Archives de Catégorie: Une fois par Moi

Et ça continue encore et encore, ce n’est que le début d’accord d’accord

Image

Chose promise et chose due … UNE FOIS PAR MOI renaît de ses cendres et te donne rendez-vous ailleurs, en laissant la trace de cette première partie d’aventure toujours là.

Désormais, c’est ici que ça continue … A tout de suite donc !

Publicités

ENCORE Lady Gaga !

Peut-on échapper à Lady Gaga? Certainement, si l’on n’écoute pas la radio, la télé, internet, la presse… En dehors d’un hiver nucléaire pour nous en débarrasser, je ne vois pas.

Autant se pencher sur son cas : Stefani Germanotta est une chanteuse américaine d’origine italienne, tiens, comme Madonna. Le parallèle ne s’arrête pas là. Toutes deux ont fini après quelques galères par comprendre que dans notre monde de paillettes, il fallait une image pour exister.  C’est qu’elle a tout fait, depuis sa sortie du couvent du Sacré-Cœur, avant de nous envahir jour et nuit. (photo de stefani G.)

Stefani Germanotta

Qui eût cru qu’elle ait pu chanter de sa belle voix avec son physique quelconque au piano d’un cabaret sans qu’elle attire l’attention de personne ?

C’est à ce moment que commence la légende : devant tant d’indifférence polie, elle aurait quitté la scène pour y revenir quelques minutes après nue comme un vers.  Succès garanti! Il était temps qu’elle comprenne que le talent ne suffit pas : Mais s’agit-il d’une de ces légendes urbaines, prenant ses racines dans la réalité?Il est certain qu’elle a travaillé entre autres dans une boîte de striptease, le reste est peut-être inventé.  Son père, entrepreneur de l’internet, lui a peut-être transmis un sens de la gestion des rumeurs,  fréquentes sur la toile.

Elle est démesurément ambitieuse, aucun doute, aussi prête à tout, visiblement. Pourtant en choisissant une chanson chantée par le merveilleux Freddie Mercury et Queen, qui en connaissait un rayon question image flamboyante, pour surnom de scène, Stefani a montré qu’elle ne saurait être entièrement mauvaise. (photo de stephen carlile)

Stephen Carlile - Lady Gaga

Lady Gaga, en hommage à la chanson de Queen Radio Gaga, exprime un goût solide: « Lady Claydermann » ou « Lady Joe le taxi« , on aurait eu plus de mal, non? Sa première maison de disque ayant ( avec beaucoup de flair,lol) mis fin à son contrat au bout de trois mois, elle a saisi qu’il allait falloir en montrer davantage que son seul talent, vêtue comme tout le monde, chantant sur de la musique electro.

La musique electro, c’est branchouille mais pas très grand public, donc Lady Gaga ne pouvait atterrir que dans la pop. Avec un vrai nom de scène et une musique populaire, les chances s’amélioraient.

Elle se mit à appliquer dans le texte les recettes du grand Freddie : changements de costumes qui font le spectacle, ne pas hésiter à se mettre le public gay, précurseur et néanmoins midinette, dans la poche. Ce fut enfin le succès.

Comme Freddie Mercury, elle sait écrire des tubes et donner de la voix. Réussir dans la pop de nos jours, c’est faire une mise en scène, des décors, un maquillage, des costumes, un scénario qui forment un tout avec la musique. Être accompagnée par un bon producteur comme Akon, ça aide aussi, comme se faire épauler par une équipe de créatifs marketing connue sous le nom de « Haus of Gaga ». Sa musique n’est pas révolutionnaire, pour l’instant on n’est pas en face de Queen, Michael Jackson ou même Prince, mais eux même n’ont pas écrit leurs chef-d’œuvres dès le premier tube.

On peut encore la confondre avec toutes ces stars éphémères dont le nom finit en « a ». C’est néanmoins de plus en plus difficile.  Seul l’avenir peut dire jusqu’où la Lady ira. Remarquons que son premier tube Just dance a déjà plus de deux ans (mais que de chemin parcouru), et que l’ascension de Gaga continue. (photo de michael spencer)

Michael Spencer - Lady Gaga (Bad Romance)

Ses clips font parler, c’est bon signe, et on voit dans lesdits clips plus de marques qui sponsorisent la chanteuse que dans la fameuse coupure pub du Superbowl. Or les marques mondiales sont réputées pour leur sens de la rentabilité. Elle a également obtenu la bénédiction d’Elton John, qui n’est pas un inconnu.

Sa petite entreprise, comportant service marketing, ventes, etc, va plus loin dans la gestion de l’évènementiel que tous ses prédécesseurs, de Madonna à Mylène, en cela elle a déjà dépassé ses ainés!

Et vu qu’elle annonce son troisième album, « Born this way » pour début 2011,  il vaudrait mieux s’habituer à l’entendre, la brune rousse blonde hétérohomobisexuelle, dans ce coin de la galaxie.

Mais lorsque le monde entier a appris que la France était « à feu et à sang », elle a prudemment annulé ses concerts à Bercy prévus ce weekend et en décembre.  Se cacherait-il finalement une petite femme fragile derrière cette machine à tubes?

Flyde

Rencontre autour de…

En zappant sur M6 (oui ça fait bien de dire qu’on ne regarde jamais la télé, on se contente de zapper, c’est bien connu), en zappant donc sur M6, je tombe sur un mini reportage sur une nouvelle forme de speed dating.

Les participants se rencontraient autour de la cuisine, au lieu de se trouver face à face dans un bar sans sujets de conversations, ils prenaient un cours de cuisine, en couple, en changeant de partenaire à chaque recette. Forcément on trouve des sujets de conversations, on rigole…

Ensuite on voyait un couple de trentenaires, forcément beaux tous les deux, qui s’étaient rencontrés comme ça et disaient que c’était génial, depuis ils écument les restaurants, en plus ils étaient minces tous les deux Grrr !

Le jeune homme disait qu’il n’appréciait pas les filles qui chipotent au restaurant, le style « non merci pas d’apéritif, non c’est trop pour moi le confit, je prends une salade ». Je comprends parfaitement le garçon, moi même je déteste aller au resto avec une copine qui ne veut rien manger… Et d’ailleurs  j’aimerais pas être un homme, car c’est le cas de beaucoup de femmes ! Les hommes sont plus souvent de bons vivants à table !

Trêve de blablas, je n’aime ni les speed trucs, ni les sites de rencontres, ceux qui me lisent ou me connaissent le savent, mais je trouve qu’il y a aussi une bonne façon de rencontrer autour de…

La danse ! Depuis que je prends des cours de danse latino, je m’éclate ! Pendant longtemps il y avait plus de femmes que d’hommes dans les cours, maintenant les  hommes libres ont bien compris l’intérêt des cours de danse, vu le nombre de femmes ! Et souvent il y a plus d’hommes que de femmes ! Génial !

Je danse avec de charmants jeunes hommes, il y en a de tous les âges, de toutes les tailles, il n’y a que l’embarras du choix !

Et bien sur je me fais plein de copains. Et dans la danse il  y a un gros bonus : on en fait pas que discuter et boire un verre entre copains, voilà que tout à coup le copain vous dit : « viens » et il vous prend dans ses bras viril pour danser !  Je suis souvent dans le bras de mes copains, si c’est pas le top ça !

Et être deux ou trois fois par semaine dans les bras d’un beau mâle viril, que demander de plus ? Je sens que vous êtes tous verts et vertes de jalousie !

La danse c’est tactile, c’est la sensualité, la facilité de rapprochement, le prélude à l’amour. À mon sens, il n’y a pas mieux pour se rencontrer !

Louisianne

Petit je(u)

Il y a maintenant un mois, j’ai reçu un courriel de votre « rédac-chef » Tto, m’invitant à inaugurer cette nouvelle rubrique « Invité surprise ». Je trouvais l’idée amusante. Aussi, je me suis rendu à son invitation. La surprise était énorme : presque tout l’ensemble du staff de « une fois par moi » était présent, même Virginie et Arthur qui venaient de leur lointaine province ! Bien sur le dispositif scénique était particulier, le staff ne pouvait me voir et devait deviner mon identité en posant des questions. Le jeu était plutôt plaisant et c’est avec fidélité que je vous retranscris la presque totalité des questions.

Tto : Bonjour, tu es notre invité surprise de « une fois par moi » ! Ça te fait plaisir ?
Invité Surprise : Oui totalement. Je suis très fidèle à vos publications et depuis le début !

Tto : Je suis ravi de t’accueillir dans « Une fois par moi » le blog collectif. Et comme le veut la tradition, je te laisse donc entre les mains de ses coauteurs.

Chriss : Es-tu une femme ou un homme ?
Invité Surprise : Un homme, un mâle, un vrai avec une bite et une paire de couilles !

Lilli : Bienvenue à toi, le mâle… et tu sais t’en servir de ton jouet ou tu n’es qu’un sex-toy à deux pattes?
Invité Surprise : Pas trop mal, enfin j’espère pour le plaisir de mes partenaires.

Tto : Peux-tu nous donner quelques précisions sur tes partenaires ? Où te situes-tu sur l’échelle de Kinsey ?
Invité Surprise : En effet, la langue française prévoit une ambigüité quant au genre du partenaire. Cela peut-être masculin ou féminin en fonction du pronom possessif : « mon partenaire », ou « ma partenaire ». Pour cultiver un peu de mon mystère, je me situe entre trois ou quatre sur l’échelle de Kinsey suivant les opportunités, et les rencontres.

Ditom : Donc tu es bisexuel ?
Invité Surprise : Ma sexualité n’est pas définie. Je suis un prédateur qui peut chasser sur tous les terrains.

Flyde : Es-tu connu dans le monde entier ? Un people que l’on voit à la télé ?
Invité Surprise : Non, et je ne le souhaite pas. Je rayonne uniquement dans une sphère privée ou presque; même si il m’est arrivé d’être interviewé par des journalistes de France 3 région sur des sujets pointus.

Virginie : Es-ce que ton métier exercé aujourd’hui, tu souhaitais le pratiquer quand tu étais enfant ?
Invité Surprise : Le monde de l’enfance ne connaît pas les difficultés et les embûches que la vie vous tend. Aussi je dirais que mon métier actuel est proche de mon rêve. C’est un cousin germain en quelque sorte.

Aeriel : Es-ce que tu vas bien ?
Invité Surprise : Aujourd’hui, je peux dire que tout va bien ! Je n’ai pas été épargné par la vie. Mais je crois que c’est le lot de pas mal de gens. Même le fils Sarko a souffert… de son père ?

14 141 : As-tu l’habitude d’écrire ? Ne serais-tu pas bloggeur par hasard ? Célèbre ?
Invité Surprise : En effet, j’ai eu un blog qu’autrefois j’alimentais régulièrement mais j’ai diminué ma production d’articles depuis quelque temps maintenant. Plus trop le temps d’écrire. Ma notoriété était très circonscrite, très loin derrière un Matoo, un Embrun ou un Tto!

Arthur : Pourquoi blogguer?
On m’attribue l’etiquette d’auteur de blog « extimes »  (journal intime dixit Michel Tournier). Je ne le revendique pas, j’écris. J’écris parce qu’il le faut, parce que je ne peux pas m’en passer, parce que c’est vital!

Chriss : As-tu déjà couché avec des lecteurs de ton blog ?
Invité Surprise: Je te reconnais bien là, coquin ! Tu veux aussi que je te décrive les positions préférées de mon kamasutra ? Disons que j’aurais pu succomber à plusieurs propositions indécentes mais j’ai quelques principes dans la vie. J’essaie de m’y tenir.

Madrox : Es-tu canon ?
Invité Surprise : Je le ne suis pas. J’ai du charme et je sais m’en servir. En ce qui concerne mon corps, j’essaye d’y prendre soin comme tu le prodigues dans ta rubrique mais le temps a déjà eu une emprise sur mes exploits sportifs. La fermeté de ma jeunesse est en train de passer…

Andréa : Tu te situes dans quelle fourchette d’âge? 30-35 ans ? 35-40 ans ?40-45 ans ?45-50 ans ?ou bien entre 50 et 60 ans ?
Invité Surprise : En ce qui concerne la tête, je dois me situer entre 30 et 35 ans mais le corps est un plus vieux, entre 40 et 45 ans…

Jf : As-tu une compagne ou un compagnon de vie ?
Invité Surprise : Un chien ? Ou une chatte? Rien de tout cela, j’ai bien mieux ! Je partage ma vie avec mon homme ! C’est un drôle de zèbre mais j’en suis éperdument amoureux de jour en jour malgré son caractère de cochon !

Louisianne : Tu as des questions existentielles ? Des problèmes dont tu ne peux pas parler ? Des complexes ?
Invité Surprise : Je lis tes conseils psycho drôles avec attention, mais effectivement j’ai quelques complexes mais rien d’anormal, je te rassure.

Gégé : Te drogues-tu ?
Invité Surprise : Il fût un temps où le shit faisait partie de ma vie. Mais, depuis maintenant presque 15 ans, j’ai tout arrêté car je suis devenu responsable d’autres vies que la mienne…

Flyde : Pour ou contre la retraite à 62 ans et 67 ans?
Invité Surprise : La question des retraites cache de vraies questions sociétales. Aujourd’hui, le gouvernement demande à la population française de travailler plus longtemps pour maintenir notre système mutualiste. Je doute que reporter l’âge de la retraite soit un levier juste. Le capital et les revenus financiers pourraient être mis à contribution largement. En effet, les millionnaires qui sont de plus en plus nombreux en France, vivent dans l’opulence et la négation de la valeur travail. Je suis très attaché à la  justice sociale. Aussi voir toutes ces richesses produites par le fruit de notre travail détenues par quelques personnes me révoltent d’autant que les largesses accordées par le gouvernement à cette classe sont particulièrement abusives (bouclier fiscal).  Plus je vieillis et plus la lutte des classes se ravive en moi !

 

Qui suis-je ?


Indice:

« On me fait entrer dans une salle d’attente plutôt austère, pas qu’elle soit franchement ascétique mais ces tons pastels clairs installent une atmosphère d’un air d’hôpital cherchant désespérément à mettre un peu de gaîté sur leurs murs. C’est mon premier rendez-vous. Je m’installe sur une vulgaire chaise fraîchement rempaillée, mon dossier papier bien serré entre mes mains.

C’est ma mère qui me l’a conseillée, il paraît qu’elle est très bien. Nous sommes quatre à nous faire face, chacun avec une affaire sur le feu, sur le gaz, une affaire à liquider, à solder, pour nous vider, pour nous débarrasser de nos tristesses, sauter les obstacles de nos petites déprimes, de nos petites névroses. Nous sommes quatre à nous dévisager, à scruter nos visages crispés, à désirer écouter l’histoire de l’autre, afin de se délecter de son malheur comme pour se rassurer que la sienne est moins ceci, moins cela et plus ça. Je prends le premier magazine sur la table comme j’ai l’habitude de procéder dans une salle d’attente, sans chercher un article qui m’intéresse, simplement poser mes yeux sur un page griffonné d’écriture et de photos.

La femme au chignon ne cesse de me fixer, l’air amusé ou moqueur, je ne sais pas trop bien, alors je reste imperturbablement scotcher à ma revue, tenue de mains fermes. Je ne me souviens pas vraiment par quoi j’étais traversé à ce moment-là, mais mon regard concentré baladait la page. Un bref coup d’œil par-dessus le périodique, je m’aperçois que la dame au chignon et l’autre aux teints délavés se murmurent des petites choses, des cachotteries de gamines. Je suis leur cible visiblement. Je décide de ne pas prêter attention à ces cancans moqueurs. Devant l’insistance de leur regard, je cherche désespérément un détail vestimentaire saugrenu ; en vain, je me replonge dans ma lecture mais le magazine était à l’envers, voilà tout ;

La dame au chignon se lève précipitamment à l’appel de son nom. À la porte de la salle d’attente, une petite bonne femme se tient là, le regard franc et malicieux. « C’est-elle » me suis dis-je. Il n’y avait aucun doute, ça ne pouvait être qu’elle. Elle ressemble à Bactérie en plus rondelette et en plus mature aussi, plus veille quoi ! Sauf que son regard est naturellement maternant, rassurant. La deuxième femme se retire poliment. Je suis pourtant arrivé avant elle… j’aime attendre de longues minutes en pensant à rien, à me laisser glisser dans une rêverie, mais celle à laquelle je m’abandonnais, ne me convenait pas. Je voulais en finir avec ce rendez-vous, mettre un terme à ce long cheminement.

[Il est tant de mettre de l’ordre dans ma vie, me dis-je!]

Mon nom résonne dans un extraordinaire écho. Une femme, à la carrure de Laurence Boccolini, me fait face, l’air de « je vais m’occuper de toi et en faire que d’une boucher de ta petite affaire ! ». Je lui serre la paluche avant qu’elle me conduise dans son cabinet, une pièce exiguë au mur crème quadrillé par un papier de verre de piètre qualité. Je m’assois donc sur la chaise, face à elle, comme chez ma psy. Et puis je déballe ma misère comme chez ma psy, et je crève l’abcès purulent comme chez la psy, et puis je m’étale comme chez la psy, mais à ces réponses, je n’ai pas affaire à une psy ! C’est mon avocate parbleu ! Nom d’une saperlipopette !!!

L’exposé finit, elle me regarde froidement : « On va reprendre point par point, Monsieur xxx ». Elle prend note soigneusement puis, d’un geste machinal, saisie son dictaphone en hurlant les mots : divorce, M.xxx contre Madame kkk, enfants, garde, … , je revois alors ma vie, de ces derniers mois, défilée à une vitesse phénoménale ! Il paraît que c’est comme ça quand on se meurt, on revoit sa vie ; alors dans cet instant, je crois que je suis un peu mort. Ressuscitant juste après qu’elle est appuyée sur le bouton « stop », elle me dévisage. « Vous n’avez rien à ajouter, Monsieur Scribouille ? » « Si, j’ai omis un détail, je suis bisexuel et j’aime un jeune homme ». Imperturbable, elle attrape un stylo-feutre rouge et marque en gros sur mon dossier : « Orientation sexuelle non déterminé – bisexuel ».

Le couperet tombe, cinglant, et comme toujours je ne me trouve pas là ou je devrais être. Son visage fermé : « Vous avez bien réfléchi pour les enfants ? Vous souhaitez vraiment une résidence alternée ? ». Oui ! Madame, l’avocate, j’ai bien réfléchis, je veux mes enfants à mes cotés et moi aux leurs. Aucun obstacle, même ma sexualité, ne pourra m’empêcher d’aimer et d’éduquer mes enfants. Elle referme le dossier, me tend sa main, me broie la mienne au passage, et referme, comme ce foutu dossier, la porte sur mon espoir de voir des jours meilleurs, des jours où tout ceci sera loin de moi. »

Chris power

Il m’en aura fallu du temps mais j’y suis arrivé. Après des mois, de réunions secrètes, d’échanges de mails codés et avec l’aide de quelques complices, j’ai réussi à avoir les commandes de cet endroit. Et tout cela sans violence. Oui le rédac chef a jugé bon de me laisser les clés pendant qu’il creuse des trous dans la banquise et qu’il chasse la baleine au pays des caribous. Je m’étais toujours dit « Je l’aurai un jour, je l’aurai ». Mais quand on a enfin la place tant convoitée, il faut assumer. Donc ce matin, j’ai eu beau scruter ma boite mail, fureter à droite et à gauche, pas de photo du mois à l’horizon et comme dans ce cas là, il est de coutume de remplacer les absents. Me voilà. Bon d’accord mon laïus, c’est bien moins sympa qu’une photo mais c’est moi qui décide. Hi hi hi. En tout cas moi qui pensait que je me la coulerai douce dès le 1er jour il faut que je bosse. Ce n’est pas de tout repos tout compte fait ce job. Et en y réfléchissant bien, je me demande si je ne rendrai pas à Tto les clés dès son retour. En tout cas d’ici là j’espère que je vais être à la hauteur et puis je suis bien entouré de toute façon.

Christophe (l’intérimaire)

L’invité surprise

Désormais, une nouvelle rubrique va trouver sa place dans le mois d’UNE FOIS PAR MOI … et comme je suis un flibustier tout en étant rédac’ chef [c’est dire la performance dont il s’agit], voila une surprise pour tout le monde, y compris pour les éminents membres de la TEAM ROCKET [dont nous reparlerons dans pas si longtemps que ça]

Ainsi donc, le rédac’ chef des lieux [qui a bien du mal à tout gérer mais qui essaye envers et contre tous] a eu une nouvelle idée qui se pourrait bien être un four mais qui, a priori, pourrait se révêler intéressante. Je t’explique … [allez, viens … je ne mords que si tu me le demandes, donc tu n’as pas grand chose à craindre].

Je me suis dit que le rythme commençant à se prendre doucement mais surement, un peu de pétillance ne ferait pas trop de mal et à ce titre, pourquoi ne pas institutionnaliser une surprise récurrente [comme la Spontex mais sans le hérisson qui fait des cochonneries dessus] ? Tout est dans le concept en fait : faire de la surprise programmée mais qui restera une surprise … [ça va ? tu me suis encore ? Pfff, je ne sais pas comment tu fais !]

En gros, l’idée est la suivante et ce premier billet est comme le Président [pas Naboléon hein … le Président, le vrai !] … il compte pour du beurre.
Tous les 15 du mois [en plein milieu donc], un auteur surprise viendra écrire un billet exceptionnel tant dans son contenu, sa forme, son sujet ou que sais-je encore …
Il sera donc [et c’est là que tu t’arraches les derniers cheveux qui te restaient tellement tu es prêt à me décerner un prix Nobel de marketing] L’INVITE SURPRISE !

Trois personnes se sont déjà déclarées intéressées, reste à transformer l’essai en les faisant réellement écrire …
Evidemment, les bonnes volontés sont bienvenues ainsi que les suggestions pour décider celles et ceux qui pourraient avoir vocation à intervenir dans une telle rubrique.

Mais qui sera donc le premier invité surprise d’UNE FOIS PAR MOI ?
Réponse le 15 octobre …

Tto

Dis Tom, comment il aime Ditom?

Il est de ma responsabilité de vous révéler ce que vous avez le droit de savoir sur le fonctionnement d’une fois par moi. Voilà, collaborer à ce blog, c’est un peu comme être au bagne.

Je m’explique: Janjacq et Daïdou sont des tortionnaires et aucun des co-blogueurs n’ont leur mot à dire… Même par le rédacteur en chef, c’est dire. Croyez-moi, c’est difficile à vivre et j’avoue qu’une larme coule sur mon visage en écrivant ces lignes. Je me sens comme l’Ingrid Betancourt du pauvre. Sauf que moi, je le jure, je ne tomberai pas enceinte de mes tortionnaires.

Donc, il y a quelques semaines, ils nous annoncent qu’ils ont décidé de cimenter l’ensemble des co-blogueurs ici présents…  Et comment croyez-vous qu’ils s’y prennent pour cimenter des blogueurs?
Eh bien ils les attachent ensemble par le cul.

Je trouve ça très moche. Mais j’ai peur des représailles si je ne m’exécute pas. Vous trouverez donc ci-dessous les réponses qui m’ont été extorquées de force sur les quatorze questions obligatoires. Elles sont assorties de photos personnelles qui vous sont livrées en pâture au mépris de mon intimité.

Si d’aventure ceci était ma dernière note, je vous remercie d’écrire sur ma tombe que j’ai souffert pour la communauté des blogueurs, afin qu’un tel drame de ne se reproduise jamais pour aucun blogueur de l’univers.


 

 

Question 1:  Préférez vous faire l’amour le matin, l’après-midi ou le soir ?
Pourquoi ?

Je préfère faire l’amour à 20h42.

Pourquoi? Mais parce que c’est la fin du « grand journal » et qu’Ali a terminé ses préliminaires, le coquin!

Question 2:  Avec un seul adjectif comment vous qualifieriez vous au lit ?

Je n’aime pas me vanter c’est pourquoi je choisis le mot le moins flatteur qui me vienne à l’esprit.

« Magnifique » me semble approprié.

Les gens qui m’ont vu faire des cabrioles au lit sauront de quoi je parle.

Pour les autres je joins une photo, prise après un régime façon Madrox :

Question 3:  Exprimez-vous votre plaisir bruyamment ?

Non.

Quand je suis content je vomis, ce qui n’est pas bruyant à proprement parler. C’est juste salissant.

Question 4:  Pensez-vous que la taille du sexe a un impact sur le plaisir ressenti ?

Oui.

Tout comme la taille du bras lorsqu’il s’agit d’un fist. Je crois qu’il faut toujours choisir des ustensiles adaptés à l’orifice que l’on projette de combler, tel le bouchon de liège sur une bonne bouteille de Vitiano.

Question 5: Avez-vous déjà couché avec un blogueur ou une blogueuse ?

Non.

Mais avec plusieurs oui. J’ai décidé de jouer carte sur table alors je vous propose une photo de groupe:

 

Saurez-vous les reconnaître? J’attends vos propositions.

 

 

Question 6:  Avez vous des tabous ?
Si oui, lesquels ?

Je suis un peu dégoûté par les animaux morts et par le caca.

 

Question 7:  Avez-vous déjà expérimenté des pratiques qualifiées d’extrêmes par le commun des gens ?

Je ne sais pas.

Est-ce que manger trois Giant d’affilée chez Quick doit être qualifié d’extrême?


 

Question 8:  Avez-vous des perversions ?
Si oui, lesquelles ?

Oui.

J’aimerais planter des aiguilles dans les couilles du mec qui a laissé son chien aboyer toute les nuits sur son balcon dans l’appartement mitoyen du nôtre lorsque nous étions à Rome.

Pourriez-vous en déduire que je suis sadique?

Question 9: Aimez-vous faire l’amour sans être dans le noir ?

Pourquoi vous pensez avoir affaire à un raciste?

Non. Moi, je préfère être dans le noir. Et à voir sa tête, je pense pouvoir affirmer qu’il en a ras-le-bol.

Question 10: Êtes vous plutôt voyeur, exhibitionniste ou aucun des deux ?

Tout, tout, tout.

A ce propos, je me souviens que pendant les vacances nous avons vu un blond qui jouait de la batterie avec sa bite. Nous l’avons regardé un bon petit moment. Jusqu’à ce qu’on décide qu’il était l’heure de manger.

 

Question 11: Parlez vous pendant l’amour ?
Si oui, êtes-vous tendre ou vulgaire ?

Oui.

Je récite parfois mes tables de multiplication à haute voix pendant l’acte.

Mais, pour votre gouverne, la vulgarité ne passera pas par cette bouche emplie de sensualité. Je suis glamour jusque dans la raie de mon cul. Constatez par vous-même:

Question 12: Avez vous déjà attaché votre partenaire ou vous êtes-vous déjà laissé attacher ?

Je me suis déjà laissé attacher.

J’étais petit, j’étais sur la plage, et maman m’a attaché pour me punir. Il me reste une photo de cette époque:

 

Question 13: Aimez vous dominer ou être dominé ?

Dominé, moi? Vous êtes sérieux? J’aime me faire lécher les pieds lorsque je déambule en talons dans mon salon. C’est beaucoup plus hygiénique.

 

 

Question 14:  Sexuellement, êtes-vous généralement comblé(e), plutôt satisfait(e) ou frustré(e) ?

Je ne serai jamais rassasié aussi longtemps que je serai accompagné par un mari aussi beau, sensuel et poilu.

J’ai bon? Vous me laissez sortir maintenant?

Ditom

Flyde à la question

 

Aujourd’hui, c’est au tour de Flyde…

… avec interdiction de dyslexer, il s’agit bien ici du tour de Flyde ! (note de JjQ)

1- Préférez vous faire l’amour le matin, l’après-midi ou le soir ?
Le matin
Pourquoi ?
Parce qu’on a encore l’après midi et le soir pour les prolongations. (et la nuit c’est fait pour les chiens?)

2- Avec un seul adjectif comment vous qualifieriez vous au lit ?
Immense

3- Exprimez-vous votre plaisir bruyamment ?
Non parce que je n’arrivais pas à couvrir le son de mes partenaires

4- Pensez-vous que la taille du sexe a un impact sur le plaisir ressenti ?
C’est ce qu’on m’a dit souvent

5- Avez-vous déjà couché avec un blogueur ou une blogueuse ?
Non mais il m’arrive de prendre mon pied avec

6- Avez vous des tabous ?
Oui
Si oui, lesquels ?
Le porc, ou alors il faut qu’il prenne une longue douche avant

7- Avez-vous déjà pratiqué des pratiques qualifiées d’extrêmes par le commun des gens ?
Oui, j’ai pratiqué l’extrême gauche quand eux seuls acceptaient les pédés

8- Avez-vous des perversions ?
Oui
Si oui, lesquelles ?
Faire ma bourgeoise, mais j’ai honte

9- Aimez-vous faire l’amour sans être dans le noir ?
Bien sûr! Dans le noir c’est bien, mais dans le blanc, le café au lait, l’asiatique, toutes les couleurs sont bonnes pourvu qu’on ait le plaisir. Quand c’est le noir, le blanc, l’asiatique, qui est en moi c’est bien aussi. Toutes les nuances de peau sont les bienvenues

10- Êtes vous plutôt voyeur, exhibitionniste ou aucun des deux ?
Plutôt voyeur quand je mate, mais quand c’est les autres je deviendrais du genre exhibitionniste, et aucun des deux dans l’intimité

11- Parlez vous pendant l’amour ?
Oui
Si oui, êtes-vous tendre ou vulgaire ?
Surtout technique

12- Avez vous déjà attaché votre partenaire ou vous êtes-vous déjà laissé attacher ?
Très attaché et le pire c’est que c’est permanent

13- Aimez vous dominer ou être dominé ?
Il se renseigne pour son propre compte, celui qui a écrit ce questionnaire? Il serait pas un peu SM des fois? Parce que c’est une question qu’on m’a déjà posé. Le scénario que m’a expliqué le questionneur ensuite était plus long que ceux d’Hollywood. Et à mon avis il fallait un accessoiriste, un costumier et un bon réalisateur pour en venir à bout. Et je ne dirai pas sur ce blog si je l’ai fait et comment c’était

14- Sexuellement, êtes-vous généralement comblé(e), plutôt satisfait(e) ou frustré(e) ?
Parfois comblé, parfois c’est moi qui comble. Ou les deux alternativement. Il faut savoir varier les plaisirs

510 av. JC - Le Louvre - CC-by Marie Lan Nguyen

Flyde

Quatorze (14) questions pour en savoir plus sur le rédac’ chef par le petit trou … de la serrure

Ouvre bien tes yeux ! Tu ne rêves pas … Après qu’il fut normal de laisser la priorité à l’instigateur de l’idée, c’est le rédac’ chef qui s’y colle (en tout bien tout honneur). Pour boucher le(s) trou(s) laissé(s) par tant de défections, il fallait bien cela … histoire de ! Et tu commences à me connaître, … si je peux rendre service en parlant de cochonstées …

1- Préférez vous faire l’amour le matin, l’après-midi ou le soir ?
Pourquoi ?
Le matin, j’aime bien parce que cela donne toujours des réveils agréables et des journées qui commencent bien. Et puis … un corps endormi, quoi de plus brut
L’après-midi, j’aime bien aussi parce que généralement, c’est qu’on a le temps ou justement pas. En gros, c’est savoureux.
Le soir, c’est génial parce qu’à la faveur de la nuit qui tombe, je deviens autre … mon regard change pour se faire mutin et coquin. Et puis … je ne dors jamais aussi bien qu’après m’être envoyé en l’air … Fichues endorphines !!!

2- Avec un seul adjectif comment vous qualifieriez vous au lit ?
Insatiable ou  jouisseur … J’hésite, j’hésite …

3– Exprimez-vous votre plaisir bruyamment ?
Oui, cela m’arrive mais je sais aussi très bien passer totalement inaperçu … J’suis un peu le James Bond de la galipette !!

4– Pensez-vous que la taille du sexe a un impact sur le plaisir ressenti ?
Tout dépend de ce que l’on cherche. Personnellement, je m’en contrefiche.

5– Avez-vous déjà couché avec un blogueur ou une blogueuse ?
Oui

6– Avez vous des tabous ? Si oui, lesquels ?
Comme tout le monde. Je n’aime pas les pratiques sado-masochistes. Les pratiques scatologiques me font horreur. Et je déteste les rapports non consentis et plus généralement ce qui est emprunt d’une domination violente abusive. Après … les rapports à plus de 2 ne sont pas ma tasse de thé mais ce n’est pas un tabou du tout.

7- Avez-vous déjà pratiqué des pratiques qualifiées d’extrêmes par le commun des gens ?
Bien difficile de répondre puisque tout dépend de l’endroit où l’on positionne le curseur … Mais, je pense que la réponse est affirmative.

8– Avez-vous des perversions ? Si oui, lesquelles ?
Des perversions ? Ouh la la … Bah, certainement oui. Je suis lubrique (sous réserve que ce soit une perversion), très joueur (c’est pas une perversion ça !!). Sinon, ben … j’ai comme perversion de n’avoir pas beaucoup de tabous (hors ceux précisé plus haut) et de céder aux délices du péché capital que constitue la luxure aussi souvent qu’il m’est permis de le faire. Sinon … oui, forcément, je suis vicieux, diabolique, machiavélique et tout et tout … mais bon, ça … on le sait déjà depuis longtemps !

9– Aimez-vous faire l’amour sans être dans le noir ?
Ça ne me pose aucun problème. De toute façon, en règle générale, il n’y a pas grand chose qui me dérange s’agissant de faire l’amour …

10– Êtes vous plutôt voyeur, exhibitionniste ou aucun des deux ?
On me dit que je suis exhibitionniste puisque je n’ai aucun problème à me balader tout nu. Voyeur, carrément … j’adore ça. Ah bah en voila une perversion de plus !

11– Parlez vous pendant l’amour ? Si oui, êtes-vous tendre ou vulgaire ?
Oui je parle un peu et, selon mon humeur, je peux être soit l’un soit l’autre … même s’il est assez net que je suis rarement vulgaire. Faut me le demander … mais je sais faire !

12– Avez vous déjà attaché votre partenaire ou vous êtes-vous déjà laissé attacher ?
Absolument, les deux. Que ce soit avec des liens, une corde, des menottes …

13– Aimez vous dominer ou être dominé ?
En règle générale, je domine.

14– Sexuellement, êtes-vous généralement comblé(e), plutôt satisfait(e) ou frustré(e) ?
Sans mauvais jeu de mots, comblé.

(illustration choisie par JjQ et qui n’engage que lui)

 

Tto

Du cul, du cul, du cul

 

Aujourd’hui, c’est Daïdou qui s’y colle

… et il s’y entend question bouche-trou ! (NDLRC *)

1- Préférez vous faire l’amour le matin, l’après-midi ou le soir ? Pourquoi ?
Du matin, totalement du matin. Les sens se réveillent doucement accompagnés de mon sexe prêt à l’action. Mais j’aime aussi le faire l’après-midi juste avant la sieste. Mais toutes les occasions sont bonnes pour s’emboiter !

2- Avec un seul adjectif comment vous qualifieriez vous au lit ?
Fougueux.

3Exprimez-vous votre plaisir bruyamment ?
P’t être ben qu’oui, p’t être ben qu’non. Ça dépend vraiment de la situation…

4Pensez-vous que la taille du sexe a un impact sur le plaisir ressenti ?
Mieux ? Je n’en sais rien. D’après mon p’tit Zèbre, plus c’est gros (et non pas grand) et plus les sensations sont fortes. Je le crois sur parole !

5Avez-vous déjà couché avec un blogueur ou une blogueuse ?
Bip… je ne répondrais pas. Hors sujet!

6Avez vous des tabous ? Si oui, lesquels ?
Oui comme tout le monde! Faut pas me parler de trip uro, crade, basquette, sado-maso, zoophile…

7- Avez-vous déjà pratiqué des pratiques qualifiées d’extrêmes par le commun des gens ?
Oui, je pense.

8Avez-vous des perversions ? Si oui, lesquelles ?
La perversion comme pathologie ? Non, je suis très équilibré. Je ne jouis pas à faire mal à l’autre. Cependant j’ai mes petites perversions au sens commun (comportement sexuel qui s’écarte de la normalité).

9Aimez-vous faire l’amour sans être dans le noir ?
Oui, j’adore « voir ». C’est un sens qu’il ne faut pas négliger dans l’acte.

10Êtes vous plutôt voyeur, exhibitionniste ou aucun des deux ?
Je suis tenté de dire les deux! Tout dépend de la situation, des lieux et des personnes. J’ai horreur de me faire mater quand je prends mon p’tit Zèbre par une personne qui me révulse. Désolé je suis un peu sélect mais juste un peu!

11Parlez vous pendant l’amour ? Si oui êtes-vous tendre ou vulgaire ?
On parle souvent de Spinoza, de Sartre et de Sophocle parfois ! Bon, sérieusement, je lui susurre des mots doux, des mots tendres : retourne toi salope ! je vais te prendre comme une grosse chienne ! euh… non, ça c’est pas vraiment moi…

12Avez vous déjà attaché votre partenaire ou vous êtes-vous déjà laissé attacher ?
Yessss, au début de notre relation. Il arrivait que mon p’tit zèbre me bande les yeux et qu’il m’attache. Nous avons arrêté car franchement je trouvais le jeu un peu trop lassant et sans surprise genre un autre mec arrive et s’empale…

Pectus est… et ça, ça s’appelle un lien (NDLMP **)

13Aimez vous dominer ou être dominé ?
Je suis plus dominateur que dominé ! Cependant j’adore être dominé par un « passif » d’où peut-être mon goût pour être attaché, sans doute. Et puis j’adore quand on fait du sexe à plusieurs chercher à dominer un dominateur, je trouve cela très excitant cette lutte de deux mâles…

14Sexuellement, êtes-vous généralement comblé(e), plutôt satisfait(e) ou frustré(e) ?
Une semaine sur deux, je suis totalement comblé car pas facile de se retrouver quand les deux enfants sont là… mais ça s’est le drame de ma vie : l’alternance !

15- (question subsidiaire) Ce questionnaire ? T’as aimé ? C’était bon ? J’ai été bon ?
JjQ répond pour Daïdou : Super !!!

Quatorze Cent-Quarante-et-Un
(alias Daïdou)

 * NDLRC : Note De Le Rédacteur en Chef
** NDLMP : Note De Le Metteur en Pages
%d blogueurs aiment cette page :