Archives de Catégorie: Une ville par moi(s)

Bailleul

Hello chers tous,

Me revoici pour un nouvel article de la rubrique Une ville par moi(s). Cette fois-ci, je prends les extrêmes opposés. Le dernier billet parlait de la Drôme et du sud, il sera question cette fois d’une petite bourgade située dans le nord de la France, qui est aussi ma ville natale : BAILLEUL.

Située à une trentaine de kilomètres au nord de Lille, entre Dunkerque et la métropole Lilloise, Bailleul est en plein pays flamand (Flandres françaises). Disposant d’un accès sur l’autoroute A25, elle est aussi facilement accessible depuis le train, les rames y effectuent des arrêts fréquents.

La gare

Bailleul est aussi située juste à la frontière de la Belgique. Le nom néerlandais de la ville est Belle. Faut-il voir une référence au nom anglais de cloche, toujours est-il que le blason de la ville en porte comme le montre cette image.

La ville a un passé fourni, et fut l’une des demeures des comtes des Flandres.  Il existe d’ailleurs une page complète sur Belle à disposition sur Wikipédia.

L’architecture de la ville fait appel aux standards des constructions du nord : la bonne vieille brique rouge.

Maison dentelle

Mais aussi aux constructions plus modernes. Ce qui donne à la ville un ancrage dans l’histoire du plat pays, mais aussi un aspect dynamique. La proximité de la métropole lilloise et la facilité de déplacement en font un lieu où il fait bon vivre sans pour autant être déconnecté de la vie active principalement basée sur Lille.

La rue de la Gare

La rue de la gare

Le beffroi

Le beffroi, référencé au patrimoine mondial de l’Unesco, est un des joyaux de la ville.  Un beffroi est dans l’ancienne tradition un ouvrage de charpente destiné à supporter et à permettre de faire mouvoir des cloches (source Wikipédia) . Ces bâtiments, massifs et pouvant contenir des cloches volumineuses et surtout en nombre, sont typiques des communes du nord de la France, de la Belgique et des Pays Bas. Le beffroi de Bailleul contient par exemple 35 cloches, ce qui permet d’obtenir  des jeux de carillon complexes et particulièrement travaillés.

A celui-ci, on peut ajouter  l’église Saint-Amand et l’église Saint-Vaast, toutes deux révélatrices de l’architecture de la région du Nord – Pas-de-Calais. La visite de l’intérieur des deux églises permet de voir au sein d’une même cité deux approches différentes de l’ornementation épiscopale.

L'église Saint-Armand

L'église Saint-Vaast

La place

La place de Bailleul, située traditionnellement dans le centre ville, est un haut lieu de vie municipale, regroupant les commerces et les deux principales baraques à frites.

Il est de coutume pour les Bailleulois et Bailleuloises d’aller se promener sur le Mont Noir, le Mont Rouge, le Mont des Cats ou encore un peu plus loin, le Mont Kemel, de s’y désaltérer et pourquoi pas de savourer une planche avec une bonne bière belge.

La présence du pays flamand permet aussi de profiter de la campagne. La ville ne fait en effet pas partie du pays minier. De ce fait, pas de terril, ni de mont de terre extraite.

Steen'je

Les champs se profilent à perte de vue. En été, il est agréable de se balader sous le soleil, au milieu des champs de blé prés du Steen’je, de contempler les houblons qui poussent vers Meteren,  ou enfin découvrir les collines du Ravensberg.

Ravensberg

Certains vont me dire que je ne parle que de l’été,  mais il y a aussi des fêtes en hiver qui valent le détour, et entre autres le Carnaval.

Le Carnaval

Il se déroule aux environs de Mardi-Gras (mi-février) et met la ville en ébullition. Beaucoup de Bailleulois y participent, le côté festif est très marqué, c’est une bonne méthode pour se réchauffer  alors que les températures extérieures ne sont jamais très élevées (on est dans le nord après tout)

Le Carnaval

Ce n’est pas le côté chauvin qui parle (quoique), mais Bailleul est une jolie ville qui, si vous vous aventurez dans le beau département du Nord, devrait vous plaire et vous permettre de découvrir tous les atouts des Flandres françaises.

Gargantua

A Une prochaine ville par moi(s)

Steph



Publicités

Saint-Paul-Trois-Châteaux

Lorsqu’on a discuté avec Tto de cette idée de blog commun, je me suis longtemps demandé ce que j’allais y écrire. Comme je me suis rendu compte que les premiers sujets faisaient un peu bateau, je suis resté perplexe. Et lors d’un périple dans notre bonne vieille France, je me suis dit : « Pourquoi ne pas parler des petites bourgades pleines de charme qu’on trouve en France ? »

Et voilà, une Ville par moi(s) : la première Saint-Paul-Trois-Châteaux

Petit bourg provençal situé au bord sud de la Drôme, on peut facilement le trouver. Il se trouve près de la centrale du Tricastin, dont nous avons entendu parler ces derniers temps. Mais ce n’est pas ce côté de la commune que je souhaite mettre en évidence, mais plutôt ce qu’il y a de l’autre côté : les collines boisées, les vignobles environnants. Exit la centrale, et bienvenue dans la Drôme.
Les vignobles et les bois du Tricastin sont des belles zones de récoltes de la truffe noire.  Durant ce second week-end de mars,  vous avez la possibilité de vous balader dans la ville et d’y découvrir les remparts médiévaux, l’ancienne cathédrale,  ainsi qu’un petit centre ville pittoresque.

Et, c’est de cette activité qu’il est possible de profiter lors d’une fête toute particulière : la fête de la truffe à Saint-Paul-Trois-Châteaux.

Lors de cette fête, vous avez la possibilité de déguster quelques mets simples mais goûteux :

– une salade frisée assaisonnée d’un vinaigre de vin blanc et d’huile d’olive de Nyons  le tout recouvert de copeaux de truffe

– une terrine truffée

– une omelette avec morceaux de truffes

– un morceau de brie truffé.

Et tout cela accompagné à discrétion des productions vinicoles du coin, tel le Vergobbi, Suze, les côteaux de Grignan,  le domaine du fils d’Eole, Montine, et tant d’autres.

Le repas se passe dans la salle de la Truffe du Tricastin, sur des grandes tablées de 6 à 8 personnes, ce qui rend le moment très convivial.  La dégustation est possible du vendredi soir jusqu’au dimanche toute la journée.  Pour ma part, je vous conseille si vous le pouvez de vous y rendre le vendredi soir. Il y a beaucoup moins de monde, et nettement plus de bouteille de vin à goûter. N’hésitez d’ailleurs pas à demander au sommelier la bouteille que vous souhaitez goûter, cela vous permettra de découvrir les côteaux.

C’est un endroit calme et reposant, planté au milieu de la verdure, où il y a beaucoup de choses à voir et à visiter.  Et n’hésitez pas à chercher les trois châteaux dans la ville.

Pour obtenir plus d’informations, voici le lien de la ville :
http://www.saintpaultroischateaux.fr/www/index.php

Steph

%d blogueurs aiment cette page :