No title.

Tiraillé, trompé dans tes chairs, tu ne sais plus très bien où tu vas, ou devrais aller. Tu fais. Ou plutôt non, tu laisses faire;  L’élongation du muscle se déchirant lentement, t’es tenté de l’attraper, le retenir mais il fuit, s’encanaillant sans cesse entre tes doigts. Tu te damnes. Rien n’y fait. Lentement  il glisse. Mollement tu te poses, étendu sur  la table. Plus de senteur.

On ferme

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :