Archives Mensuelles: mai 2012

En voila une bonne nouvelle !!!

Le moins que l’on puisse dire, c’est que tout vient à point à qui sait attendre voire être patient.

Puisque Waquete officie en qualité de grand manie-tout [et il manie tout !!!] et qu’il est encore un peu timide de le dire, il a reçu il n’y a pas trop longtemps un petit mail de ma part … Oh pas grand chose, juste un petit mail pour lui dire que lui et moi allions devoir phosphorer puisqu’il est question de repartir sur des bases nouvelles pour qu’UNE FOIS PAR MOI ne meurt pas à la grande satisfaction de celui qui guette, tel le vautour, la dépouille pour mieux s’en repaître et venir, comme à l’accoutumée, délivrer une morale [ou ce qui en tiendra lieu] sentencieuse comme il se plait à en infliger. Et ben non … aujourd’hui, je peux te l’annoncer : UNE FOIS PAR MOI n’est pas fini, c’est même tout le contraire et la vague de recrutement de nouvelles signatures est lancé.

La nouvelle identité graphique est trouvée.
La nouvelle charte de collaboration aussi, pour éviter les comportements inadaptés.
Les nouvelles envies sont là.
Les modelisations vont commencer et tout l’été servira à se roder et faire en sorte que l’équipe se complète [oui oui, une vraie équipe : pas un truc psychologiquement affligeant et inquiétant à coup de schizophrénie latente en démultipliant artificieusement une prétendue pléiade de contributeurs]. Bah voila … les pâles copies ne rejoindront jamais les idées originales qui ont un mérite : l’authenticité.

Et c’est ce pari qui recommence : l’authentique. Nous aurons l’occasion d’en reparler mais la rentrée d’UNE FOIS PAR MOI est prévue le 21 août 2012. En attendant, un wagon de Messieurs Bricolage est en arrivage et ça va sentir bon la peinture, le ciment et tout le reste. Les grands travaux vont commencer !

Alors attention où tu marches … ne t’égare pas, il se pourrait bien que tu prennes un coup de peinture, un peu de poussière mais c’est pour la bonne cause : de blanc, de gris et de noir vêtu, UNE FOIS PAR MOI va revenir tout bientôt, tout frais, tout beau et, finalement, tout nouveau ! D’ici là, on continue comme si de rien n’était [ou presque]. Enfin moi je dis ça, c’est au big boss de dire …

Tto

C’est pas la saison Donna!

Alors là c’est à n’y rien comprendre… Le pouvoir des quatre n’ayant pas été réuni en un seul endroit et clac! Une chanteuse y passe!!!

Serait-ce que ce pouvoir serait si puissant qu’il puisse agir à distance? J’en connais qui devrait commence à trembler (enfin pas trop car sinon, il y a des coutures qui vont céder…).

Il semblerait que le Rédac’Tto Chef avait raison… Je vais être tel Jean-Claude Brialy, seul au milieu de toutes mes vieilles chanteuses… mortes…

Et oui, vous imaginez bien que malgré cette faute de goût de décéder un mois avant l’été, il n’était pas pensable de ne pas rendre un hommage à une des diva de lu disco qui s’en est allée ces derniers jours : Donna Summer.

Evidemment je ne vous ferai pas l’article sur toute sa carrière, il y a désormais sur la grande toile mondiuale des dizaines de biographies…

Comme à mon habitude, je vais faire une sélection toute personnelle et partiale forcément de tubes interplanétaires (n’ayons pas peur des mots)

Commençons par un succès de 1979…

Donna Summer – On the radio (1979)

Toujours la même année un titre ne passa pas inaperçu et sera même repris en 1997 dans le film The Full Monty:

Donna Summer – Hot stuff (1979)

Remontons un peu le temps avec le cinquième simple le plus vendu de Donna Summer tout au long de sa carrière:

Donna Summer – Love to love you baby (1977)

Remontons encore un peu et arrêtons-nous sur le titre suivant:

Donna Summer – Could it be magic (1975)

Ce titre est en fait une reprise de 1975 d’un titre écrit par Barry Manilow en 1973 (dont la mélodie est basée sur le Prélude n°20 en Do Mineur, Opus 28 de Frédéric Chopin!).

C’est en 1983 qu’un autre succès voit le jour:

Donna Summer – She works hard Ffor the money (1983)

Et un autre titre remporte un beau succès en 1989 (en version longue)

Donna Summer – This time I know it’s for real (1989)

Merci donc à LaDonna Andrea Gaines plus connue sous le nom de Donna Summer que nous avoir fait vibrer avec ces titres et bien d’autres…

Mais au fait chers lecteurs… Un chanteur français a repris un des succès de Donna Summer. Sauriez-vous le retrouver?

Waquete

Laisse toi faire

Couche toi dans l’herbe, essaie de t’ancrer dans le sol, prends le plus d’espace possible. Bras et jambes écartés.

Regarde le ciel, écoute le vent, laisse toi aller au rythme des nuages. Qu’est ce que tu vois ? Ne cherche pas les formes, arrête de surpenser, reste contemplatif. Évade toi, prends du recul. Vois toi. Tu te sens comment maintenant par rapport a tout ça? Sois honnête. Oui, sois honnête.

Certains s’y sont regardés. Ils ont pris peur. Trop haut pour plonger. Ils sont partis. En un sens ils sont peut être dans le vrai. Mais pour les mauvaises raisons.

Comment se plaindre de la fausseté de son entourage quand on a soi même manqué de franchise. Au point de se mentir. La roue tourne, j’imagine. Karma’s a bitch. On peut tout avoir, sans que cela ne finisse par une sortie de secours. Si tu dois te confiner pour exister c’est que ton univers n’était pas si grand que ça. Les yeux plus gros que le ventre. C’est pas un échec, juste de l’étalonnage. Je pourrais dire que ça me désole mais je crois qu’au fond ça me console.

Ce qu’on prend pour un ascenseur social n’est souvent qu’un monte-plats. Tu t’es perdu dans les dorures, ça arrive. Fallait être plus attentif. Maintenant tu peux grandir.

Oui tout le monde est à cran. Oui c’est invivable. Oui, au delà des sourires virtuels, les gens sont faux.

Tout le monde se juge, la présomption d’innocence est foutue depuis longtemps. Tant que la paille dans l’œil du voisin nous hypnotise, nous aveugle, nous empêche de prendre du recul sur nous même. Et l’humilité dans tout ça ?

Il arrive un moment où il faut faire ce qu’on dit au risque de perdre toute crédibilité. S’y tenir, c’est ça le vrai défi.

Tournés les uns contre les autres, on a tous le Cirque que l’on mérite. Mais au fond du vivarium, de qui le sommes nous ?

Partir, ce n’est qu’un nouveau round. Si tu ne sors pas de l’arène, au final, tu vaux quoi ?

Les portes sont toujours ouvertes. Il suffit de pouvoir les passer.

Allez, viens t’allonger dans l’herbe, fais un break, laisse toi faire.

Madrox

Je vous en vote un brin …

ImageOui je sais ce n’est pas très original en ce jour de parler de muguet et de porte bonheur. Alors pour commencer je vous offre cette petite photo bucolique avec un mignon pitit chat car je sais que parmi vous il y a des fans de ce félin et j’en suis. Comme tous les 1er du mois depuis la création ce blog j’écris tous les 1er du mois. Et bien sûr même le 1er mai alors que ce jour est chômé. Mais que voulez-vous lecteurs (trices) le rédac chef est intransigeant. Blague à part ce 1er mai 2012 est particulier. Nous sommes à quelques jours de changer ou pas de président et à la veille du débat entre les deux prétendants pour le poste suprême. Je n’ai plus 20ans mais pas non plus 60 ou 50 comme voudrait le faire croire certains donc ce n’est pas la 1ère élection présidentielle que je vis. Je ne sais pas vous mais cette élection se déroule dans une atmosphère particulière. Certains diront que c’est à cause de la crise mais je pense surtout que c’est peut-être la 1ère dont les candidats sont sous les feux de la rampe, et ils jouent avec, de l’information instantanée grâce à internet. Du coup, j’ai plus l’impression d’assister à un combat de coqs, à un échange de piques, qu’à un débat d’idées. D’autres diront que les programmes se ressemblent tellement qu’ils ne peuvent pas réellement débattre sur le fond. C’est l’impression que l’on peut avoir et les médias ne sont pas innocentes de cet état de fait. Elles peopolisent de plus en plus les politiques car cela fait vendre ou donne de l’audience au lieu de mettre en exergue les idées des différents candidats. Elles s’intéressent plus aux petites phrases qu’au reste du discours politique. De plus quand on voit les deux journalistes qui animeront le débat de demain, j’aurai préféré deux vrais journalistes politiques et pas des stars du 20h. Surtout la blonde qui est surtout une speakrine et une lectrice de prompteur. Même si je sais pour qui je vais voter, j’ai envie de voir un débat sur le fond, un échange d’idées. J’ai envie de voir deux hommes qui utilisent leur intelligence pour convaincre les français que la politique est autre chose que de sortir des dossiers enfouis au fond des tiroirs ou de mettre en avant la vie plus ou moins secrète d’un ex homme politique. Tout cela est peut-être utopique mais quand nous mettons notre bulletin dans l’urne, ne votons-nous pas dans l’espoir que le monde change ? Bon ce n’est pas tout ça mais j’ai un vrai travail qui m’attend, mon repassage.

%d blogueurs aiment cette page :