Et ça continue encore et encore, ce n’est que le début d’accord d’accord

Image

Chose promise et chose due … UNE FOIS PAR MOI renaît de ses cendres et te donne rendez-vous ailleurs, en laissant la trace de cette première partie d’aventure toujours là.

Désormais, c’est ici que ça continue … A tout de suite donc !

Publicités

Tto ou tard

Tôt ou tard, c’est à dire le mois prochain, j’écrirai la dernière ligne de ce blog … Tôt ou tard, je me déciderai à donner une nouvelle chance à une bonne idée. Tôt ou tard, je dévoilerai ce qui a déjà été imaginé pour la suite, ailleurs …

Il est trop tôt et pas assez tard pour en parler aujourd’hui alors que tu es accablé(e) de fatigue à cause de cette chaleur providentielle que nul n’espérait encore. Il est trop tôt encore parce que le rouleau comrpesseur des Jeux Olympiques va tout ravager sur son passage sauvage et impitoyable. Il est trop tard pour faire saliver dans la mesure où nombre de lecteurs (mais pas tous à bien regarder les chiffres d’une fréquentation toujours surprenante) sont ailleurs et pas seulement physiquement. Tôt ou tard, je raconterai pourquoi on en est là, pourquoi j’ai envie de continuer malgré tout et surtout comment.

Tôt ou tard, je vais reprendre mon rôle d’architecte de moi-même et de ma poiscaille préferée qui continue malgré tout.
Tôt ou tard, je vais t’annoncer de nouvelles recrues.

Tôt ou tard, je vais te proposer le nouveau chemin de ces écrits, avec des gens qui ne trahiront pas l’esprit de départ et n’y verront pas forcément un miroir bien déformant.
Tôt ou tard, je n’en voudrais plus aux lanceurs de poignards qui se sont essuyé les pieds sur ma bienveillance.

Tôt ou tard, UNE FOIS PAR MOI va revenir et ce sera en octobre … le 21 octobre 2012. Ce sera trop tard pour que ce soit là et il est trop tôt pour te dire où [mais rassure-toi, le nom est déjà réservé … j’ai l’air idiot et trop gentil, mais j’ai oublié d’être stupide quand même].

Tôt ou tard, je te remercierai lecteur d’avoir accompagné pendant plus de deux ans cette aventure ici, quis e continuera ailleurs. Il est encore trop tôt pour cela et le mois prochain, il ne sera pas trop tard.
Ce n’est pas trop tôt ni trop tard que je parviens enfin à réécrire comme je voulais le faire depuis le début … en déclinant une expression sur tout un billet, juste histoire de te parler de ce que je ressens … une fois dans le mois, une fois par moi donc.

Tto

Tu fais quoi le 30 juin à 23h59 et 60 secondes ?

Cela n’arrive pas qu’une fois par mois, ni même une fois par an … c’est bien plus rare que cela !

Pour la vingt-cinquième fois, l’homme va vivre une seconde de plus que d’ordinaire et tu as intérêt à la savourer puisque la dernière fois, c’était le 31 décembre 2008 qu’il a fallu ajouter la fameuse seconde intercalaire.

Quid et kezako ? C’est facile : le temps qui passe se mesure avec des horloges dites atomiques dont la régularité le dispute à la bêtise de candidats de la télé-réalilté, c’est ainsi dire qu’il n’y a aucun aléa. Sauf que … la rotation de la Terre est un peu comme ton humeur, irrégulière ! Et forcément, mesurer les secondes, minutes, heures, jours, semaines, mois, années, siècles résultant de la rotation de notre planète avec des engins d’une précision diabolique, ça créé des décalages. Et les décalages, ça fout la rage chez les scientifiques qui veulent des calculs qui tombent justes !

C’est pourquoi à compter de 1972, on a décidé d’en finir avec la mesure du temps qui passe dictée par l’astronomie et consistant à apprécier la position du Soleil par rapport à la Terre. Fini le travail à la grand papa, aujourd’hui on la joue horloges atomiques, pour les vrais de vrais parce qu’on n’est pas des p… petits joueurs quand même !

La dérive du temps donné par l’orientation de la Terre comparé aux indications des horloges atomiques ne doit pas devenir trop importante et lorsque le différenciel s’approche des 0,9 secondes, le Service International de la Rotation Terrestre et des Systèmes de Reférence (l’IERS, c’est plus court) décide d’ajouter une petite seconde pour compenser. Et c’est à l’Observatoire de Paris que tout se passe coco …

Sauf que tout cela suppose de respecter certaines règles :
– on n’ajoute une seconde que le 30 ujuin ou le 31 décembre
– on avertit suffisamment à l’avance pour reparamétrer tous les satellites, tious les réseaux informatiques sensibles sinon, là … c’est la guerre absolue puisque tout se déglingue !
– aucun tir de fusée n’est autorisé pendant les jours entourant la seconde intercalaire pour éviter les erreurs de calcul [oui oui, tu imagines qu’une seconde ce n’est pas grand chose mais … souviens-toi : à une seconde près à quel point ta vie aurait pu changer …].

Dans 3 jours, ta journée ne comptera donc pas 86.400 secondes mais 86.401 secondes. Quel luxe : en lisant ce billet, tu viens de réaliser le surcroit d’immortalité considéré …

Tto

En voila une bonne nouvelle !!!

Le moins que l’on puisse dire, c’est que tout vient à point à qui sait attendre voire être patient.

Puisque Waquete officie en qualité de grand manie-tout [et il manie tout !!!] et qu’il est encore un peu timide de le dire, il a reçu il n’y a pas trop longtemps un petit mail de ma part … Oh pas grand chose, juste un petit mail pour lui dire que lui et moi allions devoir phosphorer puisqu’il est question de repartir sur des bases nouvelles pour qu’UNE FOIS PAR MOI ne meurt pas à la grande satisfaction de celui qui guette, tel le vautour, la dépouille pour mieux s’en repaître et venir, comme à l’accoutumée, délivrer une morale [ou ce qui en tiendra lieu] sentencieuse comme il se plait à en infliger. Et ben non … aujourd’hui, je peux te l’annoncer : UNE FOIS PAR MOI n’est pas fini, c’est même tout le contraire et la vague de recrutement de nouvelles signatures est lancé.

La nouvelle identité graphique est trouvée.
La nouvelle charte de collaboration aussi, pour éviter les comportements inadaptés.
Les nouvelles envies sont là.
Les modelisations vont commencer et tout l’été servira à se roder et faire en sorte que l’équipe se complète [oui oui, une vraie équipe : pas un truc psychologiquement affligeant et inquiétant à coup de schizophrénie latente en démultipliant artificieusement une prétendue pléiade de contributeurs]. Bah voila … les pâles copies ne rejoindront jamais les idées originales qui ont un mérite : l’authenticité.

Et c’est ce pari qui recommence : l’authentique. Nous aurons l’occasion d’en reparler mais la rentrée d’UNE FOIS PAR MOI est prévue le 21 août 2012. En attendant, un wagon de Messieurs Bricolage est en arrivage et ça va sentir bon la peinture, le ciment et tout le reste. Les grands travaux vont commencer !

Alors attention où tu marches … ne t’égare pas, il se pourrait bien que tu prennes un coup de peinture, un peu de poussière mais c’est pour la bonne cause : de blanc, de gris et de noir vêtu, UNE FOIS PAR MOI va revenir tout bientôt, tout frais, tout beau et, finalement, tout nouveau ! D’ici là, on continue comme si de rien n’était [ou presque]. Enfin moi je dis ça, c’est au big boss de dire …

Tto

A vos marques

Comme dirait ma boulangère ou ma concierge [c’est selon mon degré de tolérance que je condescends à écouter l’une ou l’autre], on n’a jamais été aussi proche …

Bon ok … des fois, elle m’explique que le temps est plus comme avant depuis qu’ils ont marché sur la Lune, que si on était moins loin on serait plus près et surtout le fameux « vous savez hein … y a pô d’fumée sans qu’y ait du feu » … M’en parlez pas ma pauv’ dame …

N’empêche que … là, sans en avoir parlé avec l’une ou l’autre, force est de constater qu’on n’a jamais été aussi proche. Proche … voila un propos bien sibyllin au sujet duquel tu attends nécessairement, en ce 27, un éclairage.

Rassure-toi : point n’est question de présidentielle ou d’idées shopping … Non non non, mon propos du jour sera bien plus insipide que cela et presque éphéméride [c’est te dire si tu vas trouver ça passionnant … presque autant qu’une chronique de Laurent Gerra sur le chic et le bon goût]

Parce que bon dis donc … ce soir, avec un peu de chance [sauf si elle t’a devancé], tu seras en giga viaduc et ce sera même le premier d’une bonne série qu’on n’avait pas vue depuis longtemps : les ponts sont de retour !!!

Ok ok ok … Y a toujours des gros ponts sur la route [oh oui … y a même des « ponasses » qui ne savent pas conduire], mais là, il est question des jours fériés qui débarquent inopinément et te condamnent à des semaines raccourcies comme les attributs masculins d’Enrique Iglesias ou ceux de certains blogueurs dont tu comprendras que je taise le nom pour ne pas ternir un image qu’ils s’efforcent de construire avec l’énergie d’une auto-persuasion presque touchante. Je parle donc des ponts de mai qui, cette année, ont eu la bonne idée de ne pas tomber un wikende comme depuis quelques années. Wahoooo !!!!

Sauf que … quand tu fais comme mois, tu ne réalises cela que maintenant et forcément … pour s’organiser, c’est un peu tard [du 14 juillet, forcément]. Alors donc, lundi matin, je serai au travail relativement seul certes mais ça va être bon ça !!!

C’est vrai qu’on ne regarde pas assez le calendrier finalement … Regarde, je ne sais même pas quel jour tombe mon anniversaire cette année, ni comment se goupillent les autres jours fériés de l’année [et alors encore moins s’il y a des vendredis 13 … ce dont je me fous comme d ema première chemise] !
Pourtant, ce n’est pas forcément inutile … Laisse-moi te raconter ce qu’il s’est passé en 1582 … Si tu ne regardais pas bien ton calendrier cette année là, en décembre … bah tu n’étais pas arrivé et je ne te raconte pas le boxon parce qu’au passage du calendrier julien au calendrier grégorien en France, on est passé d’un coup du dimanche 9 décembre au lundi 20 décembre 1582 … Si tu imaginais avoir encore 15 jours pour faire tes cadeaux de Noël, bah pas du tout … le lendemain, tu n’en as plus que 4 !!! Bonjour l’angoisse …
Quoi qu’il en soit, bons ponts et oublie quoi que ce soit pour le premier … il fera moche. Bah oui parce qu’en plus de regarder le calendrier, il faut aussi consulter la météo … Finalement, je me demande si faire comme moi n’est pas plus reposant : au moins, on ne s’occupe de rien !

Tto

L’un trus mais que fait l’autre ?

Va savoir et comprendre … une faille spacio-temporelle peut-être. N’empêche, que tu ne t’en rends pas compte forcément et il fallait bien que je fasse le lien !!!

Quel lien y a-t-il entre Marielle de Sarnez [le dentier le plus célèbre du Modem], Mariah Carey, Fergie des Black Eyed Peas, Kad Merad, Quentin Tarantino et la sublimement pas artificielle Cathy Guetta ? Ah ah … tu sèches comme le poisson du même nom !!!

Je comprends mais je peux te dire qu’il y a pourtant bien un lien et ce lien a un rapport avec UNE FOIS PAR MOI dis donc !!! Mais carrément Yvan !
Pffffff … j’te jure … à compter du mois prochain, il va falloir être au point parce que tu suivras une nouvelle expérience tous les 27 du mois [ce qui évitera à l’envieux de na pas squatter la date qu’il lorgne tant et qu’il ne mérite pas même à force de perfidie, calomnies et fiel qui se prétend humoristique … la pétition de principe aura au moins un signataire …]. Oui, le mois prochain démarre une nouvelle aventure ici même parce que c’est décidé, UNE FOIS PAR MOI en aura la primeur que dis-je … la prime heure !

Alors donc, j’en reviens à ma liste infernale tant pour les orthodontistes, les vendeurs de fringues trop petites, les oreilles bousillées et autres …
Non ? Toujours pas ?
Allez, je t’aide : mon nouvel indice est « théatre » et là forcément, tu vas trouver très vite …

Euh … sauf si tu envisages que Marielle, Mariah, Cathy, Fergie, Cathy, Quentin et Kad se lancent dans une pièce aussi infernale que la Tour Montparnasse [laquelle était insupportable]. Mais je préfère arrêter là ton cauchemar aussi pénible qu’un chapelet de crétineries faussement inspirées et pompeusement auto-proclamées perfides du même auquel je faisais allusion précédemment … ce qui vaut bien un disque de Nikos Aliagas ou une leçon de bon goût dispensée par Véronique Genest. C’est te dire tout le côté vertigineux de la chose …

Non ?
Décidément pas ? Il faut donc tout te dire …

Aujourd’hui … les personnes précitées ont la chance de souffler une bougie supplémentaire. Mais parfaitement ! Cathy Guetta et Marielle de Sarnez sont jumelles astrales [comme la peinture] dis donc … tout comme Kad Merad et Quentin Pulp Fiction Tarantino ! C’est pas bouleversant ça ? Non pas tant que ça tu me diras …
Oui non finalement je suis d’accord même si … quand même, tu devrais penser que ça tombe mal que cela soit tout pile le jour de la journée mondiale du théâtre … Ça, c’est moche !

Tto

La dernière avant la prochaine

Certains billets ont un relief particulier … Pas qu’on les sente si fantastiques, si génialement écrits, si exceptionnels sur le papier à raison d’une idée géniale. D’expérience, je sais bien qu’on en peut jamais prévoir l’impact de ce que l’on écrit, de ce que l’on envisage. Ce serait finalement un peu triste !

Sauf que … des fois, même sans savoir de quoi sera fait le billet, de quelle façon on excellera en racontant quelque chose, il arrive que l’on sache que le billet que l’on écrira sera important, sera particulier.

Aujourd’hui, je publie mon dernier billet en qualité de rédacteur en chef que je n’ai jamais été, cédant aux flatteries de celles et ceux qui m’ont rejoint dans cette aventure. J’ai toujours préféré expliquer que j’étais le coordinateur, l’architecte … celui qui met les choses en place et puis voila. Quel que soit le nom, j’avais cette place depuis le début de l’aventure … certains m’ont envié ce rôle, d’autres m’ont conforté dans l’idée que je le remplissais à merveille … je suis plus modeste que cela : tel n’est à l’évidence pas le cas et je n’avais pas choisi d’endosser cette fonction pour les lauriers …

N’empêche que … aujourd’hui, 25 mois après le début, j’ai décidé de passer la main, en confiance et assuré que tout ira bien et pour le mieux puisque l’aventure continue, y compris avec moi à la place n°27, comme tous les mois. Mais, je vais être en retrait, à la place de tous les autres.

Les raisons sont multiples : déjà depuis un moment je songeais à passer le flambeau. Certaines réactions épidermiques et [trop] spontanées m’ont lassé. Des candidats qui ne sont pas venus certainement à raison de ce qui leur a été dit à mon sujet … Bref, comme je l’ai écrit il y a quelques jours : je pense que j’étais devenu moins une solution et mon bébé UNE FOIS PAR MOI devait forcément grandir différemment, autrement et avec le maximum de chances. Et puis, je demeure persuadé que de la diversité naît la richesse : c’est même précisément pour cela que cet endroit a été accueillant et le sera vraisemblablement encore longtemps.

J’ai pris la précaution de m’assurer de la relève, et mon successeur a tout mon soutien, toute ma confiance, mon amitié. UNE FOIS PAR MOI évoluera ou pas, des nouveaux arriveront et de nouveaux fils rouge seront trouvés avec mon aide ou pas, à l’instar de ce que chacun des membres de cette aventure peut faire.

Alors voila, UNE FOIS PAR MOI a soufflé ses deux bougies il y a peu et change [déjà / enfin … rayer la mention inutile] de capitaine. Je reste le papa, le papa fier de son enfant, fier des abeilles qui se penchent tous les mois sur le berceau d’un enfant prometteur.
A tous les lecteurs d’UNE FOIS PAR MOI, merci de votre fidélité et de votre soutien et n’oubliez pas que les places sont faites pour être prises dans le calendrier de cette aventure. L’adresse de candidature ne change pas, finalement rien ne change.

J’ai été très heureux de conduire ce navire. Il m’en restera de superbes souvenirs …
Dès le mois prochain, le 27 sera un rendez-vous nouveau, différent … un peu comme moi au milieu d’UNE FOIS PAR MOI
And now … UNE FOIS PAR MOI must go on …

Tto

Plutôt deux fois qu’une

Il en est des choses que je me plais à imaginer en double plutôt en version unitaire …
Les bisous, les joies, les accolades, les félicitations … loin de moi l’idée de te faire un inventaire à la Miss France [puisque j’ai raté mes études d’esthéticienne et que je n’ambitionne plus de travailler dans la co mmu ni caaaaaa tion].

Certes la nature a fait en sorte de doter, en double exempalire, certains éléments … Les yeux, les oreilles, les Bogdanoff, les neurones de Steevy Boulay [qui porte si bien son nom et si mal le pantalon moulant blanc dans une chambre d’hotel quand il se photographie pour lever un mec rapidement sur Grindr] ou encore les notes justes qu’aurait enfin décidé de chanter Katy Perry en concert. Il en y a tellement des choses en double que je me dis que je préfère largement me concentrer sur ce qui devrais plutôt que sur ce qui est [c’est aussi une philosophie comme une autre].

Parce que bon … une bonne journée devrait pouvoir être double, juste histoire de profiter de la vie plutôt que ruiner son temps uniquement au boulot où l’on se défonce pour des raisons qui m’échappent des fois [voire souvent] … une bonne tout ce que tu veux d’ailleurs quand on y regarde bien, ça devrait pouvoir être double … j’attire néanmoins ton attention sur le fait que certaines « bonnes tout ce que tu veux » ont aussi l’effet pervers d’y donner goût …

Moi, je milite pour et une bonne idée par exemple, elle devrait pouvoir être deux à la fois … une bonne tarte au chocolat de quand tu étais petit, elle devrait pouvoir être deux, une bonne chanson elle devrait avoir double durée … L’ambition du double pourrait presque me forcer à devenir schizophrène mais non, je demeure jouisseur des bonnes choses et abhorre les vilaines. Deux … deux comme deux bougies !

Aujourd’hui, UNE FOIS PAR MOI fête son deuxième anniversaire et, pour le coup, deux bougies valent mieux qu’une. Certes il y eût des choses peu agréables au cours de ces deux dernières années, mais pas seulement et surtout bien moins que des bonnes. UNE FOIS PAR MOI, c’est un peu la métaphore de ce que je viens d’écrire, de mon point de vue : ce qui ne fut pas plaisant à dire ou faire devait l’être plutôt deux fois qu’une, ceux qui sont venus participer ou participent encore ont eu raison de le faire plutôt deux fois qu’une, ce qui a très bien fonctionné devait et devra continuer à enthousiasmé plutôt deux fois qu’une !

 

Tto

On s’en pose des questions …

Alors ça, ma pauv’ dame, on n’aura jamais assez d’une vie pour réussir à répondre à toutes les questions qu’on peut se poser [et Dieu sait qu’en ce moment, ton serviteur est un champion du monde interstellaire].

Je ne sais si c’est la fin de l’année, le bilan inévitable que l’on fait sur les douze mois précédents, sur ce qu’il aurait fallu faire, ce qu’il aurait fallu savoir éviter ou que sais-je encore … le fait est que la fin de l’année est toujours propice aux questionnements intérieurs [mais comment je fais pour être à ce point moi-même tout le temps … et comment je fais pour ne pas en être plus fatigué que ça même si, là, je conviens que ça tire un peu ?] voire autres [et on le perd quand ce triple A ?]

Sauf qu’en bon stakhanoviste de la chose, je ne me limite pas à la dernière quinzaine de l’année pour jouer le comptable des espérances déçues et des lauriers passés … Grâce à ce formidable outil qu’est formspring, il n’est pas difficile de me poser des questions sur tout et n’importe quoi [même si je dois reconnaître que j’ai peu de questions bêtes alors que, moi, j’en pose des tonnes qui n’ont ni queue ni tête … forcément, ça plaît moins à certains].

Ce formspring est l’occasion de réfléchir à beaucoup de choses et d’essayer de répondre occasionnellement et par rafales à ces questions de tous ordres : sujets de société, tracas de la vie, sexe, amour, personnalité, j’en passe et des meilleures …
Et bien souvent, comme me le disait quelqu’un il y a peu, on en apprend beaucoup plus sur celui qui pose la question que sur celui qui répond. C’est te dire si je suis connu comme le loup blanc [c’est de saison].

Or donc … j’ai dans mon stock de questions à répondre une question à laquelle j’ai un peu de peine à trouver une réponse : Si jamais y’a une vie après la mort, tu aimerais de réincarner en quoi? Et pourquoi?

En voila une bonne question : par delà mon trépas, sous quelle forme accepterais-je de continuer l’aventure ?
Pour ne rien te cacher, cela rejoint l’idée de pièce de théâtre qui me traîne dans la tête depuis cinq ans désormais … La mort, comme une page qui se tourne et non comme un livre que l’on ferme avec l’idée que quelque chose se poursuit mais sous quelle forme …

A ce jour, et nonobstant le fait que Noël soit passé [oui, cela n’a rien à voir mais bon], je ne sais toujours pas répondre à cette question tant j’ai d’idées qui se bousculent s’agissant d’une réincarnation.
J’ai bien pensé à un miroir, un sex-toy, une cuillère, ou que sais-je encore …

C’est marrant parce qu’en ce moment, je pense beaucoup à la mort pour des raisons diverses et variées mais pas nécessairement lugubres. Le fait est que je crois que j’ai du mal à me projeter parce que cela induira une évidente passivité dont je ne me sens pas capable. Le miroir ne serait que spectateur, le sex-toy ne serait qu’un ustensile, la cuillère ne serait qu’un vecteur de transmission …

Ou alors, j’avais pensé à être un tableau pour flatter mon côté narcissique, maintes fois dénoncé par Madrox [je ne voudrais pas le décevoir]

Rares sont les questions qui me collent mais je ne m’avoue pas vaincu et l’auteur de cette question [qui nous rejoindra peut-être bientôt] trépigne certainement mais il faut se résoudre au fait que je trouverai une réponse. En attendant et à c e jour, j’ai répondu à 1.429 questions et aucune ne m’a complètement collé : je m’attache même à apporter à chacune une réponse sinon malicieuse, en tout cas honnête et intègre.

Tto

Il n’est pas par ici mais il repassera par là …

Aujourd’hui, l’un des innombrables Christophe [n’en déplaise à l’autre] qui a accepté de tenir plume ici était censé ponctuer une dernière fois l’année 2011 …

Hélas, des circonstances bien indépendantes de sa volonté empêchent cela …
Il n’a tué personne, n’a pas forcément vu venir l’avalanche mais une chose est sure : pour le connaître comme je le connais, il remontera la pente et épongera sa peine. La vie est ainsi faite : la roue tourne et les lecteurs et auteurs d’UNE FOIS PAR MOI attendront sagement son retour en 2012, pour débuter en fanfare une nouvelle année faisant oublier la difficulté de celle qui s’achève en ce moment.

Bon courage mon grand et vivement l’année prochaine !
Chris Tophe reviendra le 1er janvier prochain.

Tto

 

%d blogueurs aiment cette page :