Archives Journalières: 21 octobre 2010

Une vie à l’affiche

Depuis le 16 septembre dernier, un spectacle musical traçant la vie et la carrière de Mike Brant est à l’affiche à Paris (si vous souhaitez plus de détails sur le spectacle, allez voir le site du Théatre Comédia).

Je n’ai assisté à aucune une représentation de ce spectacle, je serai bien en peine de vous en présenter mon avis.

Mais à cette occasion, je vous propose de dérouler ensemble la carrière fulgurante de cet artiste et de faire découvrir ou redécouvrir ses plus grands succès…

En effet, pour les plus jeunes (euh non, je ne suis pas si vieux que ça, ne soyez pas désagréables!), la carrière de Mike Brant s’est arrêté brutalement le 25 avril 1975, il avait 28 ans…

Mais reprenons l’histoire depuis le commencement…

C’est à Théhéran en 1969, au cours d’un spectacle, que Sylvie Vartan accompagnée de son secrétaire-partenaire Carlos repère un jeune artiste de 22 ans qui se fait appeler Mike Brant (de son vrai nom Moshe Brand).

En entendant sa voix, Sylvie Vartan lui propose de venir à Paris pour tenter sa chance. Après une semaine faite de déception, il est sur le point de rentrer en Israël.

Carlos lui propose de s’occuper de lui. Il lui  présente des auteurs et compositeurs convaincu du talent du jeune Mike.

Les événements s’enchainent à partir de là très vite. Une rencontre avec Jean Renard, l’un des compositeurs de Johnny Hallyday est décisive. Ce dernier lui propose une chanson qui sera un succès de l’année 1970 : Laisse-moi t’aimer. Il signe pour l’occasion un contrat de cinq ans chez CBS.

Lors de son premier passage télévisé pour le réveillon 1970, le standard de l’émission explose littéralement. La carrière de Mike Brant en France semble bel et bien partie.

Début 1971, Mike fait un triomphe au Midem. Cette année-là, il sort trois 45 tours : Nous irons à Sligo, A corps perdu, La fille à aimer, et un album qui se vendra à 380 000 exemplaires.

  • Nous irons à Sligo
  • A corps perdu

Il passe en novembre 1971 durant 17 jours de suite à l’Olympia en première partie de Dalida.

C’est au printemps 1972 que Mike Brant interpréta le titre qui sera son plus grand succès. Ecrit par Michel Jourdan Claude François, Régine, Richard Anthony avaient songé à l’enregistrer, mais c’est finalement Mike Brant qui en fera un succès. Qui saura.

Et ce succès permet même à Mike Brant de dépasser Cloclo dans le référendum annuel du magazine Hit!

Après avoir chanté sur les mélodies des autres, Mike Brant décide de composer lui-même sa musique. Sa première mélodie est habillée de mots par Richard Seff et devient C’est ma prière, un titre dont le lien de parenté avec My prayer des Platters est évident.

L’année 1973 voit naitre trois succès désormais devenus incontournables:

  • Rien qu’une larme
  • Tout donné, tout repris
  • Viens ce soir

Au printemps 1975, Mike Brant enregistre l’adaptation du célèbre tube de Feelings, sous le titre Dis-lui dont il est convaincu qu’il lui permettra de faire l’Olympia mais cette fois en vedette…

Il n’aura jamais l’occasion d’écouter la version finale de cette chanson qui sera un titre posthume.

Mike Brant perd la vie le 25 avril 1975. Il avait 28 ans…

 

Waquete

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :