Archives Journalières: 11 juillet 2011

Enfin la fin de l’histoire ?

Le mois dernier, j’écrivais sur l’attitude des médias sur l’affaire DSK qui secoue le monde politique… On a donc découvert avec horreur qu’un homme avec du pouvoir, de l’argent et un tant soit peu de charme (pour DSK, ça reste néanmoins à être confirmé), il pouvait se taper ce qu’il voulait avec un peu de force, certes, mais il pouvait tout avoir. Il est vrai que les médias ne se souciaient pas vraiment du bienêtre ou non de la victime, DSK était dans le viseur des caméras.

Et puis de fil en aiguilles on découvre une victime pas si victime que ça, elle aurait des accointances avec des dealers (un de ses petits amis fréquentant une geôle américaine), qu’elle serait prostituée et qu’elle aurait même des clients au sein même du Sofitel quand les riches clients y descendent… Accusations balayées par son avocat qui crie au scandale et demande la destitution du procureur. Quel mauvais film… DSK ne serait donc plus le pervers que tous les médias nous présentaient depuis un mois, il passerait presque pour un homme normal ayant eu une petite aventure furtive sans conséquences.

C’est alors que la machine politique se mets en branle sur toutes les chaines. Les socialistes croient déjà au retour du champion, François Hollande et Ségolène Royale ne demandent que ça pour se confronter à lui. Cette dernière demandant même son retour au FMI, on croit rêver. La diabolique Marine Le Pen, pour une fois qu’elle dit quelque chose de censé, déclare qu’il n’est plus crédible. Quant à l’UMP, c’est silence radio, la peur certainement de dire encore une connerie. Depuis qu’on sait que le procureur ait allé un peu vite en besogne, tout le monde se gargarise de bons mots à l’endroit de DSK pour dénoncer le mal dont il est l’objet. Quel beau retournement de veste de la part de ses chers politiques qui ont l’habitude de cette attitude navrante. ILS savaient toutes et tous qu’il n’était pas coupable de pareilles tentations, seulement qu’il était séducteur à ses heures. Mais de qui se fout-on là ? Et puis Tristane Banon qui se réveille juste le jour où les charges vont peut-être s’effondrer… Quel beau timing pour que DSK n’ait plus aucune chance de revenir en politique, ça, au moins c’est fait, mais c’est le pur hasard et le dossier est parfaitement clair et étoffé. Il est certain qu’au bout de 8 ans après les faits, son avocat a tout intérêt à présenter un dossier parfaitement clair et circonstancié. Elle qui ne veut plus être celle qui a eu des problèmes avec DSK n’en a pas fini. Et moi j’en ai fini de cette histoire, ça me fatigue !


Un autre Fred

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :