Archives Journalières: 6 août 2010

Monogrammé

C’est bizarre d’aspirer à l’uniformité, non?

Les touristes fréquentent tous les mêmes restos. Les milanaises portent toutes le même sac Vuitton, contrefait ou non. Les mémères et les pépères résidents des hôtels chics des bords du lac de Côme ont tous le même conjoint avec un gros cul. Les petits frimeurs de Rome se parent tous des mêmes lunettes de soleil et de la même barbe de trois jours. Les pimbêches des aéroports trimballent toutes la même valise à quatre roues motrices. Les parisiens qui se croient jeunes et in the wind ont tous un iPhone et portent tous le même casque sur les oreilles. Les vedettes de la chanson pensent toutes qu’elles peuvent être Madonna. Les gens des magazines sont tous parfaits, sans ride et sans une couille ou un sein qui dépasse. Les jeunes cadres du bureau se déplacent tous dans les couloirs en plein mois d’août avec des dossiers à la main pour laisser à penser qu’ils travaillent. Les bobos parisiennes veulent toutes leur premier enfant à trente ans.  Les pédés parisiens portent tous des tee-shirts moulants sur un bronzage de cabine d’UV pour sortir en boîte et se défoncer le samedi soir. Les chanteuses pop françaises trouvent toutes que la guerre c’est pas bien et que l’amour c’est mieux. Les chanteurs pop français veulent tous se taper une blonde à gros nibards mannequin pour La Redoute…

Quoi? Je ne vous entends pas.

Ah… Je généralise? Oui, parfaitement je généralise. Comme ces beaufs qui nous regardaient de travers cet été à l’hôtel parce que deux petits pédés dans un hôtel chic et familial ça fait tâche.

Je n’ai jamais compris le concept de « normalité ». Quand on connait ma mère on peut être tenté de penser que c’est une question d’éducation. J’ai du mal à définir le stéréotype auquel j’appartiens… Il doit bien exister! Help!

Moi aussi je veux être monogrammé, moi aussi je veux être photoshopé à mort, moi aussi je veux être lisse comme un bébé, moi aussi je veux être pareil. Ce serait tellement beau un monde sans aspérité, un monde sans individualité, un monde dans lequel tout le monde se ressemblerait.

D’ici au mois prochain, je veux incarner un stéréotype.

C’était crédible?

Non?

C’est ce que je pense aussi.

Vive l’individualité, vive la vieillesse, vive la sagesse, vive la différence.

Make your own music, start your own dance.

Ditom

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :