Archives de Catégorie: Aerial

No title.

Tiraillé, trompé dans tes chairs, tu ne sais plus très bien où tu vas, ou devrais aller. Tu fais. Ou plutôt non, tu laisses faire;  L’élongation du muscle se déchirant lentement, t’es tenté de l’attraper, le retenir mais il fuit, s’encanaillant sans cesse entre tes doigts. Tu te damnes. Rien n’y fait. Lentement  il glisse. Mollement tu te poses, étendu sur  la table. Plus de senteur.

On ferme

Refresh Yourself.

Tu ne comptes pas. Tu n’as, peut être d’ailleurs, jamais compté pour lui. Comme une phase, un brin malsaine, toi qui pensais stupidement qu’il y’avait d’autres choses.  T’as tilté un midi à l’hôpital, après un weekend de transfusion.  Juste avant la sieste. T’as repensé aux mots de T.  à sa  certitude. Apres tout, t’espérais quoi ? L’amitié un amour réciproque ? Faut croire.
Retour à la case départ, rien de gagné rien de perdu mis à part la confiance. L’envie de confiance.  De faire.  Ouais, tout un programme.   Alors voilà, ton état d’esprit. T’es dégouté. Lassé de se cacher derrière de faux problèmes, alors qu’a presque 30ans, t’es adulte, tu sais écouter, tu peux comprendre les choses mais pas le mensonge. Ni les baratins à la mords moi le noeud. Non.
En attendant, tu te branles. Tu baises aussi des fois. Ca n’réchauffe pas le coeur, clairement, mais au moins tu te vides les couilles, y’a pas de frustration quand ta bite est dans un cul, c’est concret. C’est bien loin des chimères.

 

On ferme.

 

 

Down in darkness.

Tu ne joues plus. Tu n’sais réellement quand t’as commencé à déconner dans, tes sentiments envers lui, envers sa personne, ce qu’il est, ce qu’il est pour toi, plus qu’un fantasme, une envie mais c’est même plus une envie, c’est devenu un besoin. Un truc dont tu ne peux te défaire et chaque jour, ça te prend de plus en plus fort. Et chaque jour tu te poses de plus en plus de questions, tout en matant ton tel… que fait il ? où quand comment ?!  Ouais, clairement, t’es vraiment pas insensible et ça te rend fou. Tu brûles t’enflammes complètement. Alors oui, des fois tu bades, parce qu’au delà de tout ça, t’as les pieds sur terre. Et t’aimes vraiment plus la terre…

on ferme.

Ce qu’il y a de bien, sans te jeter des fleurs, c’est que t’arrives à te casser tout seul. Ou alors des ronces. Le genre d’épines qui s’incruste dans tes pores jusqu’au derme et où les terminaisons en r’demanderaient presque;  encore.
Ce murmure de merde, sifflotant dans l’espace sinuant tes spasmes ouais, c’est sans doute que tu retournes sur ton corps.
Réflexe.

On ferme.

Tic tic tac

Tous les matins ta bouilloire déconne. Pourtant tu n’y touches que pour remettre de l’eau, mais elle se bloque d’elle même sur son point mort. Tu pousses le bouton vers le haut et rien. A croire qu’il faut appuyer 2 fois pour que Madame s’allume… Ce qui a le don de te mettre de bonne humeur car ce n’est pas comme si tu tiltais de suite, non. T’as rencontré un gars. Plus tu penses à lui et plus tu te dis qu’il est comme ta bouilloire, au point 0 que tu ferais mieux de le larguer et de changer de bouilloire. Une qui marche, une qui n’a pas de beug. Et pis, au bout d’un mois, t’as plus de sentiment pour ta bouilloire parce qu’au moins, quand elle marche, elle sert. Pourtant elle a 3 ans. Achetée 7 euro à Auchan.

 

L’histoire de deux grammes qui s’pèsent.

Le vide crépite sa lumière de couleur foudre caressant tes pensées, l’étranger que tu repousses insensible du toi traverse, tes rêves psychique comme tes pensées malsaines dont le stresse alimente le tout; fourbant ton esprit l’humeur s’enseigne devant la tempérance de ta violence..  Au plafond plus de limite, perdu sans direction, tu tapes, te cognes…  Jugement de dieu, roi unique tu es le papillon isolé du tourbillon de contraintes de, désillusions qui ne cesse d’entourer et de casser, priser de colère séduisant l’erreur… Aucune différence, l’habitude peut être… Merdre ; reviens quelques secondes dans ce désert, nourris toi avec hâte, son esprit s’échappe.Fais vite mon vieil ami, tant le temps a son importance que rien ne dur trop longtemps, d’égal à égal, l’abstinence approche.

on ferme.

I might be …

.. un truc ronge ton âme, c’est peut être un remède à l’heure sans attente de caresse, sans combat. Comme une alarme, un déchirement dans le cou, la cause d’un déversement de rêves. Ce regard qui te hante jusqu’a l’aube, ce son que tu fais bouillir de tes yeux. Son détachement anime ton indifférence et comme deux amants que la nuit expose, qui font du jour des épaves; la cruauté quand, l’amour brûle au coeur s’agite sous la peau, tes veines dérobant cette rythmique que ton corps fournis de désir.

C’est sans vergogne.

Aerial

Article suivant

T’es rentré hier, t’as pas tilté de suite qu’on était le 18 pourtant, c’était marqué sur ta fiche de sortie, sur ton portable sur le billet de train… Même à Montparnasse c’était marqué en grand mais, t’as pas tilté.. ce n’est qu’une fois arrivé chez O. après t’être servi un café bien chaud, même après l’avoir bu, ce n’est que vers 18h que t’as su que demain, on serait le 19. Alors t’as réfléchis, t’as creusé, un peu, dans ton cerveau mais rien. Manque d’envie alors dans l’doute, t’as textoté Maitre Tto. : ‘je viens de tilter… demain je dois écrire sur unefoisparmoi’ Réponse : t’es le 19 !!!! ;)’  ..bien sûr t’as remarqué l’agacement (si peu..) après le 19..  Mais comme tu es joueur, et des fois,  complètement à la cave, tu as reposé la question : ‘mais c’est demain ?’ de là s’est suivi des échanges et patati et patata et finalement, t’as trouvé un truc à raconter. Dingue non ? Bein c’est tout… un peu court?…  t’as pas tout le temps des trucs à dire et t’as pas tout le temps, l’envie. C’est dur même une fois par mois, surtout que pendant 3 nuits, tu t’es fait chier t’aurais pu, à ce moment-là, si, on t’avait prévenu, réfléchir, trouver un truc quoi ! mais non… bein ouais, les autres.. toujouuuuurs….   Alors tant pis, tu vas faire c’que tu fais chez toi pis c’est tout.

Ta chambre est ta toile ton sang, la peinture tes doigts les pinceaux la veine le commencement d’une peinture qui ne se vendra pas tout n’est pas a, acheter, il faut juste la vider là, sur cette toile jaunit par les joints la clope par tes soupirs par ta vie, la buée sur  tes fenêtres tu jettes un regard amer les démons de ton futur t’étouffent de l’intérieur comme un poison, l’acide te ronge au-dedans. Le papillon sortant de son cocon s’évapore en abeille piquante sur ce poignet infectant ta conscience crachant son dard dans ton âme. La giclée coule vers le bas ton doigt frôlant la goutte dessine par automatisme, rien n’a de sens dans l’oubli ce que, le pour quoi, de cette envie, écraser le papillon mais il vole, et frivole au dessus de toi passant en dessous de ta main montant au plafond tout tourne. Tout fout le camp. Une ombre derrière le rideau bouge.. tu peine à garder le tout ouvert.. et pis.. la douce symphonie commence les cordes le violon grinçant coupant les bouts des doigt au sang tranquillement elle s’installe, lentement te procurant un juste effet d’apaisement, une liberté, le mal s’en va. Tout est, paisible. Le silence, ça n’a pas de prix.

Aerial

Blues from the black cat.

Comment cuisiner quand on vit seul.. et bien, on ne peut pas c’est pour ça qu’il est bon d’avoir tout plein d’amis bein oui ! Intoxication alimentaire ça en tue, faut pas croire… M’enfin l’alcool tue tout, c’est c’qui faut se dire. Note à toi, si tu viens diner chez moi, bois !!!
J’ai découvert il y’a moins de deux ans, les iles flottantes à la noix de coco à faire soi-même.. ‘Tention.. non mais c’est très bon. Maintenant je sais exactement combien pèse un jaune d’oeuf.. alors ?? bein, ça dépend. Mais ça fait entre 10 grammes et si t’es chanceux, 40 grammes ouais faut être super chanceux mais ça arrive… Alors c’est tout con, tu prends mettons, repas tranquilou, 4 personnes, on s’la joue classique.. Donc, pour 4 personnes il faut, 150 grammes de jaunes d’œufs ce qui fait entre, ça dépend d’la taille, mais ouais 7,8 jaunes d’œufs donc t’es pas trop con, tu sors ton saladier pour récupérer le blanc.. Dans le bol ‘jaune d’œuf’ tu rajoutes 140 grammes de sucres, tu touilles, bien hein, ensuite, tu prends ta bouteille de lait, 50 cl que tu verses pas totalement dans le bol jaunes d’œuf + sucre. T’en mets la moitié pour le moment ça suffit et la tu touilles, tu t’arrêtes pu (et ps : c’est bien de verser le lait petit à petit en même temps que tu fouettes). Donc une fois que c’est ok, tu prends ta casserole, tu prends avant une gousse de vanille que tu coupes au milieu tu racles un peu l’intérieur quoi et tu mets tout, donc tes jaunes d’œuf le sucre le lait, et tu rajoutes le reste du lait dans la casserole le tout à feux doux pour commencer. Et comme toi aussi, t’es un peu maniaque t’as le temps de nettoyer ta vaisselle, bon faut pas que ça dure 10 minutes mais 3 minutes c’est cool. Ensuite, tu prends un fouet (et tu penses à sortir ta cuillère en bois parce que c’est génial) et là tu vois ta crème qui commence sérieusement à chauffer, alors tu touilles avec ton fouet toujours dans le même sens (bein ouais faut pas que le jaune coagule parce qu’après c’est impossible) donc tu touilles énergiquement mais délicatement environ, 20 minutes sans t’arrêter, c’est comme une bonne branlette.. et pour le teste, tu prends ta cuillère en bois et si quand tu la plonges et la ressort si ça fait un peu blanc c’est que c’est bon. Aussi ne t’affoles pas si ça mousse, c’est normal. Ensuite de ça, tu prends un chinois, ou un égouttoir et là, t’es super attentif à ce que je dis ! Parce que là, c’est compliqué en fait, tu vas devoir faire passer donc, ta crème anglaise par l’égouttoir et dans cet égouttoir, ya ta noix de coco râpées. Pour les grammes bein, c’est à ton gout. 30-40 grammes c’est bien. Tout dépend de ce que t’as bu avant, finalement. Donc une fois que t’as mis un autre saladier en dessous de ton égouttoir, tu verses ta crème anglaise, que tu laisses un peu prendre la noix de coco, t’égoutte en insistant avec ta cuillère en bois, tu refais la même chose, 3 fois, ensuite une fois que tout est bon, tu laisses là et tu prends ton robot et tu montes tes œufs en neige avec une pointe de sel, mais une petite, et qu’une ! Ensuite tu prends ce que tu veux, 4 coupes sachant que t’auras du rhab.. donc tu mets donc ta crème anglaise à la noix de coco dans les coupes, au four micro-ondes puisque, tu es de ce siècle, et ça c’est génial non parce que oublies le lait l’eau le bordel que c’est à faire cuire, des blancs d’œuf sur le feux non, sois sage.. Tu mets ou tu prends ou t’improvises, tes œufs en neige dans un plat qui va dedans, et là tu te fais pas chier, 6 secondes (si cuillère) au four micro-ondes et hop c’est magique, ça monte et voilou et après, donc tu décores tu fais c’que tu veux et le tout va au frigo. 2h minimum. Et voilou ensuite tu dégustes et même que tes amis, ils reviendront.

Ps : une crème anglaise n’est pas un flan. Faut que ce soit un peu liquide hein, mais consistant. M’enfin je m’inquiète pas, la 1er fois, t’en chie. Pour les blanc d’œufs en fait, faut pas que ça soit super cuit comme genre des œufs à la poêle hein, bein non, parce qu’après, l’odeur c’est dérangeant. Faut que le blanc gonfle.

Illona Bolou

On ferme.

Aerial

Quand Aerial n’est pas là, Fred fait danser les mots

Voici le message que j’ai reçu il y a deux semaines :

– Tu fais quoi le 13 ?
– Je suis à Paris mais je repars le soir, j’y suis à partir de mardi.
– Non mdr. Pour ton cadeau… J’écris sur unefoisparmoi mais vu que jsuis là, je t’offre ma place !
– Houla quel honneur… Mais je ne suis pas encore accepté par le rédactto chef…
– Siiiiii Tto m’a dit ok !
– Ah ben, sans déconner, ça me fait super plaisir… Je t’assure. Maintenant, il faut juste que je trouve un sujet… ça va pas être facile tout ça !
– Tu vois ca avec Tto hein? Et pis t’as plein d’idées de toute façon

Cette gentille personne c’est Aerial qui écrit de très beaux textes, parfois à fleur de peau mais que je lis avec un réel plaisir tous les mois. Alors quand il m’a proposé de le remplacer juste pour cette fois, je l’ai pris vraiment comme un honneur parce que faire partie de cette communauté de bloggeurs, ben moi ça me touche terriblement. J’ai ouvert mon blog il n’y a pas si longtemps et j’avoue que je ne pense pas être à la hauteur de certaines ou certains d’entre vous. Je sais que vous avez toutes et tous votre style, mais j’ai vraiment l’impression d’arriver dans la cour des grands. Oui je le dis sans détour, vous êtes toutes et tous impressionnants de talents et de génie. Et je ne parle même pas du rédactto chef… Bref, voilà ce que je pense de vous tous… Certains vont dire que c’est exagéré ou bien que je fais de la lèche… Non non, vraiment, cette alignement de mots que j’ai commencé en octobre me permet de voir à quel point ça fait du bien d’écrire, de poser des mots sur des situations que je n’aurai pas imaginé un seul instant.

Aerial, je l’ai « rencontré » virtuellement par l’envoi d’un message sur Facebook me disant qu’il saluait le maître de l’automne ! Il est vrai que j’avais été élu « Lecteur de l’Automne » au concours de Tto. Je devenais presqu’une star ! Alors on a commencé à échanger quelques mots et j’ai découvert un personnage tout à fait fascinant, avec un talent incroyable pour le dessin. S’il y a bien une chose que j’admire chez les gens, c’est le talent de pouvoir dessiner, je passerai des heures à regarder parcourir ces crayons qui transforment une simple feuille blanche en une belle œuvre totalement personnelle. Lorsque je voyage, je passe souvent du temps à arpenter les places à la découverte de dessinateurs ou de croqueurs qui font de vous soit le plus beau, soit le plus caricatural ! Et puis il faut dire une chose, ce mec c’est une véritable bombe !! Si si, je vous le jure !

Alors quand est venu le sujet sur lequel je devais écrire, je lui en ai proposé un, tout simplement parce que j’ai trouvé que c’était totalement normal de lui demandé son avis. Il a rigolé en me disant que je pouvais choisir ce que je voulais parce que c’était mon cadeau. J’en avais trouvé un et puis une évidence s’est vite imposée, c’est de parler de lui, tout simplement, la façon dont je le vois, même s’il est loin et qu’il a ses moments de peine. Alors voilà, tout ça, c’est pour toi, cher Aerial. Continue d’être ce que tu es, ne change absolument rien, c’est parfait. Comme il est encore de tradition de souhaiter les vœux, je te souhaite une douce et belle année 2011 et reviens nous vite en février reprendre ta place…

Fred

%d blogueurs aiment cette page :