Archives Journalières: 18 mars 2010

Facebook, tu ne peux (veux ?) pas comprendre !

Facebook, c’est trop de la merde! Les gens ne prennent pas une seule minute pour commenter ce que j’y mets, ça en devient navrant. Il m’arrive de vouloir en partir, surtout quand je viens de lire les messages exotiques d’égocentriques en manque d’attention. Certaines filles sont devenues de vraies capricieuses, allant jusqu’à publier des messages sans signification, faits de points d’interrogation ou de phrases incomplètes. D’autres passent leur temps sur des jeux ridicules de simplicité et de laideur. C’est le néant le plus noir.

En plus de ça, il existe une coutume qui consiste à ne jamais commenter ce qui paraît intelligent. Il y a quelques jours de ça, j’ai proposé à mes chers amis Facebookés d’écouter une interview d’Elisabeth Badinter où elle démontrait avec finesse que les femmes sont aujourd’hui en grande partie responsables du naturalisme ambiant et envahissant, qu‘elles ne devraient pas acheter les produits que vantent des pubs qu‘elles accusent de machisme, et tout plein d’autres réjouissantes théories. Bref, un grand moment! Ça faisait quelques temps que le féminisme ne s’était montré aussi pertinent!

Et pourtant, personne n’a commenté ce moment de bravoure… Je crois que ça m’a fait quelque chose de me dire que plus rien ne passionnait réellement les gens. Bien sûr j’exagère, mais dans l’intérêt de mon plaidoyer (s’il en est un!), je me dois de le faire.

C’est alors que j’eus l’idée de leur proposer ça:

Jamais le nivellement par le bas n’aura été aussi présent que sur ce réseau social. Ils ne sont tous rués sur cette vidéo où cette pauvre fille peine à trouver ses marques, ses repères dans l’espace… C’est drôle et bête à la fois, excessivement. Quand je vous dis que sur Facebook les gens ne veulent que du facile, de l’intelligible!

Je crois que je vais fermer mon compte.

Jolies Jambes

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :