Archives Mensuelles: juin 2010

La belle affaire que ce Rédac’ chef !

« Regardez bien … très utile, assez fonctionnel, encombrant juste ce qu’il faut, pô cher [enfin, tout est relatif ma pôv’ dame] mais surtout bien outillé, pourvu comme il faut [surtout au niveau de la ceinture … mais il parait que ça va s’arranger] … et surtout, le Tto est super utile dans un nombre incalculable de situations toutes plus différentes les unes que les autres. Une envie de parler ? Une journée qui va mal ? Une humeur festive ? Une âme joueuse [et tu sais quel specimen tu as en face] ? Un brin de repassage [sans aucune arrière-pensée] ? Oui, c’est presque le nouveau Michel Drucker … le gendre idéal et tout cela pour la modique somme de … »

Finalement, ton rédac’chef pourrait bien être vendu par une Valérie Pascal [qui devrait s’inspirer des balles de tennis … être un peu mieux liftée] un matin tandis que tu bois ton café avec la vivacité d’esprit d’un bulot neurasténique [mais, en ces périodes de crise, il en  faut du bulot !!!]. Sauf que ton Tto is so unique darling. Et, en plus, il n’a jamais vraiment été à vendre. Nan … il est happy-provider comme ça, généreux à souhait [trop, me dit-on dans l’oreillette].

Et tu sais quoi ? Ca ne l’émoustille même pas d’être à vendre, d’être acheté, d’envisager une contre-partie [sans « s » à « partie » … ce billet n’est pas à vocation excitatoire] monétaire [bref du liquide] à son sujet !! Même pas !!! Le rédac’ chef des lieux est grand prince … il s’offre quand il le veut bien, il se met à disposition mais … se vendre … ouh la la, avec tous les vices cachés dont il recelle, c’est un nid à contentieux !

Oui, le fin juriste lecteur que tu es a déjà compris qu’il est plus prudent de le considérer comme étant hors commerce aux termes de l’article 1128 du Code Civil lequel prévoit qu’ « il n’y a que les choses qui sont dans le commerce qui puissent être l’objet de conventions ». Bah oui parce qu’après … t’imagine ? Avec tous mes vices [dont certains peu occultés, mais quand même], tu serais fondé à réclamer le bénéfice de la garantie des vices cachés … sauf à ce qu’ils te plaisent !!!

Mais bon … pour être vendable, encore faut-il se mettre en valeur … Alors bon, comme je l’explique ici, c’est un peu ce que j’ai tenté de faire en exposant ma sublime plastique [oui, le plastique, c’est fantastique] dans le calendrier des pédéblogueurs [pourquoi ce calendrier là ? Je ne sais pas … hi hi hi]

Mais bon …

Et puis le drame, en plus … c’est que l’offre est peu nombreuse donc … je risque d’être cher pour ta bourse [que je n’envisage ni exangue ni maigrichonne … c’est que je sais à qui je m’adresse !!!] … et puis quitte à entrer dans de telles considérations, il y a fort à parier que le redac’ chef ne fixe un prix de réserve …

Au surplus, c’est qu’il a signé ton rédac’ chef maintenant [j’en parlais ici] ! Et donc … il va falloir négocier sévèrement avec qui de droit. Et je peux te dire que la partie s’annonce difficile ! Et tant mieux …

Mais finalement … lecteur d’UNE FOIS PAR MOI, tout l’indigent propos que voici est à relativiser comme le dirait Albert. Bah oui … ton Tto perd chaque jour de son incoryable valeur et aujourd’hui un peu plus que de coutume puisqu’une marche supplémentaire sera franchie ce soir après 23h35 [heure officielle].

Tu vois bien que je ne suis pas une affaire.
Alors le mieux … c’est de continuer comme avant. Nan ? A une seule condition : en mieux !

 Tto

Publicités

La maison crève-cœur

Il était une maison, au fond de ce lotissement…

Une première famille, un couple et leurs deux enfants la font construire et s’y installe. Tout va pour le mieux, mais ils devront quitter la campagne quelques années plus tard, pour cause de mutation professionnelle de monsieur… Ils resteront propriétaires de la maison, qu’ils loueront…

Les premiers locataires sont un couple et leurs deux enfants, une fille et un garçon… Un très beau couple, très romantique et très amoureux, avec deux enfants magnifiques… C’était un peu le cliché des banlieusards parfaits. Mais ils finiront par partir dans le midi, au bord de la mer… et une fois là bas, c’est la rupture, le divorce… La fin d’un couple si solide à priori que tout le monde en a été surpris par ici.

Les locataires suivants sont un couple de parisiens, avec leurs deux jeunes garçons. C’est un couple un peu spécial à vrai dire. Elle ne vit que pour son chat (Titou si ma mémoire est bonne). Lui n’est pas souvent là puisqu’il retourne en région parisienne pour son boulot (d’où l’intérêt de venir s’isoler en région Rhône Alpes …). Puis un jour, ils finiront par retourner chez eux, dans la banlieue ouest de Paris… et ils finiront par… divorcer !

(Tout le monde suit ? Bientôt le clou du spectacle…)

Arrive ensuite un couple de savoyards, avec leurs deux garçons… Enfin, le père n’est pas le père… Non, en fait, la maman s’est mise en ménage avec le frère de son mari (pas ex étant donné qu’elle est veuve… Et juste pour anecdote, son mari s’est… suicidé [détail important pour la suite]). A cela, il faut rajouter qu’elle est un peu cinglée (genre quand ils sont partis, elle s’est barrée avec la porte du frigo de la cuisine intégrée… si si !). Leur départ précipité, parlons en…

Il se trouve que son concubin, ex beau frère et oncle de ses enfants, par une longue nuit d’hiver, a décidé de rejoindre son frère depuis la chambre nuptiale, à l’aide d’une arme à feu…

Vous pensez qu’on peut l’appeler la veuve noire ?

Depuis, ils ont rejoint la blancheur des sommets alpins… histoire d’effacer ces noirs épisodes de leurs vies.

En parallèle à tout ça, un peu comme une malédiction en arrière fond, le couple de propriétaires bat de l’aile à son tour… jusqu’au divorce. Cette fois ci, la maison va être vendue (difficilement vous en doutez bien).

Et cela fait huit ans que le même couple y vit, avec ses deux enfants… un peu comme si le sort était conjuré pour de bon.

 Kindgay

Ensemble

Les différences se joueraient-elles sur la couleur ?


Le rose pour les filles, le bleu pour les garçons…

Et les autres, elles n’existent pas !

Et le noir et le blanc ?

Et la taille et oui  la taille, très important !


Et l’indifférence, elle se joue comment ?


Comment jouer de sa différence dans l’indifférence…

Un chat peut-il se poser de telles questions ?


Les autres je ne sais pas, mais moi oui !

Bien élevé par une Maîtresse aimante, compréhensive et intelligente, j’ai appris à découvrir de très prés la gent humaine et je suis souvent déçu, comme elle…


Je respecte mes congénères moi !


Bien sûr, chacun son territoire et si nous imposons des limites c’est pour le bien-être de tous …


Des jalousies pour une jolie chatte convoitée, ou une bagarre pour une gamelle de croquettes, ne nous entraînent pas jusqu’à la mort…

Nos seules armes de guerre sont notre force et notre clairvoyance, tout est en nous, pas besoin d’accessoires !


Notre regard sur les autres est si différent du vôtre…

Nous sommes méfiants bien sûr, mais surtout curieux et nous allons bien facilement vers ce que nous ne connaissons pas !

Avec vos peurs, vous les humains, vous jugez de suite et ne laissez aux autres aucune chance de vous montrer ce qu’ils sont vraiment…


Vous feriez mieux de prendre exemple sur nous un peu plus souvent !

J’ai montré à ma maîtresse ces photos qui font bien réfléchir…


Ce diaporama nécessite JavaScript.


Tout devrait les opposer ces deux-là !

Taille, couleur, race…

Et pourtant, ils font le premier pas, ensemble…


Ensemble, c’est tout !


Barnaby

Virginie

Passe-moi de la crème…

Le calendrier est clair. Nous sommes déjà le 21 juin ou enfin le 21 juin comme les futurs vacanciers pourraient s’écrier! Mais pour chausser les tongs (dédicace spéciale), il va encore falloir patienter un peu.

Et que se passe-t-il ce 21 juin? Nous sommes lundi, premier jour de la semaine. Bon, il est clair que ce n’est pas la meilleure chose, mais ceci n’a rien de remarquable.

Il ne s’agit pas non plus de la 29ème édition de la Fête de la Musique (dont on peut décemment espérer que les vuvuzelas ne seront pas les invités d’honneur). Quoique avec cette célébration, nous ne sommes pas loin…

En effet, le 21 juin est la date officielle du début de l’été! Certes, ce n’est pas si flagrant étant donné les températures qui règnent actuellement, mais tâchons au moins de réchauffer l’atmosphère en chanson.

Pour cela , je vous propose de retrouver les artistes (et les titres de leur succès) à l’aide des indices qui vont s’inscrire chez vous, sur votre écran. Inutile cependant de monter à bord du Grand Condor pour rechercher les solutions, tous les titres ont en commun la saison dans laquelle nous entrons.

Qui a confié que le soleil avait rendez-vous avec la lune?
Qui a déclaré que le soleil était mort?
Pour qui, une journée comme aujourd’hui, ensoleillée, nous ne l’aurons jamais?
Qui, seul, suffoque dans cette jungle et devient dingue quand t’es partie?
Qui aimerait réchauffer son corps au soleil?
Qui veut que sa maman lui raconte des histoires de Jane et de Tarzan, de princesses et de cerfs-volants?
Qui, dans un monde glacé de solitude, veut chanter nos rêves d’espoir sur un sitar?
Qui veut vendre ses jarretelles pour une paire de baskets?
Qui déclare qu’on soit tous un peu frères, serait un désir super?
Qui fait sûrement un rêve érotique les yeux ouverts en se demandant si c’était réel?
Qui veut me prendre la main pour aller danser?
Pour qui, sera-t-il toujours midi sous le soleil ?
Qui entend un disque de Marley qui joue « No woman, no cry »?
Pour qui, Elle dit dans un cri après l’orage qu’à partir d’aujourd’hui on voyage?
Qui est la seule à partager tes secrets nuit et jour?

Bonne journée et au mois de juillet!

 Waquete

Ah j’oubliais… Une référence à une célèbre série télévisée s’est glissée dans ce billet. Saurez-vous la retrouver?

Quatorze (14) questions pour en savoir plus sur le rédac’ chef par le petit trou … de la serrure

Ouvre bien tes yeux ! Tu ne rêves pas … Après qu’il fut normal de laisser la priorité à l’instigateur de l’idée, c’est le rédac’ chef qui s’y colle (en tout bien tout honneur). Pour boucher le(s) trou(s) laissé(s) par tant de défections, il fallait bien cela … histoire de ! Et tu commences à me connaître, … si je peux rendre service en parlant de cochonstées …

1- Préférez vous faire l’amour le matin, l’après-midi ou le soir ?
Pourquoi ?
Le matin, j’aime bien parce que cela donne toujours des réveils agréables et des journées qui commencent bien. Et puis … un corps endormi, quoi de plus brut
L’après-midi, j’aime bien aussi parce que généralement, c’est qu’on a le temps ou justement pas. En gros, c’est savoureux.
Le soir, c’est génial parce qu’à la faveur de la nuit qui tombe, je deviens autre … mon regard change pour se faire mutin et coquin. Et puis … je ne dors jamais aussi bien qu’après m’être envoyé en l’air … Fichues endorphines !!!

2- Avec un seul adjectif comment vous qualifieriez vous au lit ?
Insatiable ou  jouisseur … J’hésite, j’hésite …

3– Exprimez-vous votre plaisir bruyamment ?
Oui, cela m’arrive mais je sais aussi très bien passer totalement inaperçu … J’suis un peu le James Bond de la galipette !!

4– Pensez-vous que la taille du sexe a un impact sur le plaisir ressenti ?
Tout dépend de ce que l’on cherche. Personnellement, je m’en contrefiche.

5– Avez-vous déjà couché avec un blogueur ou une blogueuse ?
Oui

6– Avez vous des tabous ? Si oui, lesquels ?
Comme tout le monde. Je n’aime pas les pratiques sado-masochistes. Les pratiques scatologiques me font horreur. Et je déteste les rapports non consentis et plus généralement ce qui est emprunt d’une domination violente abusive. Après … les rapports à plus de 2 ne sont pas ma tasse de thé mais ce n’est pas un tabou du tout.

7- Avez-vous déjà pratiqué des pratiques qualifiées d’extrêmes par le commun des gens ?
Bien difficile de répondre puisque tout dépend de l’endroit où l’on positionne le curseur … Mais, je pense que la réponse est affirmative.

8– Avez-vous des perversions ? Si oui, lesquelles ?
Des perversions ? Ouh la la … Bah, certainement oui. Je suis lubrique (sous réserve que ce soit une perversion), très joueur (c’est pas une perversion ça !!). Sinon, ben … j’ai comme perversion de n’avoir pas beaucoup de tabous (hors ceux précisé plus haut) et de céder aux délices du péché capital que constitue la luxure aussi souvent qu’il m’est permis de le faire. Sinon … oui, forcément, je suis vicieux, diabolique, machiavélique et tout et tout … mais bon, ça … on le sait déjà depuis longtemps !

9– Aimez-vous faire l’amour sans être dans le noir ?
Ça ne me pose aucun problème. De toute façon, en règle générale, il n’y a pas grand chose qui me dérange s’agissant de faire l’amour …

10– Êtes vous plutôt voyeur, exhibitionniste ou aucun des deux ?
On me dit que je suis exhibitionniste puisque je n’ai aucun problème à me balader tout nu. Voyeur, carrément … j’adore ça. Ah bah en voila une perversion de plus !

11– Parlez vous pendant l’amour ? Si oui, êtes-vous tendre ou vulgaire ?
Oui je parle un peu et, selon mon humeur, je peux être soit l’un soit l’autre … même s’il est assez net que je suis rarement vulgaire. Faut me le demander … mais je sais faire !

12– Avez vous déjà attaché votre partenaire ou vous êtes-vous déjà laissé attacher ?
Absolument, les deux. Que ce soit avec des liens, une corde, des menottes …

13– Aimez vous dominer ou être dominé ?
En règle générale, je domine.

14– Sexuellement, êtes-vous généralement comblé(e), plutôt satisfait(e) ou frustré(e) ?
Sans mauvais jeu de mots, comblé.

(illustration choisie par JjQ et qui n’engage que lui)

 

Tto

Et une question, une !

« Ah … j’en peux plus, je ne pense qu’à lui… je l’ai croisé aux toilettes hier mais comment engager une conversation ? »

Voilà la question best-seller des célibataires et celle qui s’est posée directement à moi très récemment… Et j’avoue qu’elle me laisse sans voix. En effet comment aborder un ou une inconnue qu’on croise au détour de nos périples, que ce soit dans la rue, dans le métro, dans un bar… Autant de lieux sans réponse.  En tout cas, pour moi, car ce n’est pas la première fois que j’y suis confrontée et que je ne trouve pas « la » réponse qui ravirait mes interlocuteurs.

J’ai tout de même tenté les « ben c’est simple, tu trouves n’importe quel prétexte pour engager la conversation » mais je n’ai jamais eu le succès attendu. En effet, en y réfléchissant avec un cas concret sous les yeux dans le métro et bien je me voyais mal aborder ma charmante cible en lui expliquant que j’avais une copine super sympa à qui je suis sûre, il plairait… J’aime les défis mais je ne me sentais pas de relever celui-là. Donc, ce qui est sûr c’est qu’on ne peut pas utiliser n’importe quel prétexte dans n’importe quelles circonstances.

Mais revenons au cas présent pour lequel l’affaire a toutes ses chances d’être résolue car les deux protagonistes travaillent dans le même immeuble. Ils ne font pas partie de la même entreprise mais se croisent très régulièrement. A ce stade sont-ils encore des inconnus ? Non, plus vraiment. De plus mon amie a d’ordinaire une faculté innée pour lier connaissance avec les personnes qui se trouvent autour d’elle. Dernière démonstration en date, il y a quelques semaines au ciné, elle a réussi à rallier la moitié de la file d’attente contre la personne qui essayait de passer discrètement mais sûrement devant tout le monde et tout ça avec une touche d’humour à en faire abandonner son adversaire. Malgré son talent, sous le charme, la voilà complètement bloquée.

Autre atout dans sa manche, elle fume et lui aussi !! Si, si dans ce contexte, je pense que c’est une des meilleures opportunités. Toutes les conditions sont donc propices à l’échange impromptu et la découverte de l’autre en toute simplicité. Je lui ai bien conseillé d’oublier son briquet mais rien n’y fait. Alors, c’est à vous lecteurs assidus d’une fois par moi que je vais faire appel. Aidez-moi à trouver la phrase qui tue, enfin la phrase qui lui permettra d’entamer cette toute première conversation, étape incontournable de la rencontre… Donc vous l’aurez compris, cela peut se passer dans un ascenseur, en bas de l’immeuble, dans un couloir ou encore aux toilettes… mais peut être qu’il vaudrait mieux éviter à ce moment-là…

A vos conseils !

Andréa

Du cul, du cul, du cul

 

Aujourd’hui, c’est Daïdou qui s’y colle

… et il s’y entend question bouche-trou ! (NDLRC *)

1- Préférez vous faire l’amour le matin, l’après-midi ou le soir ? Pourquoi ?
Du matin, totalement du matin. Les sens se réveillent doucement accompagnés de mon sexe prêt à l’action. Mais j’aime aussi le faire l’après-midi juste avant la sieste. Mais toutes les occasions sont bonnes pour s’emboiter !

2- Avec un seul adjectif comment vous qualifieriez vous au lit ?
Fougueux.

3Exprimez-vous votre plaisir bruyamment ?
P’t être ben qu’oui, p’t être ben qu’non. Ça dépend vraiment de la situation…

4Pensez-vous que la taille du sexe a un impact sur le plaisir ressenti ?
Mieux ? Je n’en sais rien. D’après mon p’tit Zèbre, plus c’est gros (et non pas grand) et plus les sensations sont fortes. Je le crois sur parole !

5Avez-vous déjà couché avec un blogueur ou une blogueuse ?
Bip… je ne répondrais pas. Hors sujet!

6Avez vous des tabous ? Si oui, lesquels ?
Oui comme tout le monde! Faut pas me parler de trip uro, crade, basquette, sado-maso, zoophile…

7- Avez-vous déjà pratiqué des pratiques qualifiées d’extrêmes par le commun des gens ?
Oui, je pense.

8Avez-vous des perversions ? Si oui, lesquelles ?
La perversion comme pathologie ? Non, je suis très équilibré. Je ne jouis pas à faire mal à l’autre. Cependant j’ai mes petites perversions au sens commun (comportement sexuel qui s’écarte de la normalité).

9Aimez-vous faire l’amour sans être dans le noir ?
Oui, j’adore « voir ». C’est un sens qu’il ne faut pas négliger dans l’acte.

10Êtes vous plutôt voyeur, exhibitionniste ou aucun des deux ?
Je suis tenté de dire les deux! Tout dépend de la situation, des lieux et des personnes. J’ai horreur de me faire mater quand je prends mon p’tit Zèbre par une personne qui me révulse. Désolé je suis un peu sélect mais juste un peu!

11Parlez vous pendant l’amour ? Si oui êtes-vous tendre ou vulgaire ?
On parle souvent de Spinoza, de Sartre et de Sophocle parfois ! Bon, sérieusement, je lui susurre des mots doux, des mots tendres : retourne toi salope ! je vais te prendre comme une grosse chienne ! euh… non, ça c’est pas vraiment moi…

12Avez vous déjà attaché votre partenaire ou vous êtes-vous déjà laissé attacher ?
Yessss, au début de notre relation. Il arrivait que mon p’tit zèbre me bande les yeux et qu’il m’attache. Nous avons arrêté car franchement je trouvais le jeu un peu trop lassant et sans surprise genre un autre mec arrive et s’empale…

Pectus est… et ça, ça s’appelle un lien (NDLMP **)

13Aimez vous dominer ou être dominé ?
Je suis plus dominateur que dominé ! Cependant j’adore être dominé par un « passif » d’où peut-être mon goût pour être attaché, sans doute. Et puis j’adore quand on fait du sexe à plusieurs chercher à dominer un dominateur, je trouve cela très excitant cette lutte de deux mâles…

14Sexuellement, êtes-vous généralement comblé(e), plutôt satisfait(e) ou frustré(e) ?
Une semaine sur deux, je suis totalement comblé car pas facile de se retrouver quand les deux enfants sont là… mais ça s’est le drame de ma vie : l’alternance !

15- (question subsidiaire) Ce questionnaire ? T’as aimé ? C’était bon ? J’ai été bon ?
JjQ répond pour Daïdou : Super !!!

Quatorze Cent-Quarante-et-Un
(alias Daïdou)

 * NDLRC : Note De Le Rédacteur en Chef
** NDLMP : Note De Le Metteur en Pages

Ça tire le DIX du moi(s) sur le TRASH

Avez vous remarqué les investissements

Que la TNT fait, entre autre récemment?

Dans ces émissions neuves il nous faut réfléchir,

intellos que nous sommes à nos heures sans fléchir,

choisir un candidat en notre âme et conscience :

Le « Dilemme » est bien là, sortons donc notre science.

De Jason, de Kevin, mesurons culs, couilles, bites

A moins que l’on préfère selon où l’on habite

Que l’on opte plutôt pour les allures félines,

des filles délurées Cindy ou Caroline

fesses, foufoune et nichons pesons précisément.

L’instant est solennel, on comprend aisément:

l’avenir des budgets se joue sur l’audimat.

Si l’on vote vraiment, et que de plus l’on mate,

l’argent remplira bien les poches des producteurs

de ces programmes simples autant que racoleurs.

Télé des Nouveaux Trashs, ou bien diversité,

veut-on la qualité ou bien être excités?

Plus de chaînes plus de choix, moins de sous pour chacune!

Pour l’argent toutes les chaînes raisonnent comme la Une :

Il n’y a pas hélas de chaîne européenne

qui aurait les moyens des belles américaines.

Je n’ai pas tout suivi, mais d’un fait divers triste

Hortefeux aurait pris au vol le vil prétexte.

Aux flics municipaux ajouter sur la  liste

cette saleté de taseur, qui en dépit des textes

Est engin de torture, contraire aux droits de l’homme.

Puisqu’il veulent prétendre, si j’ai compris en somme,

que leur super outil n’est pas si douloureux

non plus avilissant, nullement dangereux:

Je propose que chacun des gentils policiers

désireux de porter les fins fils en acier,

s’en servir librement contre des êtres humains

passe un minuscule test avant qu’il l’ait en mains.

Qu’il soit lui même la cible, expérimente une fois

l’objet inoffensif, qu’il emploiera parfois.

Je parie qu’aussitôt après les essais faits

Plus aucun candidat le visage défait

le corps tétanisé ne voudra toucher l’arme

qui bloque les délinquants et en tire des larmes.

Vous réjouirez vous comme moi car enfin

dans la santé mentale ils nous ont bien rejoints?

Pour les transsexuel(le)s il était vraiment temps

que l’OMS admette qu’ils sont au moins autant

des personnes saines d’esprit simplement différents.

ils veulent choisir leur genre où est le grand malheur?

Comprendre ce simple fait, comme ça a été lent!

Mais pourtant pour remettre les pendules à l’heure,

La société se doit de leur donner la place

Permise à leur talent, et arrêter la casse,

qui les voit trop souvent errer dans notre jungle.

Faisons taire à jamais ceux ricanant qui cinglent!

Mettons fin pour toujours aux messes basses honteuses,

qui mènent avec mépris aux plaisanteries douteuses.

Combien de féminin, ou bien de masculin

renvoie leur apparence, qu’est-ce qu’on en a à faire?

Ces conjectures-là ne sont faites qu’en vain.

Leur sexe n’est qu’à eux, c’est à eux qu’il doit plaire.

Laissons les définir le degré qui leur sied

Car ce gâchis ici, maintenant doit cesser.

Avec l’été qui pointe, je songe qu’à présent

versifier à l’envi est assez amusant.

Mais  paresser un peu, et au bord de la mer,

me conviendrait aussi, ne me gênerait guère.

Alors qu’en direz vous, en juillet s’il s’avère

que ça tire le dix, en prose autant qu’en vers?

Flyde

Les liaisons dangereuses

… Et ce mois-ci, séduction avant tout …

Ce mois-ci, retour au siècle dernier pour la production et au XVIIIème pour le scénario. Plusieurs adaptations de cette œuvre de Pierre Ambroise Choderlos de Laclos (j’aime bien ce nom) ont vu le jour au ciné ou à la télé, mais c’est celle de Stephen Frears de 1988 que je vous invite à voir pour les plus jeunes, ou à revoir pour les… autres. Une petite parenthèse avant de vous parler du film, le livre, je vous le recommande vivement. Ce n’est pas un roman mais juste la correspondance entre Mme la Marquise de Merteuil et le Vicomte de Valmont. Comme c’est une suite de lettres entre nos deux protagonistes, il est facile de mettre ce livre de coté et de le reprendre de temps en temps.

Mais revenons sur le sujet principal, le film dans cette version américano-britannique, une distribution d’acteurs fantastiques Glenn Close (Mme de Merteuil), John Malkovitch (le Vicomte de Valmont) pour les rôles principaux et Keanu Reeves, Uma Thurman et la toute jeune Michelle Pfeiffer dans le rôle de la prude Mme de Tourvel que rien ne peut détourner du droit chemin.

L’histoire : Mme de Merteuil et le Vicomte de Valmont, anciens amants, établissent une stratégie pour détourner du « droit chemin » Mme de Tourvel et la fille d’une de leurs amies Cécile de Volange. L’histoire est plus complexe que ce simplissime résumé, mais ce qui est à noter, c’est l’ambiance, nous sommes dans la perversion la plus totale où l’acteur principal est le jeu de la séduction poussé à l’extrême. Cette évocation de l’époque du libertinage est très bien retranscrite dans ce film. C’est un réel plaisir de voir évoluer nos personnage dans cette ambiance.

Et puis pour ceux qui préfèrent les films contemporains, une autre adaptation moderne que j’ai aussi appréciée, celle américaine de 1999 : « Sexe Intention ».

Ce mois-ci un livre et deux films pour le prix d’un.

Olivier

Comment faire fuir ses collègues

Les collègues ça peut être la plaie, entre leurs histoires sans intérêt, leur curiosité et j’en passe !

Vous venez de changer de service ? C’est l’occasion ou jamais de poser de nouveaux jalons !

Conseils de bases :

  • Vous arrivez tous les matins en taxi, déjà ça met une distance et ça évite les « tu as eu des problèmes pour venir avec les grèves ? »
  • Vous refusez d’aller à la machine à café ! Vous achetez une super machine… Et n’en offrez à personne !
  • Vous allez à la cantine très tôt… ou très tard, pour manger seul(e)
  • Si vraiment vous ne pouvez éviter les collègues qui se joignent  à vous à la cantine, vous mangez très très vite.. ou très très lentement… de préférence salement !
  • Vous refusez de mettre des sous dans l’enveloppe pour le départ à la retraite de Gontran
  • Par contre vous allez à son pot de départ, et vous baffrez comme 10, vous en emportez un peu pour chez vous, et vous ne parlez à personne.
  • Vous entendez quand même « les bruits de couloir » et les colportez dans les autres services en les déformant !

Le travail proprement dit :

  • Faites de la rétention d’information, vous n’avez rien vu, rien reçu donc rien transmis
  • Vous ne faites jamais d’erreur, c’est toujours la faute des autres
  • D’ailleurs dès que quelqu’un fait une erreur, vous courez en parler au chef !
  • Vous êtes toujours en retard pour rendre le rapport XY pour la réunion du 12, donc vous retardez tout le monde
  • Si il y des documents en commun sur le réseau, vous glissez des fautes dans le rapport de Marie-Chantal, voire vous supprimez quelques fichiers l’air de rien.
  • Vous encombrez la messagerie en faisant « transférer à tout le service » ou mieux à « Toute la Boite Humbert and C° » en prétextant que votre messagerie a un problème.
  • Mais évitez de transférer les blagues, on pourrait vous prendre pour un gai-luron trop timide pour faire des blagues tout haut !
  • Quand la photocopieuse fait un  « bourrage » vous laissez tout en plan, ne surtout pas essayer de débloquer la feuille bloquée !
  • Vous envoyez à l’imprimante en réseau « 210 copies » de trois feuilles presque blanches, avec tri et agrafage.
  • Vous appelez la secrétaire pour remettre du papier dans l’imprimante

Si tout ça ne suffit pas, évitez de vous laver pendant trois semaines, et aussi de changer de vêtements.

Louisianne

%d blogueurs aiment cette page :