien facilement vers ce que nous ne connaissons pas !

Avec vos peurs, vous les humains, vous jugez de suite et ne laissez aux autres aucune chance de vous montrer ce qu’ils sont vraiment…


Vous feriez mieux de prendre exemple sur nous un peu plus souvent !

J’ai montré à ma maîtresse ces photos qui font bien réfléchir…


Ce diaporama nécessite JavaScript.


Tout devrait les opposer ces deux-là !

Taille, couleur, race…

Et pourtant, ils font le premier pas, ensemble…


Ensemble, c’est tout !


Barnaby

Virginie

Abel et Tiffauges

Comment vous parler de lui puisqu’il n’est plus…

Ma maîtresse fit sa connaissance un soir à la télévision et quelques jours plus tard elle rangeait dans sa bibliothèque un de mes futurs livres préférés, Une vie de chat.

Juste à côté du Jardin d’Acclimatation, parfait !

Ce chat me ressemblait bien puisque il a pris la plume pour écrire…

Lui c’est Tiffauges et son Maître c’est Abel !

Un beau couple, une belle équipe, une osmose…

Abel Tiffauges, c’est d’abord l’unique personnage du Roi des Aulnes de Michel Tournier.

Cet homme jardin, comme il aime à se définir a quitté un soir son presbytère pour offrir à un ami une petite boule de poils, un petit hirsute noir et blanc, un chat…

De la Vallée de Chevreuse à Paris, il n’y a qu’un pas que celui-ci a fait dans une boite en carton !

L’ami est écrivain aussi et il s’appelle Yves.

Coup d’amour à coups de mots, Abel-Yves et Tiffauges vont s’aimer, joindre leurs solitudes, s’ouvrir ensemble et se mettre à nu…

Une histoire…

Un trio…

Tiffauges, gâté et unique Chat-Roi de la maison, va se retrouver en colocation avec Tiffany, jeune et jolie femelle de quelques semaines !

… Il a fallu éduquer la petite et ne lui faire prendre que de bonnes habitudes. Je me la dévorais. Un vrai festin, petite boule que je léchais jusqu’au mouillé le plus achevé, de la tête aux pattounettes, coins et recoins, du léchage intégral pour la propreté, le plaisir, et bien marquer le territoire de son corps, totalement mien, accomplissement d’un vœu dont les limites de l’appartement, son enfermement, n’étaient qu’une garantie de plus de durée et pas vraiment d’asservissement…

… Puis Tiffany fut femme. Elle eut ses premiers émois…

… Jusqu’à la nuit de pleine lune, où n’en pouvant plus de plaisir, je me jetais sur elle.

… Je fis avec elle ce qu’Abel faisait avec ses mounons, mais si j’arrivais à la pénétrer, je n’obtenais aucune satisfaction. Tiffany ne fut pas discrète et alerté, Abel nous prit en flagrant délit, elle jouant les victimes et moi l’air penaud. Abel vint alors me caresser “T’en fait pas mon vieux”.

J’étais devenu son vieux ? Tiffany comprit vite et se moqua de moi. Abel l’emmena chez le vétérinaire. On l’opéra. Elle n’aurait jamais d’enfant. Ma première pensée fut que nous étions désormais à égalité, c’est subtil, nature même de la cruauté quel que soit le contexte, et cependant j’y ai pensé : Abel nous imposait-il la stérilité de ses amours ?…

Tiffauges et Tiffany ne pouvaient ni jouir ni se reproduire…

Amour passion, mais sans raison.

Yves Navarre

La “seconde” arrivera, une douce siamoise à poil long et aux yeux bleus…

Quelques semaines plus tard, Tityre la Balinoise est enceinte et notre Tiffauges fait croire à Tiffany qu’il est le père !

Un mensonge avant la mort au bout…

… Pourquoi ai-je menti à Tiffany ? Par amour propre ? Par orgueil ?

Et si ça avait été par amour, par amour masqué, comme un rendez-vous…

Un ménage à trois et voilà que la belle histoire dérape…

Je ne veux pas tout dévoiler, ce livre étant sans rime mais tellement riche.

Une vie de chat est le véritable auto-portrait d’Yves Navarre, donné par la fusion d’Abel et Tiffany…

Comme ma maîtresse, je l’ai lu plusieurs fois et je suis toujours aussi ému…

Une vie de chat

Abel-Yves est pire qu’attachant avec ses mots et ses silences.

Vous souvenez-vous ?

Il a obtenu le prix Goncourt le 17 novembre 1980 pour le Jardin d’Acclimatation, cette histoire d’une famille bourgeoise bien pensante qui n’acceptera pas que son plus jeune fils soit homosexuel.

Le père fera opérer Bertrand, une lobotomie !

Je ne sais si tout ceux qui passeront ici ont lu ce livre, alors je ne raconterai pas l’histoire et si vous ne connaissez pas Yves Navarre, commencez par celui-ci et ensuite Une vie de chat

Le jardin d'acclimatation

Avec ce lien vous découvrirez l’interview de l’auteur le jour de la remise de ce prix.

ina.fr : interview d’Yves Navarre – prix Goncourt – 1980

17, c’est aussi le nombre de manuscrits refusés avant la publication de son premier roman, Lady Black !

Quelques jours après son apparition à Apostrophes, l’émission littéraire de Bernard Pivot, qu’il vécut comme une épreuve, une contre-performance, il dira ” Nous n’avons pas parlé du bouquin, mais plutôt de ma vie et on à oublié le plus important, Tiffauges et le livre ! Et oui, j’ai eu un grave problème de santé mais je n’ai pas envie d’en parler, ce n’est pas l’essentiel… “

Nous étions en mai 1986…

chez Bernard Pivot

Yves Navarre s’est donné la mort le 24 janvier 1994, il avait 53 ans.

Pour faire sa connaissance, ses livres bien sûr, sans oublier qu’il était également auteur de pièces de théâtre et vous trouverez sur ce site qui lui est consacré une autobiographie, des photos, des témoignages et de nombreuses lectures en PDF.

➽  Suivez-moi : C’est à prendre ou à prendre, pas d’alternative

Et puis n’oubliez pas de lire un témoignage très fort, celui d’Olivier Autissier qui a rencontré Yves Navarre et qui raconte cette aventure et aussi son cheminement d’homme grâce à la littérature…

➽  le blog d’Olivier Autissier : Rencontre(s) avec Yves Navarre

Je vous disais plus haut qu’Yves Navarre se mettait à nu dans Une vie de Chat, et voilà ce que j’ai trouvé sur l’ordinateur de ma maîtresse…

à Joucas

Si vous connaissez le nom du photographe, il sera le bienvenu et je rajouterai cette référence ici !

Pour les deux photos en couleur, celle de Tiffauges allongé au soleil et celle d’Yves à son bureau à côté de son livre, elles sont de Y. Lanceau, photographe animalier.

Toutes deux n’apparaissent pas sur le net, mais lorsque ma maîtresse est amoureuse d’un livre, elle découpe dans la presse tout ce qui se rapporte à celui-ci et ces photos proviennent d’une revue des années 80 dont les pages concernant notre écrivain avaient été conservées précieusement entre celles du livre…

Petit conseil d’ami, lisez, lisez et relisez !

(tous les extraits cités ici sont tirés de Une vie de chat,
les
mounons étaient… les amants de l’auteur)

Virginie

%d blogueurs aiment cette page :