Archives de Catégorie: Jf

Oups

Eh oui, désolé, deuxième fois que j’oublie que le 29 c’est mon tour.
C’est à l’image de la tenue de mon blog perso.
Je n’ai pas plus d’inspiration ici que chez moi.
Aussi, par respect pour UFPM, cette petite comm sera ma dernière.
Merci de m’avoir lu et supporté.
Bonne continuation.

jf

Automne

L’automne est là. C’est une saison que je n’aime pas. D’abord parce que les jours diminuent de manière significative. Ensuite, la météo qui varie entre beau temps, pluie, chaud, froid, parfait pour choper la crève.

Au niveau de la nature, voir, la vie ralentir, les feuilles qui changent de couleur, qui tombent et qui, une fois mouillées, deviennent de véritables patinoires, parfait pour se casser la figure que ce soit à pied ou à moto, est déprimant, comme si un cycle de vie se terminait.

Au niveau des gens, comme la nature, ils se recroquevillent, s’ouvrent de moins en moins aux autres et s’affublent de couleurs tristes comme si l’automne était synonyme d’austérité. Accessoirement, plus question de voir des gars légèrement vêtus, laissant suggérer une plastique avantageuse. Les pulls et autres doudounes vont nous priver de ces visions… A part le bout du nez, pas question de deviner autre chose…

PS: Désolé pour le retard 😐

Tranquillement

L’automne est arrivé avec ses périodes orageuses qui ne font que commencer par endroits et qui, j’espère, ne continueront pas ailleurs.

Je suis partagé entre revenir faire mes lectures et rester sans lire qui que ce soit. Ca me manque et ça ne me manque pas. Paradoxal, mais c’est un peu moi. Accessoirement, ce n’est pas parce que je ne lis personne que je ne pense pas à vous, enfin ceux de ma liste. Je sais que je vais revenir mais je ne sais pas quand.

Concernant le ravalement de façade de ce lieu. Je ne suis pas expert en la matière et je persiste à croire que seul le fond (et pas d’écran) est important, la forme, m’importe peu. Alors, je laisse le soin à mes petits camarades de faire le choix qui j’en suis sûr sera bon et puis si jamais il n’y avait pas d’accord, le dernier mot reviendra tjrs au « proprio », ben oui, le communisme ne marche pas et la démocratie participative a ses limites…. (tous ensembles, tous ensembles…) encore une ode partouzer à moins que ce ne soit un gang-bang.

Ce n’est pas un article qui restera dans les annales (cf ligne du dessus) mais j’essaierai de faire mieux le mois prochain.

 Jf  

Résolutions

Septembre arrive à grands pas. Finies les vacances et rentrée scolaire en vue. Pour la majorité des lecteurs de Une fois par moi, la rentrée des classes est un vague souvenir, pour d’autres, ça sera un peu plus tard (facs), pour d’autres, ça les concerne d’un peu plus près. Mais pour certains, c’est aussi, la rentrée pour les bonnes résolutions. Comme en janvier.

Les résolutions varient entre l’arrêt de la cigarette (ben oui, faut passer à la pipe), faire du sport (et pas qu’à l’horizontale) ou perdre du poids (et pas qu’en se vidant les…
… poches du pantalon), voire même l’arrêt de surfer sur le net…

En général, la barre est placée assez haute, peut-être trop (déjà si elle était à l’horizontale…). Résultat, au bout de quelques semaines, voire quelques mois pour les plus courageux, il y a toujours une et même des bonnes excuses pour remettre ça à plus tard. En janvier ou la rentrée suivante !

En ce qui concerne mes bonnes résolutions :

– Continuer à écrire quelques mots ici

– Continuer à écrire quelques mots sur mon blog

– Reprendre la lecture de vos blogs

– Refaire une soirée raclette entre blogueurs!

Et vous ?

jf
Le rédacteur (masqué) du 29

Paris

Eh oui, c’est mon jour ; désolé de vous infliger ça.

Difficile de faire un article aussi passionnant que mes « colocs » de blog.

Nantais d’origine, j’ai eu beaucoup de mal à me faire à la vie parisienne. Débarquant de ma province relativement tranquille, le dépaysement a été total lorsque j’ai commencé à travailler à Paris. J’y ai découvert, le stress, l’impolitesse, les bouchons, la vie chère, les découverts bancaires mais j’ai pu éviter le métro, la voiture étant fournie. Au bout de 2 ans, mes nerfs étant un peu fatigués, ainsi que mon compte en banque, j’ai fait le choix de freiner ma carrière pour me retourner travailler dans ma province. Après 3,5 ans de tranquillité, retour à Paris. Entre chômeur à Nantes et salarié à Paris le choix a été rapide.

Ensuite entre les changements d’employeur, de job et après 3 autres déménagements entre Paris et Nantes je suis revenu en 2000 à Paris et pour une fois, de bon cœur. Voilà 10 ans que je suis installé à Paris, je retourne régulièrement dans ma province mais je n’ai plus l’intention de quitter Paris sauf pour ma retraite. Je me suis fait à cette vie un peu speed, je ne suis plus stressé, je n’ai plus de bouchons à supporter (vive la moto), les découverts sont un lointain souvenir, la vie chère est toujours là, mais je m’en fous quant à l’impolitesse, je ne m’y fais toujours pas.

Je ne pensais pas qu’un jour, je dirais que j’aime Paris, mais aujourd’hui, je dois l’admettre, j’aime Paris. Ça bouge tout le temps et on peut y vivre au rythme que l’on souhaite si on ose le faire, sans compter ce qu’il y a à voir. Néanmoins, le nerf de la guerre reste toujours l’argent.

jf
Le rédacteur du 29

362

Je vais, plus ou moins, régulièrement prendre un verre ou deux voire trois, mais rarement plus dans le Marais qui comme chacun sait est le gayland parisien même si le Marais n’est pas que gayland.

On y voit toujours à peu près les mêmes têtes, en tout cas, dans le quartier où je vais et plus particulièrement dans le bar où j’ai mes habitudes sans être pourtant un habitué.

Autant le dire, il n’y pas beaucoup de consommateurs qui me font tourner la tête.

De septembre à août, pas beaucoup de nouvelles têtes, peu de changement à part les tenues vestimentaires, pas d’évènement particulier, j’oserai dire qu’une certaine routine est en place dans le gayland parisien.

Pourtant durant ces douze mois, trois évènements festifs que sont la fête de la musique, la gaypride et la techno-parade rompent la tranquillité du Marais. Ces trois évènements amènent à tour de rôle, un grain de folie où certains en profitent pour casser cette monotonie, pour casser les oreilles voire même casser les couilles.

Certes, on n’est pas obligé non plus d’y aller à ces dates, même si on n’a pas le choix dans la date, mais ça serait dommage de manquer ça car ça vaut le détour que l’on aime ou pas, ne serait–ce que pour avoir un avis.

Ces fêtes amènent leurs lots d’hétéros qui osent s’égarer dans gayland sans craindre de se faire violer dans une porte cochère (les clichés ont la vie dure) et de s’encanailler a minima, de fashion victims, de travestis, d’exhibitionnistes et autres familles qui composent la communauté homosexuelle.

Ces évènements font passer du simple au triple, même plus, la population du Marais. Bien sûr, il y a les mauvais côtés liés à la foule, cohues, bousculades, etc mais il y a quand même un bon côté s’il n’y en a qu’un d’ailleurs, le nombre de gars agréables à regarder (voire plus si affinités) est aussi multiplié.

On peut constater ces jours-à, un nombre incalculable de têtes qui tournent, de paires d’yeux qui fixent plus ou moins les autres, bref ces jours-là, c’est un peu comme l’ouverture de la pêche ou de la chasse, question d’affinités avec ces sports… On ne sait plus où donner de la tête tellement le poisson ou le gibier, est abondant.

Comme à la pêche ou à la chasse on peut rentrer bredouille, mais ce n’est pas un problème au moins, il y a eu le plaisir des yeux.

Pourtant, chaque année, la question se pose :

Mais où sont-ils durant les 362 autres jours de l’année ?!!

jf
Le rédacteur du 29

Magasin de vêtements

Je n’aime pas faire les magasins. La principale raison est que je n’aime pas la foule. Ça m’oppresse, me met mal à l’aise.

Quand je vais dans un magasin, j’attends du service, du conseil et surtout de l’amabilité. Je trouve que ces 3 paramètres sont rarement présents. Autant je comprends qu’ils ne soient pas présents dans les magasins de fringues « low cost » même si j’ai du mal à l’accepter, autant je ne l’accepte pas concernant « une boutique ».

Ma vision est que les vendeurs ne conseillent plus ou pas, mais en sont-ils capables, ils ne sont là que pour ranger. Ils ne vendent plus ou pas, on achète. Nuance.

On n’est plus perçu comme un client qu’il faut satisfaire (notion de service) mais comme un porte-monnaie ambulant qui doit alimenter le chiffre de la journée et par conséquent impacter le salaire (de base) médiocre.

Je n’ai pas de goûts arrêtés sur les vêtements. Je ne sais pas ce que je veux, mais je sais ce que je ne veux pas. Je ne suis pas du genre à essayer tout ce qu’il y a dans un magasin et partir sans rien acheter. Je n’aimerai pas qu’on me le fasse alors je ne le fais pas aux autres, même si des fois, ça me démange, tellement les vendeurs sont nuls.

N’étant pas adepte du shopping, j’ai orienté ma démarche vers le « peu, mais bien ». Avoir 50000 fringues ne m’a jamais effleuré l’esprit, en plus, j’ai du mal à me séparer de mes affaires.

Le « peu mais bien » me fait éviter les GAP/H&M/ZARA etc, même pour le sportswear. Au niveau jeans pour avoir voulu un jour tester un DIESEL et plus tard un GSTAR, pour l’un, ils ont considéré que je ne devais pas être digne de porter la marque et pour l’autre, ils étaient plus occupés à discuter entre eux qu’à me renseigner à défaut de me servir. Résultat, je reste fidèle au bon vieux 501. Je connais mes dimensions je me sers donc aux Galeries Farfouillettes sans même essayer. Pour les polos et autres sweats, considérant ça comme du jetable ou presque, je reste dans le moyen de gamme avec de temps en temps quelques écarts chez le Crocodile. L’avantage du jeans/polo/sweat est que l’offre est vaste.

Pour ce qui est du costume, là, ça se complique un peu plus. Évitant de bosser en costume/cravate au maximum (être motard a quelques avantages) je n’en ai pas une collection importante. J’ai trouvé une boutique où j’ai la politesse, le conseil et le service, j’essaie d’y rester fidèle même si les tarifs ont de quoi être dissuasifs. Je ne sais pas faire dans le costume à 200€ même si je me suis dit qu’un jour, dans le Marais, j’allais tester ça.

Pour les chemises, ça dépend de mon humeur avec un critère important, la facilité de repassage.

Pour les sous-vêtements, je sais que c’est un sujet qui intéresse beaucoup les gays, je suis passé à la marque australienne que tout le monde connaît. En plus, ce n’est pas plus cher que ceux que l’on trouve en grande surface.

Certains vont se dire aussi qu’en tant que motard, je suis « cuir ». Certes, j’ai l’équipement adéquat mais ça ne me fait pas plus d’effet qu’un jeans même si je suis toujours bluffé par la qualité de mon pantalon de cuir ! Pour le blouson, faut que j’investisse car c’est un vrai investissement, même si la sécurité n’a pas de prix.

Pour résumer, vous me verrez plus souvent en jeans/polo/boxer – chaussures de bateau qu’en costume/cravate.

jf

… il ne s’est pas foulé

Lundi 29 mars, on est passé à l’heure d’été  hier. Une heure de sommeil en moins. Une heure de fête en moins et aussi (surtout, diraient certains) une heure de sexe en moins. Mais aussi, une heure en moins pour faire un article passionnant, j’suis désolé mais j’ai besoin de 24 heures, pas de 23 heures.

J’entends déjà les réflexions du style « il ne s’est pas foulé ». D’abord, il y a encore des dates de disponibles pour écrire ici ! Ensuite, c’est mon style. Eh oui, n’en déplaise à certains, j’ai un style. Juste pour l’écriture d’un blog. Pour le style vestimentaire, on en parlera la prochaine fois.

Pour revenir à mon style, pour le blog, je préfère quand c’est court. Pour autre chose, je préfère quand c’est long. Pas d’images non plus, ça déconcentre, enfin c’est surtout du boulot supplémentaire.

J’arrête là ma prose, sinon, je vais perdre mon style !

Au mois prochain, car le 29 de chaque mois, c’est moi le taulier !

jf

%d blogueurs aiment cette page :