Archives de Catégorie: Kindgay

Fausse infirmière mais vrai menteur

Un cri dans la rue.
Julien vient de tomber et de s’ouvrir le genou en courant avec ses amis. Il rentre à la maison voir ses parents pour soigner son genou meurtri .
Quelques instants plus tard, ce ne sont plus des pleurs d’enfant mais un hurlement déchirant qui agrémente le paysage sonore du quartier. Qu’arrive t-il donc à ce pauvre garçon pour qu’il pleure encore plus en se faisant soigner qu’en se faisant mal ?

On entend le père dire à qui mieux mieux « Ne vous inquiétez pas, ma femme travaille au bloc ».

Le jeune homme s’est vu administrer un remède non pas à base d’antiseptique et de pansement… mais à base de fil de pêche et d’aiguilles… Sa chère et tendre génitrice était tout simplement en train de recoudre son genou… Sous les yeux de son père, vantant les mérites hospitaliers de son épouse.

En réalité, son épouse n’est point infirmière de bloc, comme il le laisserait entendre et comme la situation le ferait croire… Non, madame est agent de service hospitalier au service de chirurgie de l’hôpital. En clair, elle passe le balai et a pour seul contact avec les patients la pose du plateau repas sur leur adaptable.

Pauvre gosse…

Note de l’auteur : Ceci n’est qu’une anecdote parmi tant d’autres dans cette famille… de cinglés (quel euphémisme !)

Kindgay

Publicités

La maison crève-cœur

Il était une maison, au fond de ce lotissement…

Une première famille, un couple et leurs deux enfants la font construire et s’y installe. Tout va pour le mieux, mais ils devront quitter la campagne quelques années plus tard, pour cause de mutation professionnelle de monsieur… Ils resteront propriétaires de la maison, qu’ils loueront…

Les premiers locataires sont un couple et leurs deux enfants, une fille et un garçon… Un très beau couple, très romantique et très amoureux, avec deux enfants magnifiques… C’était un peu le cliché des banlieusards parfaits. Mais ils finiront par partir dans le midi, au bord de la mer… et une fois là bas, c’est la rupture, le divorce… La fin d’un couple si solide à priori que tout le monde en a été surpris par ici.

Les locataires suivants sont un couple de parisiens, avec leurs deux jeunes garçons. C’est un couple un peu spécial à vrai dire. Elle ne vit que pour son chat (Titou si ma mémoire est bonne). Lui n’est pas souvent là puisqu’il retourne en région parisienne pour son boulot (d’où l’intérêt de venir s’isoler en région Rhône Alpes …). Puis un jour, ils finiront par retourner chez eux, dans la banlieue ouest de Paris… et ils finiront par… divorcer !

(Tout le monde suit ? Bientôt le clou du spectacle…)

Arrive ensuite un couple de savoyards, avec leurs deux garçons… Enfin, le père n’est pas le père… Non, en fait, la maman s’est mise en ménage avec le frère de son mari (pas ex étant donné qu’elle est veuve… Et juste pour anecdote, son mari s’est… suicidé [détail important pour la suite]). A cela, il faut rajouter qu’elle est un peu cinglée (genre quand ils sont partis, elle s’est barrée avec la porte du frigo de la cuisine intégrée… si si !). Leur départ précipité, parlons en…

Il se trouve que son concubin, ex beau frère et oncle de ses enfants, par une longue nuit d’hiver, a décidé de rejoindre son frère depuis la chambre nuptiale, à l’aide d’une arme à feu…

Vous pensez qu’on peut l’appeler la veuve noire ?

Depuis, ils ont rejoint la blancheur des sommets alpins… histoire d’effacer ces noirs épisodes de leurs vies.

En parallèle à tout ça, un peu comme une malédiction en arrière fond, le couple de propriétaires bat de l’aile à son tour… jusqu’au divorce. Cette fois ci, la maison va être vendue (difficilement vous en doutez bien).

Et cela fait huit ans que le même couple y vit, avec ses deux enfants… un peu comme si le sort était conjuré pour de bon.

 Kindgay

La cocue un peu folle du quartier

Il était une fois, dans ce fameux lotissement, une famille… Une femme, un homme et leur fille de 11 ans, le caniche nain avec. Quoi de plus banal au premier abord.
Monsieur est très (très) souvent absent… et pour cause, il travaille à l’autre bout du monde sur des chantiers, des barrages hydroélectriques (il aurait même vu celui des 3 Gorges, en Chine).
Madame, d’origine portugaise, reste à la maison pour s’occuper de leur fille. Puis, elle finira par trouver le temps long, toute seule à la maison en permanence, à s’occuper de ses géraniums et de son gazon. Elle décide donc de garder des enfants… parce que c’est à la mode.

Une voisine : Eh eh eeeeeeeeeeeeeeh ! Mais le petit que vous gardez, il est dans la rue !!!!!!
Elle : Ooooh ben c’est pas grave ! Il allait bien revenir de toute façon !
(note de l’auteur : âge du petit en question = 15 mois)

On a tous compris qu’elle a vraiment la fibre nourricière en elle ! Quand ils ne sont pas dans la rue, les enfants sont devant la télé toute la journée, parce que « ça les stimule ».

Il est aussi de notoriété publique que Monsieur, comme tous les messieurs bien sûr, a des besoins… et qu’il n’est pas comblé par sa femme. En effet, ils dorment dans deux chambres séparées, et ce dès leur emménagement… Soi-disant parce que Monsieur ronfle trop. Je n’y ai jamais cru. Ils ont jamais été vraiment amoureux, ni très heureux ensemble. M’est avis qu’ils restaient ensemble pour le bien être de leur fille.
Bien entendu, il est de notoriété publique que Monsieur s’envoie en l’air avec des petites chinoises ou brésiliennes quand il n’est pas à la maison.

Leur fille, parlons-en, est une fille plutôt étrange. Quand ils sont arrivés, elle était tout sauf banale… Bien trop grande et mûre physiquement pour son âge. C’est ainsi qu’en sept ans, je ne l’ai absolument pas vue changer d’un poil ! Elle était telle quelle à 11 ans…
En grandissant, elle s’est mise à avoir des trips bizarres… et notamment à organiser des rites satanistes dans leur garage avec tout un tas de gens. C’était étrange ! Et elle s’est mise à sortir avec un mec de 30 ans, gothique de son état, breton d’origine (nous sommes quelque part dans les Alpes)… mec qui finit par venir s’installer chez eux ! A tel point qu’on se demande si c’était celui de la fille, ou de la mère ?… ou des… deux ??

Puis un jour, Madame finit par rencontrer le prince charmant sur internet… Un homme du Périgord, avec qui elle décide de convoler en justes noces, abandonnant derrière elle ses x chats (Monsieur n’en voulait pas), sa fille de 18 ans qui rejoint la Bretagne avec son Goth, et le père de sa fille qui de toute façon n’est jamais là ! Elle n’a gardé avec elle que le… caniche nain !

Les chats sont malheureux maintenant. Et la savane a repris ses droits puisque plus personne ne s’occupe de ce gazon Van-de-Kampien qui était si parfait.

Prochain épisode : La maison crève-cœur

Kindgay

Wisteria Lane (en vf)

Alors, on va changer complètement de registre par rapport à la dernière fois. Figurez-vous que j’ai enfin trouvé une ligne éditoriale digne de ce nom pour agrémenter ce blog associatif.
Je vous fais donc ce premier billet pour vous expliquer quelle idée géniale m’est passée par la tête! Voici en exclusivité internationale les explications du titre de ma rubrique.

Parce qu’il n’y a pas que dans Desperate Housewives que des voisins vivent des choses drôles, originales, loufoques et tout ce que vous voulez. Non, ça existe aussi dans la vraie vie, en France, dans le lotissement où j’ai grandi par exemple. Un lotissement, une vingtaine de maisons et tout autant de familles, sans compter les multiples départs et arrivées…

Drames, amour, sexe… guerres des voisins, amitiés, disputes, voisins fous… Vous retrouverez chaque mois une petite (ou moins petite) aventure réelle et vécue.

Retrouvez donc WLVF le 23 mai, pour une première histoire croustillante.

Elle vous plaît cette idée alors? s’interroge…

Kindgay

Fini de jouer !

Voila deux jours que les Jeux Olympiques d’Hiver se sont officiellement terminés à Vancouver. Oui, jusqu’au 21 Mars, on pouvait suivre les Jeux Paralympiques. Suivre est un bien grand mot, puisqu’il n’y eu aucune retransmission en direct, quelques minutes chaque jour pour un petit bilan sur France Télévisions et seulement un petit papillon sur le site d’un grand quotidien sportif français. On ne peut pas dire que la médiatisation ait été de mise, encore une fois.

Les Jeux de Pékin, il y a deux ans, ont été les plus médiatisés de l’histoire (5 min de résumé à 11h55 sur France 3 si ma mémoire est bonne, et un truc un peu plus fourni au milieu de la nuit. Rien en direct en tout cas). Pourtant, je peux vous dire que là bas, l’engouement était à la hauteur de l’événement. J’ai parlé ici d’une athlète que je connais et que mon père a eu la chance de suivre sur place. Et d’après lui, tous les stades étaient pleins en permanence, que ce soit le WaterCube ou le Nid. Plein, plein, archi plein… Pourquoi tant d’engouement là bas, et si peu ici?

D’où vient ce refus de notre société de médiatiser le handisport? C’est flagrant concernant les Jeux, ça l’est encore plus concernant les simples compétitions nationales. Il y a très peu de public, et le seul média présent… France 3 régional. Et encore, s’ils sont prévenus. Forcément, si ça ne démarre pas à la base, s’il n’y a pas ce petit truc pour lancer la machine, pour rendre le handisport « populaire », on en restera à ce qu’il en est aujourd’hui…

Concernant les Jeux, saviez vous que pour la première fois, aux Jeux de Pékin, les athlètes paralympiques médaillés ont reçu les mêmes primes que les athlètes valides? Il aura fallu un certain nombre d’olympiades pour en arriver à cette évidence. Pourquoi étaient-ils être moins payés? Sûrement pas par manque de mérite en tout cas! Mais bon, c’est toujours un début vers une reconnaissance.

Maintenant, pourquoi ne pas proposer les mêmes Jeux pour tout le monde? Après tout, les installations, quand elles sont construites, sont déjà accessibles. Qu’est ce qui empêche l’organisation des JO et des JP en même temps? Pourquoi les mettre à part? Problème d’infrastructures? Pas sûr… Ce qui est construit pour les Jeux est forcément adapté. Problème de planning? Je ne pense pas. Peut être plutôt un manque de volonté… comme on a pu le voir il y a deux ans, lorsqu’un athlète handicapé avait essayé de se qualifier pour les jeux olympiques… Vous vous rappelez, Oscar Pistorius, le coureur Sud-Africain, amputé des deux jambes. Ca avait été un petit peu polémique. Mais au final, il aurait pu courir avec les valides, s’il avait réussi les minimas (qu’il a manqués de 70 centièmes seulement).

Et vous, qu’en pensez-vous? Aimeriez vous que les jeux soient aux mêmes dates pour tout le monde?

Kindgay

%d blogueurs aiment cette page :