Archives Mensuelles: mars 2010

La semaine des quatre jeudis

Dimanche

Premier jour de la semaine.

Contrairement à la plupart des idées reçues, le dimanche est le premier jour de la semaine.
Comme toujours, c’est de la faute aux anglais s’il s’est retrouvé en queue, ou en manche (ce qui est synonymement parlant équivalent, convenez-en), en septième position, et s’il fait donc partie du « week-end » (ce qui est loin d’être sa vocation première).

Vous n’avez pas été sans remarquer que les jours de la semaine sont dédiés aux planètes, Mars, Mercure, Jupiter, Vénus… (la Terre est absente) et à un satellite (celui de la Terre, est-ce pour compenser ?), la Lune.
Objectivement, il faut être fou pour penser qu’on aurait mis le jour dédié à la Lune au premier rang.
Les petits devant? La lune devant, c’est sans fondement! En toute logique, le Roi Soleil (sunday, sonntag) marche dans le soleil, il précède sa cour de courtisans.
Dimanche est bel et bien le premier jour de la semaine!

Vous n’êtes pas convaincu.
Au début, il y a le commencement. Ne dites pas le contraire, c’est écrit.
Or, les noms de tous les jours (di) de la semaine se finissent par « di ». Tous, lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, tous, sauf un seul qui commence par le dit « di ».
Lequel? Dimanche! CQFD
Conséquemment, dimanche est le premier jour de la semaine!

Calliste


✶ ah que ✶✶ ✶✶✶ clouinc ! ✶✶✶ ✶✶ et clic


Veuillez nous excuser pour cette interruption volontaire de l’image et du son.
Mais, décidément, Calliste a vraiment fait trop trop trop long !

Nous avons eu une pensée pour tous ses coéquipiers dont l’égo chatouilleux pourrait être chiffonné ou froissé si nous lui offrons, à lui et à lui seul,
même en fin de mois, un aussi long temps d’antenne.
Par ailleurs, la crudité du propos est susceptible d’interpeler, voire de choquer bon nombre de nos plus jeunes lecteurs.

Fort du présent avertissement et donc en toute connaissance de cause,
si vous souhaitez poursuivre votre lecture,
vous êtes invité à cliquer ci-dessous sur la langue gourmande, puis sur chacune des deux prunelles rieuses de la tête à T(o)to.

Vous serez immédiatement redirigé vers la version intégrale du billet de Calliste.

JjQ

Publicités

… il ne s’est pas foulé

Lundi 29 mars, on est passé à l’heure d’été  hier. Une heure de sommeil en moins. Une heure de fête en moins et aussi (surtout, diraient certains) une heure de sexe en moins. Mais aussi, une heure en moins pour faire un article passionnant, j’suis désolé mais j’ai besoin de 24 heures, pas de 23 heures.

J’entends déjà les réflexions du style « il ne s’est pas foulé ». D’abord, il y a encore des dates de disponibles pour écrire ici ! Ensuite, c’est mon style. Eh oui, n’en déplaise à certains, j’ai un style. Juste pour l’écriture d’un blog. Pour le style vestimentaire, on en parlera la prochaine fois.

Pour revenir à mon style, pour le blog, je préfère quand c’est court. Pour autre chose, je préfère quand c’est long. Pas d’images non plus, ça déconcentre, enfin c’est surtout du boulot supplémentaire.

J’arrête là ma prose, sinon, je vais perdre mon style !

Au mois prochain, car le 29 de chaque mois, c’est moi le taulier !

jf

Yé vé féire dé nousse oune staaaaaaaarre !

Laly de Secret Story 1 a dit : « S’il n’y a plus de sucre, je préfère me jeter en l’air ». Oui, je sais … C’est dire …

Alors tu vas me dire que c’est facile de trouver de telles cibles et que je ferais mieux de me confronter à des sommités comme euh … David Charvet, au sujet duquel le philosophe hollandais Dave a déclaré « Au moins, c’est sûr qu’il n’est pas pédé, il est trop con pour être pédé » ?

Arff … Facile ! Et pourquoi ne m’en prendrais-je pas à mon inusable mais si liftée Régine, la Reine de la Nuit dont on raconte que Mozart en a écrit le fameux air de « la Flûte enchantée » lorsqu’il croisa ladite Régine un matin de juin 1791 sur les trottoirs de Vienne tellement abîmée que Wolfgang aurait déclaré « mein Gott, so scheint es, dass viele von Regine trockner » dans un allemand approximatif, ce qu’Helmutt Fritz traduira 219 ans plus tard par un « mon Dieu, on dirait que Régine sort du sèche-linge » ?

Tout cela pour dire qu’un casting, c’est important ! UNE FOIS PAR MOI n’est pas vraiment une production Endemol ayant pour objet de filmer chacun des participants 24h/24 avec 34 caméras qui te permettront de tout voir, tout savoir. Assurément pas (sinon, nous risquons la classification X pour des raisons évidentes et que devient donc l’obligation consubstantielle du cahier des charges consistant à en faire un endroit familial et grand public, réservé au plus grand nombre ? Hein ??) …

Toutefois, cela ne veut pas dire qu’ici, il n’a pas été question de casting. En ma qualité de dictateur interstellaire euh rédac’chef, je me dois de t’entretenir de cela … et ça tombe bien, c’est même le sujet du jour !

A bien y regarder, il est équilibré ce casting d’auteurs. Il y a beaucoup de garçons mais la tendance s’inverse un peu, les filles arrivent (et oui, ça va bientôt parler de stérilet, d’horoscope, de Brad Pitt ou du dernier sac à main de chez Vuitton …) !

Au départ, ça empestait la testostérone par ici mais c’était un peu souhaité. Petit à petit, les sujets et les styles aboutissent à un canevas un peu différent de celui que j’avais envisagé au départ mais tellement sympa que je suis prêt à abandonner mes visions de départ. Comme je suis un garçon ambitieux (et classieux, et vicieux aussi, et plein de trucs en –tieux ou –cieux), j’avais confectionné THE top méga liste idéale avec quelques poignées de sujets sur lesquels je me plaisais à imaginer qu’ils puissent être ceux retenus. Le casting idéal ! Un zeste de Loana, deux pincées de Moundir, une goutte de Michael Vendetta … Ainsi, j’avais envie de voir un dessinateur débarquer par exemple, un scientifique pour un article de vulgarisation sur l’évidence du quotidien, un photographe furieux ne proposer qu’un cliché par mois, etc.

Au lieu de ça, j’encadre (enfin j’essaye parce qu’ils sont plein de vie (avec un « e », oui) ces loulous) tous ceux que tu peux recenser dans la colonne des MOI dont l’esprit me ravit tous les jours (et pas que moi à contempler les chiffres, mais faut pas que je leur dise, ils vont gonfler du ciboulot notamment) … l’occasion du lancement de cette aventure m’ayant permis de nouer des liens avec certains, d’humaniser un peu plus des pseudos.

Telle est la cruelle destinée du pauvre rédac’ chef que je suis, tantôt mur des lamentations, père fouettard (mais j’ai bien compris qu’il y en avait plein qui aimaient ça), seconde mère (pour rassurer les auteurs torturés qui sont persuadés que ce qu’ils écrivent est nul) et diabolique grand architecte qui pulvérise celui de Matrix.

Finalement … pour résumer et en dépit du fait que Pascal ne soit pas mon prénom, j’suis ton Big brother !

Tto

La conjuration rêvée

Dans un café, un midi, non loin du Tto building abritant les puissants moyens de la rédaction qui fait déjà peur à tout ce que la blogosphère compte de sites influents …

« Si j’étais vous, j’abandonnerais » explique janjacq d’une voix calme et posée
« Ah la la, il t’a retourné … » répond Christophe, qui était curieusement réveillé malgré l’heure fort matinale (12h20 tout de même)
« Euh, c’est à dire ??? » s’interroge jf qui craint d’avoir mal compris le sens de la réponse du flamboyant conducteur de la voiture rouge Tango (Christophe quoi)
« Mais pas du tout ! Il ne m’a pas retourné … Tu crois quoi ? J’couche pas avec le rédac’ chef ! T’es fou toi !!! Pas besoin … » rétorque janjacq, choqué que l’on puisse interprêter son amical conseil comme étant celui d’un affidé aveuglé par ses hormones
« Mais pas « retourné » comme ça … Tsssss … T’imagine : il ne couche pas avec ses lecteurs. Imagine ce qu’il en est pour les auteurs … Nan, il t’a briefé … Il sait qu’on se voit de toute façon … » répond Christophe qui se débat comme il peut avec ses lasagnes qui décidément seront dévastatrices pour sa ligne déjà malmenée …
« Ah oui, ça … il le sait. J’ai reçu un mail ce matin ! 8h tapantes … » confirme janjacq
« Il t’a envoyé un mail au sujet de notre déjeuner ??? » s’étrangle jf
« Oui … Le taulier m’a envoyé un petit mail perso pour me parler de musique dodécaphonique, de Jim Phelps, me souhaiter un bon réveil et tout ça tout ça » explique un peu brouillon janjacq qui, à la mine de ses comparses de déjeuner, comprend qu’il en a trop dit.
« Ah la la … Il est fort quand même ! Il t’a envoyé un mail … » se lamente Christophe qui, articulant toujours aussi mal, a certainement prononcé les paroles rapportées …
« Bah quel mal à cela ? » s’étonne janjacq
« Mais janjacq … tu ne le connais pas ! Il ne fait jamais rien au hasard tu sais ! Il ne t’a pas envoyé un mail comme ça par hasard. Il sait tout !!! Il a tout compris. J’suis foutu. Il a déjà compris. Il est tellement intelligent, beau, fort, musclé, désirable, photogénique, vif d’esprit, drôle, charismatique, habile, admirable, modeste et humble que … pfffff » s’emporte Christophe (qui a certainement dit tout cela mais comme il articule comme une vache espagnole à qui l’on demanderait de déclamer du Kirkegaard en danois, on ne peut que supposer … mais c’est très très vraisemblable)
« J’vous l’avais dit ! Ce comité, c’est une mauvaise idée !!! » confirme janjacq
« C’est pas faux » renchérit jf, toujours aussi fan de « Kaamelot »

Après quelques secondes de silence … Christophe relève la tête et fixe janjacq dans les yeux.
« Tu as son mail ? Qu’est ce qu’il a écrit précisément ??? » demande-t-il terrorisé
« Euh oui … j’dois l’avoir imprimé il me semble … attends … ah oui, il est là » répond janjacq qui tend … le fameux mail.

Bonjour Monsieur janjacq,
Votre mission puisque vous l’acceptez est de représenter dignement votre rang au cours de votre déjeuner d’aujourd’hui (et oui, l’Agence est au courant de tout).
Vous allez croiser un Chrislife (jadis appelé Chrisbi), agent qui fomente les complots les plus insupportables pour l’équilibre géostratégique du monde.
L’agent Chrislife a déjà annoncé vouloir constituer un comité ayant, notamment, pour dessein de jouer un contre-pouvoir contre notre organisation.
A terme, nos sources n’excluent pas qu’il embrigade jf et d’autres dans une entreprise ayant pour finalité de renverser nos instances ! (non mais vous vous rendez compte ???)
L’agent Chrislife est redoutable et son relatif retrait n’est qu’une couverture factice de laquelle l’Agence n’est pas dupe (non mais oh, dites donc … on nous la fait pas hein !).
Nous tenions à vous souhaiter un agréable déjeuner auquel nous ne pourrons nous joindre …
… et vous faire aussi un zibou de chez bisou du jeudi matin parce que le jeudi matin, les bisous c’est tout aussi bien.
Tto

 

« IL SAIT TOUT ! » hurle Christophe, qui devait être bien naïf pour imaginer qu’effectivement son affreuse entreprise de comité scélérat ne serait pas divulguée et ne reviendrait pas aux oreilles du rédac’ chef qui dispose de réseaux tellement efficaces que les services de contre-espionnage français, russes, israéliens, chinois, argentins voire américains lui font des ponts d’or pour qu’il les mettent à leur service. Oui mais voila, un Tto ne se vend pas …
Pour se détendre, les convives ont choisi de distraire Christophe avec d’autres sujets susceptibles de lui changer les idées … Un nouveau gel intime dont la lubrification serait comparable à une savonnette ovoïde sous la douche, un show-case hyper confidentiel de Vanessis Sparadra (euh Vanessa Paradis), un nouveau sauna hyper tendance tout pas loin, les vacances (sujet tellement banal pour Christophe que, finalement, cela n’a pas fonctionné du tout, lui qui est en vacances tous les 8,5 jours ouvrés) …
Au cinquantième et dernier étage du Tto building, dans son grand bureau ressemblant à un taudis tellement il y en a partout, le rédac’ chef écouta avec amusement Christophe lorsque celui-ci l’appela pour lui raconter son déjeuner et le fait que tout bien réfléchi, il trouvait que le blog marchait très bien  comme ça … et que même il allait s’investir davantage pour concocter plein de pastilles en html afin de rendre l’interface encore plus dynamique et que s’il le fallait il allait y passer son congé de fin de semaine !
C’est à ce moment que le rédac’ chef s’est réveillé … il était presque 8h du mat’ et il voulait absolument envoyer un mail à janjacq dont il savait qu’il déjeunait avec Christophe et jf ce midi …

Fini de jouer !

Voila deux jours que les Jeux Olympiques d’Hiver se sont officiellement terminés à Vancouver. Oui, jusqu’au 21 Mars, on pouvait suivre les Jeux Paralympiques. Suivre est un bien grand mot, puisqu’il n’y eu aucune retransmission en direct, quelques minutes chaque jour pour un petit bilan sur France Télévisions et seulement un petit papillon sur le site d’un grand quotidien sportif français. On ne peut pas dire que la médiatisation ait été de mise, encore une fois.

Les Jeux de Pékin, il y a deux ans, ont été les plus médiatisés de l’histoire (5 min de résumé à 11h55 sur France 3 si ma mémoire est bonne, et un truc un peu plus fourni au milieu de la nuit. Rien en direct en tout cas). Pourtant, je peux vous dire que là bas, l’engouement était à la hauteur de l’événement. J’ai parlé ici d’une athlète que je connais et que mon père a eu la chance de suivre sur place. Et d’après lui, tous les stades étaient pleins en permanence, que ce soit le WaterCube ou le Nid. Plein, plein, archi plein… Pourquoi tant d’engouement là bas, et si peu ici?

D’où vient ce refus de notre société de médiatiser le handisport? C’est flagrant concernant les Jeux, ça l’est encore plus concernant les simples compétitions nationales. Il y a très peu de public, et le seul média présent… France 3 régional. Et encore, s’ils sont prévenus. Forcément, si ça ne démarre pas à la base, s’il n’y a pas ce petit truc pour lancer la machine, pour rendre le handisport « populaire », on en restera à ce qu’il en est aujourd’hui…

Concernant les Jeux, saviez vous que pour la première fois, aux Jeux de Pékin, les athlètes paralympiques médaillés ont reçu les mêmes primes que les athlètes valides? Il aura fallu un certain nombre d’olympiades pour en arriver à cette évidence. Pourquoi étaient-ils être moins payés? Sûrement pas par manque de mérite en tout cas! Mais bon, c’est toujours un début vers une reconnaissance.

Maintenant, pourquoi ne pas proposer les mêmes Jeux pour tout le monde? Après tout, les installations, quand elles sont construites, sont déjà accessibles. Qu’est ce qui empêche l’organisation des JO et des JP en même temps? Pourquoi les mettre à part? Problème d’infrastructures? Pas sûr… Ce qui est construit pour les Jeux est forcément adapté. Problème de planning? Je ne pense pas. Peut être plutôt un manque de volonté… comme on a pu le voir il y a deux ans, lorsqu’un athlète handicapé avait essayé de se qualifier pour les jeux olympiques… Vous vous rappelez, Oscar Pistorius, le coureur Sud-Africain, amputé des deux jambes. Ca avait été un petit peu polémique. Mais au final, il aurait pu courir avec les valides, s’il avait réussi les minimas (qu’il a manqués de 70 centièmes seulement).

Et vous, qu’en pensez-vous? Aimeriez vous que les jeux soient aux mêmes dates pour tout le monde?

Kindgay

Moi, c’est lui !

Mais lui ce n’est pas moi, et pas facile pour nous de faire les premiers pas ici…

Depuis que janjacq a mis ma photo sur son blog, il est vrai que j’ai pris un peu la grosse tête !
Je n’y étais pas seul bien sûr, mais j’étais unique dans ma spécialité, unique en mon genre.
Européen, mâle, noir, jeune…
Jusque là rien de bien étonnant et pourtant si je rajoute à mon CV que je suis un félin, sachant parler et lire depuis tout juste 5 mois, vous n’allez pas me croire !
Si vous demandez à la personne qui écrit à ma place aujourd’hui si mon histoire est vraie, elle vous dira que oui et elle aura raison.
Nous n’avons plus envie de nous cacher, plus envie de nous taire mais pas non plus envie d’être trop exposés à la lumière !
Je ne suis pas une bête de foire, je suis Barnaby et je sais lire et parler, mais pas écrire, c’est tout…

Une fois par mois, je viendrai dans cette maison chat l’heureuse vous parler un peu du chat que je suis en train de devenir, mais surtout de mes autres congénères à poil ou à plumes !
Je ne suis pas sectaire mais aimable, je vous ferai découvrir un peu de ma famille et aussi ceux dont je suis le tendre ami…

Parce que je suis entouré de livres et libre de grimper partout, parce que je sais ouvrir son ordinateur et parcourir ses blogs amis, j’ai appris à lire, et tout seul, sûrement une histoire de gênes puisque mon cousin Kao K’o Kung, Koko pour les intimes, est une sorte de Détective…
Une petite différence, il est siamois avec les yeux bleus et moi comme vous l’aurez compris noir avec des yeux verts !
Il vit aux States, à Pickax, comté de Moose, avec son Amie Yom Yom et bien sûr leur Valet, le célèbre journaliste Jim Qwilleran.
Mon Valet à moi est une femme, Virginie, enfin je pense parce qu’elle a aussi d’autres prénoms… Avec les femmes, on ne sait jamais !
Koko et Yom Yom sont chanceux, depuis 1966 ils sont devenus presque aussi célèbres que leur Valet grâce à Lillian Jackson Braun, la secrétaire de ce dernier !

Comme elle porte un amour démesuré pour mon cousin et son amie, elle a accepté d’écrire leurs mémoires, leurs aventures…
Évidemment, je suis rentier moi, alors que voulez-vous qu’il m’arrive, qu’aurais-je à vous raconter, surtout dans des livres ?
Lui, il voyage, il s’amuse, il fouine, il cherche, et surtout il trouve parce que c’est lui qui résout les enquêtes, pas toujours son Valet !

Le mien a bon goût puisque une étagère complète de notre bibliothèque regorge des ouvrages où mon cousin est à l’honneur !
Tous en collection 10/18, celle des Grands Détectives dirigés par Jean-Claude Zylberstein, ce n’est pas rien tout de même et j’en suis extrêmement fier…
Et puis quel talent ce Koko parce que pour trouver des titres pareils il faut avoir de l’imagination et un QI exceptionnel !
Rien à envier aux humains le cousin !

Et voilà, je vous ai parlé un peu de moi et de ma famille et j’espère que vous aussi, comme mon Valet, vous allez tomber amoureux de ces lectures savoureuses…

Comme j’ai appris à bien cliquer, je vous donne quelques LIENS pour découvrir un peu plus mon Cousin et son Amie, son Valet et sa Secrétaire !

fr.wikipedia.org

culturechat.free.fr

www.10-18.fr

www.melodymistura.com

Le mois prochain, je vous parlerai des petites souris, de très bonnes copines…
Je suis un Chat bien élevé par un Valet respectueux, donc les souris sont mes amies, surtout celles de Philippe D !

Je vous lèche tendrement où vous voudrez, et à bientôt…

Mon Valet et moi remercions Tto (sans lui je serais resté un chat frustré) et je vais de ce pas annoncer à mon cousin que j’écris sur un blog !


Virginie

Le grand ménage

Tu l’as vu? (bon soyons clair, le premier qui pense à mon séant, fait fausse route). Non? Rhoo, il faut tout te dire. Déjà nous sommes le 21 du mois. C’est (presque) une évidence car tu as attendu ce jour fébrilement pour découvrir ce que le Waquete va bien pouvoir raconter…

Cependant, ce n’est pas ça l’information importante du jour. Ce n’est pas non plus le second tour des élections régionales (d’ailleurs si tu n’as pas encore été voter, après la lecture de ce billet très intéressant, file chercher ta carte d’électeur et va glisser ton bulletin dans la fente).

Ce qui est capital aujourd’hui est là : c’est le printemps!

Bon c’est sûr qu’avec la météo du jour, tout le monde ne peut pas s’en rendre bien compte. Et pour rassurer les plus ébaubis (sans J.R.*), je ne suis pas un devin comme certains pourraient le penser…

Alors avec l’arrivée du printemps, la nature va commencer à sortir de sa torpeur hivernale. Les fleurs vont éclore, les petits oiseaux gazouiller et les tenues s’alléger.

Mais où diable veut-il en venir (te demandes-tu lecteur en plissant les yeux)?

Et qu’est-ce qui va de pair avec le début du printemps? Le nettoyage pardi! Mais ne t’inquiète pas, je ne vais pas vanter les mérites d’une nouvelle lessive qui lave encore plus blanc (surtout que pour les vêtements noirs, ça ne sert à rien) ni faire le test d’une crème raffermissante (tiens ça me rappelle que j’en connais qui devait publier un test que je n’ai pas lu, mais ça n’a rien à voir…).

Non point de récurage, il est question ici (voilà que j’écris comme Yoda maintenant, c’est n’importe quoi ce billet. J’ai besoin de vacances…).

Toute cette (loooooooongue) introduction pour évoquer le classement que je viens d’entreprendre dans ma pourrithèque. Effectivement, côté musical, je suis très éclectique. Par conséquent, l’éventail des styles que j’écoute est très étendu. Ainsi à l’occasion de cette opération que je repousse depuis des lustres, j’ai redécouvert quelques perles que je me devais de partager..

Mais ce serait trop simple de les poser là comme ça. Alors je te propose, cher lecteur, un petit jeu pour lequel il n’y a rien à gagner (ou alors il va falloir organiser une réunion avec le rédac’ Tto chef, toussa toussa…).

Prêt? C’est parti.

Première partie : les chansons suivantes sont des adaptations françaises de titres étrangers. Sauras-tu les retrouver?

Dave – Vanina

Plastic Bertrand – Ça plane pour moi

Karen Cheryl – Les nouveaux romantiques

Enrique Iglesias & Nâdiya – Laisse le destin l’emporter

Seconde partie : Corsons un peu l’affaire. Les morceaux suivant sont les titres originaux. Sauras-tu retrouver quels artistes ont eu l’audace de les adapter en français?

Buck Owens – I’ve got a tiger by the tail

Abba – Arrival

Survivor – Eye of the tiger

Laura Branigan – Self control

Et je suis sûr que tu vas me remercier de t’avoir mis en tête toutes ces mélodies qui vont t’accompagner toute la journée.

Bon dimanche, sous vos applaudissements!

Waquete

Ah j’oubliais… Je m’excuse pour ce jeu de mot lamentable*, mais je ne pouvais pas résister.


comment ça marche
en cliquant indifféremment sur le titre d’une des chansons, la connexion vers musicMe s’établit automatiquement et la lecture du morceau commence (c’est miracle !) après un léger temps d’attente
il n’y a guère que Dave et Karen Cheryl qui posent problème (qui parlait de blondes récemment ?)
en effet, Vanina et Les nouveaux romantiques sont des « truc-machin-chose » (lecture limitée à 30′) et pour écouter ces trente secondes-là tu dois le vouloir vraiment et faire action de jeu en allant sur la page de l’album, tu dois alors commander expressément que Runaway (clique, clic !) et/ou Les nouveaux… (bouh, bouh !) te soit envoyé(e) ou te soient envoyé(e)s dans les oreilles
mais est-ce bien raisonnable ?

(note de JjQ qui ne fait pas de pub pour Deezer)

Facebook, tu ne peux (veux ?) pas comprendre !

Facebook, c’est trop de la merde! Les gens ne prennent pas une seule minute pour commenter ce que j’y mets, ça en devient navrant. Il m’arrive de vouloir en partir, surtout quand je viens de lire les messages exotiques d’égocentriques en manque d’attention. Certaines filles sont devenues de vraies capricieuses, allant jusqu’à publier des messages sans signification, faits de points d’interrogation ou de phrases incomplètes. D’autres passent leur temps sur des jeux ridicules de simplicité et de laideur. C’est le néant le plus noir.

En plus de ça, il existe une coutume qui consiste à ne jamais commenter ce qui paraît intelligent. Il y a quelques jours de ça, j’ai proposé à mes chers amis Facebookés d’écouter une interview d’Elisabeth Badinter où elle démontrait avec finesse que les femmes sont aujourd’hui en grande partie responsables du naturalisme ambiant et envahissant, qu‘elles ne devraient pas acheter les produits que vantent des pubs qu‘elles accusent de machisme, et tout plein d’autres réjouissantes théories. Bref, un grand moment! Ça faisait quelques temps que le féminisme ne s’était montré aussi pertinent!

Et pourtant, personne n’a commenté ce moment de bravoure… Je crois que ça m’a fait quelque chose de me dire que plus rien ne passionnait réellement les gens. Bien sûr j’exagère, mais dans l’intérêt de mon plaidoyer (s’il en est un!), je me dois de le faire.

C’est alors que j’eus l’idée de leur proposer ça:

Jamais le nivellement par le bas n’aura été aussi présent que sur ce réseau social. Ils ne sont tous rués sur cette vidéo où cette pauvre fille peine à trouver ses marques, ses repères dans l’espace… C’est drôle et bête à la fois, excessivement. Quand je vous dis que sur Facebook les gens ne veulent que du facile, de l’intelligible!

Je crois que je vais fermer mon compte.

Jolies Jambes

Saint-Paul-Trois-Châteaux

Lorsqu’on a discuté avec Tto de cette idée de blog commun, je me suis longtemps demandé ce que j’allais y écrire. Comme je me suis rendu compte que les premiers sujets faisaient un peu bateau, je suis resté perplexe. Et lors d’un périple dans notre bonne vieille France, je me suis dit : « Pourquoi ne pas parler des petites bourgades pleines de charme qu’on trouve en France ? »

Et voilà, une Ville par moi(s) : la première Saint-Paul-Trois-Châteaux

Petit bourg provençal situé au bord sud de la Drôme, on peut facilement le trouver. Il se trouve près de la centrale du Tricastin, dont nous avons entendu parler ces derniers temps. Mais ce n’est pas ce côté de la commune que je souhaite mettre en évidence, mais plutôt ce qu’il y a de l’autre côté : les collines boisées, les vignobles environnants. Exit la centrale, et bienvenue dans la Drôme.
Les vignobles et les bois du Tricastin sont des belles zones de récoltes de la truffe noire.  Durant ce second week-end de mars,  vous avez la possibilité de vous balader dans la ville et d’y découvrir les remparts médiévaux, l’ancienne cathédrale,  ainsi qu’un petit centre ville pittoresque.

Et, c’est de cette activité qu’il est possible de profiter lors d’une fête toute particulière : la fête de la truffe à Saint-Paul-Trois-Châteaux.

Lors de cette fête, vous avez la possibilité de déguster quelques mets simples mais goûteux :

– une salade frisée assaisonnée d’un vinaigre de vin blanc et d’huile d’olive de Nyons  le tout recouvert de copeaux de truffe

– une terrine truffée

– une omelette avec morceaux de truffes

– un morceau de brie truffé.

Et tout cela accompagné à discrétion des productions vinicoles du coin, tel le Vergobbi, Suze, les côteaux de Grignan,  le domaine du fils d’Eole, Montine, et tant d’autres.

Le repas se passe dans la salle de la Truffe du Tricastin, sur des grandes tablées de 6 à 8 personnes, ce qui rend le moment très convivial.  La dégustation est possible du vendredi soir jusqu’au dimanche toute la journée.  Pour ma part, je vous conseille si vous le pouvez de vous y rendre le vendredi soir. Il y a beaucoup moins de monde, et nettement plus de bouteille de vin à goûter. N’hésitez d’ailleurs pas à demander au sommelier la bouteille que vous souhaitez goûter, cela vous permettra de découvrir les côteaux.

C’est un endroit calme et reposant, planté au milieu de la verdure, où il y a beaucoup de choses à voir et à visiter.  Et n’hésitez pas à chercher les trois châteaux dans la ville.

Pour obtenir plus d’informations, voici le lien de la ville :
http://www.saintpaultroischateaux.fr/www/index.php

Steph

Un métro, un jeune

Un premier moi… c’est terriblement excitant, terrifiant et envoûtant à la fois. Allez je me lance !

Au menu de ces mois, je vous propose un rendez-vous féminin, le temps de raconter et de partager avec vous des scènes de vie. Tour à tour témoin, acteur et peut être même parfois auteur, un objectif simple raconter en quelques lignes des moments, des humeurs, des rires voire des pleurs.  J’espère tout de même éviter le registre des « chiennes de vie » mais, qui sait, au gré du hasard, vous en découvrirez peut être !

Pour la première, j’ouvre le chapitre des petites haines de nos vies… et oui, qui n’en a jamais connu ? Vous savez ces petits moments ou en quelques minutes, nous souhaiterions nous faire petit… tout petit… et pfiouf… disparaître.

Imaginez un adolescent, mal réveillé, son casque sur les oreilles.
Celui qui a l’air plutôt cool car sorti de la période bouton et appareil. Ça y est, il commence à s’assumer, mais c’est vrai, il est 8h et n’a pas dû assez dormir…
Alors ce jeune dandy arrive dans le métro, mais rappelons tout de même qu’à ce stade de la journée il n’a qu’une envie : se rassoir et finir sa nuit. Et c’est là que la magie opère…
Oui, je sais, quand on connaît la chute, c’est maladroit mais…

Il saute dans le métro juste avant la fermeture des portes, d’un seul coup d’œil repère le strapontin resté déplié juste à côté de la porte et s’assoit tout naturellement. En une fraction de seconde tout se joue, c’est avec ce même naturel qu’il commence à descendre, descendre encore et hop se retrouve par terre. La seconde suivante permet de lire sur son visage l’étonnement suivi sans attendre du sourire qui veut tout dire.

Et oui, le strapontin n’avait pas dit son dernier mot et le temps qu’il se retourne avait repris sa place classique, plié contre le dossier des sièges. Un regard en coin pour s’assurer que personne ne l’a vu et hop discrètement déplie notre strapontin farceur et s’assoit.  Mais quand on est sur le strapontin d’en face, à peine réveillée également, cette scène est juste du pur bonheur… se mordre les lèvres, détourner le regard au bon moment mais surtout ne rien oublier !

Andréa

%d blogueurs aiment cette page :