Halte à la dictature…

Indignez-vous ! Quoi de plus facile que de s’indigner pour quelques motifs souvent bien personnels : on s’indigne parce qu’une chose nous choque, parce que c’est comme ça ou parce qu’on est doté d’un égo tellement surdimensionné qu’on ne fait plus attention aux choses élémentaires qui nous entourent.

Depuis quelques années, une dictature a été minutieusement mise en place par les lobbies tellement bien organisés qu’on ne peut plus y échapper. Des corporations entières soumises à cette nouvelle mode se sont mises d’accord pour qu’à (presque) jamais, nous soyons obligés de nous tenir droit devant cette chose colorée qui nous tends la main. Indigné parce que, malgré tous les efforts fournis par les uns ou par les autres, cette chose envahit un peu plus notre quotidien, nous pousse à commettre les plus vils des pêchés originels : la gourmandise et l’envie.

Des centaines de magasins, des petits comme des grands commerçants l’ont pris comme emblème de leur boutique, une sorte de drapeau flottant au dessus de nos têtes qui nous narguent. Cette chose, je vous le dis tout net, m’a fait découvrir que je pouvais être faible à tout jamais parce que c’est tout simplement une tuerie, une douceur toute tendre parfumée comme il faut, là où il faut et c’est comme un orgasme buccal. Cette chose c’est quoi ? C’est le macaron. Oui ces 2 petites coquilles d’amandes colorées font la joie et surtout la richesse de nos maîtres pâtissiers à l’instar de Pierre Hermé, de Ladurée ou encore de Bernachon (pour les non initiés, le meilleur chocolatier / pâtissier de Lyon).

Oui j’avoue que j’ai du résister à maintes reprises pour ne pas succomber à cette tentation. Waquete, lors de son voyage gourmand initiatique à Lyon m’avait offert une jolie boîte de ces petites merveilles parfumées à la pistache, aux framboises ou encore à la vanille. Ils ont glissé dans ma bouche comme un délicieux bâton glacé. Ces sensations exquises dans la bouche m’ont permis de découvrir que ces hommes et ces femmes qui fabriquent ces gourmandises ont tout fait pour qu’à jamais, nous soyons sous l’emprise.

Mais non je vais résister et je m’indigne contre cette dictature du macaron « en veut-tu, en voilà ». De délicieux gâteaux ne trouvent plus grâce aux yeux des français alors qu’il y a de bien belles pâtisseries. Personnellement, j’adore la traditionnelle tarte aux pommes qui, en un tour de main, vous fait penser aux bonnes vieilles tartes que me faisait ma grand-mère. Et comme je ne suis pas égoïste, je vais vous faire partager la recette d’une merveilleuse tarte aux pommes dont j’ai le secret… Bon OK, c’est peut-être ce que fait tout le monde, mais comme c’est moi qui l’a fait, elle est certainement la meilleure surtout quand elle agrémentée d’une boule de glace vanille et d’une sauce caramel au beurre salé (et j’y tiens). Voici donc ma recette :

Pour la pâte, c’est une base, tout dépend de la grosseur de la tarte voulue :

250g de farine
125g de beurre
1 jaune d’œuf
4 cl d’eau
5g de sel
50 gr de sucre
Préparation
Mélangez dans un cul de poule (bah oui autant faire les choses bien), le jaune d’œuf, l’eau le sucre et le sel. Tamisez la farine et faire une fontaine. Coupez le beurre en petits dés et le mettre au milieu de la fontaine. Mélangez du bout des doigts la farine et le beurre. Après quelques minutes, la farine prend une texture rappelant celle du crumble. Reformez une fontaine et ajoutez au milieu le mélange eau + jaune + sucre +sel. Mélangez rapidement  et écrasez avec la paume de la main (en langage technique fraiser la pâte). Recouvrir d’un film alimentaire, réservez au frais et laissez reposer au moins une demi-heure avant cuisson.

Pendant ce temps, coupez les pommes en fines lamelles (de préférence des Pink Lady, elles se tiennent très bien à la cuisson). Sortir la pâte et l’abaisser (enfin l’étaler) sur un plan de travail fariné d’environ un demi centimètre. Formez un cercle selon la taille voulue. Disposer un peu de compote de pommes (évidemment faite maison) mais pas trop, juste le fond et disposer les lamelles de pommes (votre imagination peut alors se mettre en branle) et mettez au four. J’avoue que la température m’échappe un peu, c’est surtout au feeling que vous verrez que la tarte est cuite ou pas. Mais avant la fin de cuisson, parsemez la tarte de cassonade et faites caraméliser sous les UV du four.

Pendant ce temps, préparez la sauce caramel en faisant… un caramel (eau + sucre) et dès que la couleur brunit, retirez la casserole du feu et ajoutez la crème liquide tiède (je fais souvent au pif), en faisant attention aux projections (pas light, sinon c’est moins bon). Remuez  bien, ajoutez rapidement le beurre et remuez à nouveau, jusqu’à ce que la sauce soit bien crémeuse. Réservez à température ambiante.

Disposez la sauce caramel dans une assiette, la tarte dessus accompagnée d’une boule de glace vanille. Vous n’avez plus qu’à vous régaler, c’est certainement mon dessert préféré mais j’aime aussi les macarons !

Un Autre Fred

 

Publicités

11 réponses à “Halte à la dictature…

  1. ditom 16 février 2011 à 9 h 17 min

    J’étais á Lyon ce week end mais encore une fois trop pris par le temps pour caser un verre ensemble. C’est décidé, la prochaine fois, on se voit. Et je te ferai découvrir les meilleurs macarons de lyon (sucrés et salés), ceux de Richard Sève. Parce que Bernachon c’est un peu has been quand même hein 😉

    • Un autre Fred 16 février 2011 à 14 h 22 min

      Quand je passe devant les étals de Sève aux Halles de Lyon, je me retiens d’acheter tout le stock, ils ont l’air effectivement assez exceptionnels. Je vais donc me retenir jusqu’à ce que tu reviennes sur Lyon 🙂

  2. Madrox 11 février 2011 à 12 h 18 min

    C’est marrant, chez moi aussi ça se prépare un peu au feeling 🙂

    Par contre, je milite activement contre Ladurée. Leurs macarons sont certes « tendance », mais ils n’ont rien d’exceptionnel.
    Je passe a Lyon début Juin, je pense que je t’apporterai une boite de ceux que j’estime être les meilleurs du monde ^^

    • Un autre Fred 11 février 2011 à 17 h 07 min

      J’ai en acheté une seule fois, ils étaient bons, mais je ne m’étais pas extasié au plus haut point quand même. Et puis si tu viens sur Lyon, il est presque indispensable qu’on se boive un verre tout en dégustant les petites merveilles que tu sembles bien connaitre 😉

  3. Christophe 11 février 2011 à 11 h 38 min

    Ahrrr mon régime bon sang. Mais tant pis j’adore les pêchés originels. Mets toi aux founeaux, j’arrive !!

  4. Glimpse 11 février 2011 à 10 h 14 min

    Ah, je vois qu’il faut que je te fasse découvrir LE spécialiste du macaron lyonnais, parce que Bernachon, c’est pas mal, mais il existe mieux !
    Très complète et didactique ta recette, je vais l’essayer…

  5. Gildan 11 février 2011 à 9 h 47 min

    L’eau à la bouche, tout ça !
    J’ai faim !!!!
    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :