Comme un poisson dans le dos…

La pêche est un art difficile. Cela demande de la patience. De temps en temps tu attrappes de la petite friture. Tu la fais griller, tu la dégustes mais tu veux prendre dans tes filets la prise de ta vie.  A force de patience et parce que tu as sorti ta ligne de professionnel et que tu n’as pas lésiné sur l’appât un jour le bouchon frétille dans l’eau. Tu batailles longtemps, tu t’accroches à la berge. Tu moulines pendant des heures. Tu lâches du mou. Tu laisses le poisson reprendre son souffle et puis tu reviens à la charge. Après une longue bataille, tu finis par ramener vers toi la proie qui a mordu à ton hameçon. Quand il sort de l’eau, son regard n’est pas celui d’un combattant vaincu. Même s’il a perdu le combat, il te fixe droit dans les yeux. Il ne se laisserai pas faire. Il luttera jusqu’au bout. Tu le remontes à la surface. Tu le caresses pour le rassurer, pour le calmer, pour qu’il est confiance en toi. Tu n’es pas un pêcheur du dimanche qui une fois sa proie dans ses filets le dévore et qui attend le prochain week-end pour de nouveau repartir explorer les fonds sous marins. Ton attitude le perturbe. Il se laisse faire et tu le déposes dans ton épuisette. Il découvre alors un monde terrestre qu’il ne soupçonnait pas. Il observe, il s’adapte et se surprend à se prendre d’affection pour ce pêcheur inconnu venu le déranger dans son étang où il était le maître des eaux. Le pêcheur est fier de sa prise. Il ne peut se résoudre à le remettre à l’eau comme une vulgaire friture. Il a une idée. Il a une grand aquarium vide chez lui. Il va l’aménager pour qu’il se sente comme chez lui. Pendant plusieurs mois, le pêcheur et le poisson s’habitue l’un à l’autre. Et puis un jour, le poisson décide recouvrir sa liberté et saute en dehors de l’aquarium. Le pêcheur en rentrant le soir le découvre alors gisant sur le sol. Dans ce geste, il comprend une envie de retrouver son monde. Délicatement, il prend le poisson dans ses bras et le remet aux eaux de l’étang. Celui-ci retrouve sa liberté. Le pêcheur est triste de cette séparation mais il sait qu’il ne peut garder le poisson loin de ses repères. Et depuis ce jour là tous les 1er avril, le pêcheur et le poisson se retrouve au bord de l’étang pour passer la journée ensemble.

Christophe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :