Archives Journalières: 6 mai 2010

La plus belle pour aller danser

Quand je relis ma note du mois d’avril, je me dégoûte. Cette note est aussi manichéenne qu’une chanson de Zazie, la reine du premier degré. Au mois d’avril, j’ai gâché mon temps, au mois d’avril j’ai remis à plus tard, au mois d’avril, je me suis laissé dépasser par les évènements.

Et je me sens vraiment idiot de m’être défié à ce point. Comme si un mois, un seul petit mois suffisait pour changer des comportements gravés en moi sagement et profondément pendant les trente -quatre précédentes années.

Je change à mon rythme. Peut-être ne voyez-vous rien… Moi,  je le sens.

Au mois d’avril, je me suis adapté sans broncher à ce nuage, à ces grèves de train et à ces presque trois mille kilomètres d’intimité avec celle qui m’a fait et qui a maintenant autant besoin de moi que j’ai pu avoir besoin d’elle, tout ça pour aller me rouler dans la suave odeur de l’Espagne.

Au mois d’avril, j’ai souffert sans défaillir à l’annonce de ce nouvel attentat manqué, à cette parodie insipide de VOGUE dans une obscure série aux relents de star academy, à ces amis donneurs de leçons qui me veulent du bien en tentant de m’imposer leur vision de ma vie. Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas. Ils restent mes amis, mais personne ne décidera de ma vie à ma place. Certains enjeux sont trop importants pour être sous-traités.

Au mois d’avril, j’ai survécu à la tempête blonde qui s’est abattue sur mon bureau avec ses fautes d’orthographe, son travail brouillon et ses conclusions à l’emporte-pièces. Elle non d’ailleurs… Un rhume l’a emportée au loin, me laissant seul à bord, maître de ma destinée.

Au mois d’avril, je me suis rendu à l’évidence : je suis un pédé stéréotypé qui hurle « jackyyyyyyyy » et « hou la menteuuuuuuuuse » devant une vieille fumeuse à l’Olympia, les yeux embués par l’émotion. Je suis aussi une folle sur le retour qui applaudit à tout rompre lorsque Mika déploie son drapeau rose « Billy Brown fell in love with another man » à Bercy au milieu d’un champ d’appareils dentaires et de boutons purulents habilement dissimulés derrière du fond de teint bon marché.

Tout compte fait, mon souhait d’avril ne s’est pas réalisé et pourtant je n’ai pas passé un si mauvais mois… Je m’accepte un peu plus de semaine en semaine.

Pourtant, à l’avenir, je le saurai : à l’impossible nul n’est tenu. Mes souhaits s’en tiendront au niveau possible des choses. Je ne suis pas un grand fan de la spirale de l’échec.

Alors au mois de mai, mon vœu sera beaucoup plus simple et surtout beaucoup plus humble:  je veux juste être la plus belle pour aller danser, celle qui évincera toutes celles que tu as aimées. Tout ça devrait être facile, non ?

Comment ça prétentieux ? Moi ?

Non, vous ne comprenez pas… Peu importe si certains sont plus grands, plus bruns, portent mieux le costume et la culotte, ont un style plus étudié, sont plus cultivés, je veux être un MOI spécial et fabuleux.

Et si vous essayiez aussi ? Bon, ce ne sera pas facile pour tout le monde hein…  Whitney et Lady Gaga risquent d’avoir un peu de mal… C’est ce qu’on appelle la sélection naturelle (j’ai dit une connerie ?)

Je suis sûr que nous passerons ensemble un excellent mois. Vous pariez ?

Madonna - Interview mai 2010

Ditom

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :